Villeneuve veut anticiper les prochaines crises

Les élus étaient réunis en conseil municipal ce lundi 30 novembre avec un copieux ordre du jour. Parmi les différents rapports, l’élaboration d’un plan de sauvegarde et la constitution d’une réserve communale.

De notre journlaiste : Dimitri Laleuf

Guillaume Lepers souhaite mettre en place une réserve citoyenne en plus du plan communal de sauvegarde


Le coronavirus n’est pas la seule menace à peser sur nous. Même s’ils sont rares, les accidents industriels ou les évènements météorologiques spectaculaires n’arrivent pas qu’aux autres. Les victimes de l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen ou les inondés de la vallée de la Roya peuvent en témoigner. Prévoir l’imprévisible et structurer la gestion de crise, c’est le rôle d’un plan communal de sauvegarde. Dispositif obligatoire, il manque encore à Villeneuve-sur-Lot. La nouvelle équipe souhaite ainsi corriger le tir en se dotant de cet outil. « On veut pouvoir réagir efficacement en cas de crise. Comment engager des moyens rapidement ? Comment prévenir la population s’il n’y a plus de communication ou d’électricité ? Qui intervient dans la cellule de crise, où quand et comment ? Quel endroit pour évacuer ? De quel matériel spécifique a-t-on besoin ? Il faut des réponses à toutes ces questions », analyse le maire Guillaume Lepers. L’objectif est d’envisager un maximum de scénarios. Ce travail est un véritable morceau de bravoure et il ne se concrétisera pas tout de suite. « Il nous faudra au moins un ou deux ans pour le sortir complètement. Et cela va impliquer chaque service », poursuit le premier édile.

Le plan communal de sauvegarde (PCS) comprend plusieurs élément.

Certains aspects sont déjà bien documentés (risques climatiques par exemple) mais d’autres devront faire l’objet d’un audit plus approfondi, à l’image des zones industrielles qui ont considérablement évolué.

Ce PCS devra tenir compte des plans déjà mis en place dans les établissements scolaires, dans les entreprises et dans les collectivités voisines. « On parle de plan communal mais on est une agglo. L’idée, c’est de converger au-delà des frontières de la Ville pour partager des solutions, avoir des réponses cohérentes, aller plus vite voire mutualiser des moyens », avance Guillaume Lepers.

La mise en place du PCS impliquera des exercices.


Une réserve citoyenne

Dans la continuité de ce dispositif, la municipalité souhaite instaurer une réserve communale « citoyenne et solidaire ». La crise sanitaire a mis en évidence le besoin de bras. Et nombreux étaient les Villeneuvois et Villeneuvoises prêts à venir en soutien. « Les gens ont envie de participer mais il faut pouvoir organiser tout ça et l’encadrer juridiquement car on deviendrait donneur d’ordres », précise le maire. A en juger par les propositions reçues à l’occasion des deux confinements, plusieurs dizaines de personnes pourraient en faire partie. Les conditions requises pour l’intégrer : être majeur et avoir un casier judiciaire vierge. Pour le reste, aucune compétence particulière ne sera demandée. Dans un premier temps, les missions seraient restreintes. Elles concerneraient surtout le CCAS avec du soutien à la veille téléphonique, de la distribution et livraison à domicile, des visites de convivialité, des démarches de la vie courante, l’alerte de la population…

Ces deux sujets ont fait l’unanimité chez les élus.


Brêves de conseils //


Plus de démocratie

Le nouveau règlement intérieur offre deux avancées en matière de démocratie. Ainsi, chaque conseiller pourra, sur demande, assister comme auditeur aux commissions qui ne sont pas de son ressort. Par ailleurs, pour respecter ses engagements de campagne, la nouvelle majorité développe la retransmission (en direct et en replay) des conseils municipaux sur Facebook et sur le site de la Ville. Après des essais avec des prestataires extérieurs, la mairie fait finalement appel à ses compétences internes. « Nous envoyons des signes forts sur la dématérialisation pour réduire la consommation de papier et améliorer la transparence. »


Renforcement de

la police municipale

En vue de créer une véritable brigade de nuit, le service de police municipale se voit renforcé par deux nouveaux policiers. Il s’agit-là de deux anciens ASVP, qui seront remplacés dans leurs fonctions par de nouveaux agents. Le maire souhaite que la future brigade de nuit (patrouilles de 19h à 2h en fin de semaine) soit spécialisées pour éviter les rotations d’emploi du temps jour/nuit. En parallèle, Guillaume Lepers poursuit son lobbying pour un renforcement des effectifs de police nationale, avec le soutien de la sénatrice, des députés et de la préfecture.


Demandes massives de subventions

Pour financer ses projets, la municipalité sollicite des subventions de collectivités plus importantes dont l’état, « plutôt enclin en ce moment à débloquer des fonds ». Les chantiers d’économie d’énergie dans les écoles notamment pourraient être accélérés. « L’objectif est de ne pas laisser passer le train et mettre nos projets sur les rails. »


9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

SARL LOT-ET-GARONNE PRESSE – Capital : 20900 € - Siège Social : 22, rue Lamouroux, 47000 Agen - RCS Agen 452 879 539

n°de siret : 45287953900057 – Code APE : 6391Z - n° de TVA Intracommunautaire : FR 784 528 795 39 – Tél : 05 53 87 46 75

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Youtube