Villeneuve retourne à la semaine de 4 jours

Après avoir consulté les familles, les équipes pédagogiques et les personnels des écoles, la municipalité a décidé de revenir à l’ancien rythme scolaire, s’alignant ainsi sur les autres communes de l’Agglo.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

Les écoliers de l’Agglomération du Grand Villeneuvois seront désormais tous logés à la même enseigne, dans le public comme le privé.


La réforme Peillon sur les rythmes scolaires vient de perdre l’un de ses derniers partisans en Lot-et-Garonne. Si la municipalité villeneuvoise n’avait pas été la première à la mettre en application, elle l’avait par la suite consacrée comme fer de lance de sa politique éducative. Mais lors du conseil du 11 février, la nouvelle majorité a signé son acte de décès. Un choix qui, contrairement aux apparences, n’est pas politique.

Depuis son élection, Guillaume Lepers s’est toujours refusé à donner son avis personnel sur la question et a invité ses colistiers à l’imiter. Tandis que le projet éducatif de territoire (PEDT) signé pour trois ans arrive à expiration en juin prochain, la Ville a souhaité engager une concertation avec la communauté éducative avec un vote consultatif à la clé. Le scrutin (voir ci-après) s’est avéré très serré, sauf dans le corps des agents territoriaux. « Même si le très faible écart rend la décision plus difficile à prendre, la démocratie a parlé, il faut la respecter », glisse le maire.

Les résultats finaux sont par ailleurs appuyés par d’autres arguments. Sur le territoire national, la semaine à 4,5 jours est devenue très largement minoritaire (17%). Au sein de l’Agglomération, à l’exception de Villeneuve, plus aucune commune ne s’y soumettait depuis 2017. Idem pour les écoles privées. Une situation source de disparités entre les enfants, avec les accueils de loisirs fermés le mercredi matin.


« Proposer une offre de qualité »

Les élus de l’ancienne équipe Cassany ont bien tenté de défendre les vertus de l’organisation des temps d’activités périscolaires, à l’image de Vincent Balleroy, notamment « l’accès pour tous aux activités sportives et culturelles » ou encore « les sources de revenus pour les associations intervenantes ». Mais ce qui était une réalité il y a quelques années ne l’est plus tout à fait aujourd’hui. « Les TAP ont très bien fonctionné pendant deux ans mais ça s’est étiolé par la suite. On ne dispose plus à l’heure actuelle d’intervenants pour proposer un contenu de qualité. Tout repose sur le personnel des écoles qui ne peut pas supporter tout ça », note Patricia Suppi, adjointe à la réussite éducative. L’opposant Lionel Feuillas, enseignant et directeur d’école à la retraite et défenseur de la semaine à 4,5 jours, dresse à regret le même constat.

Soucieuse comme son opposition du bien-être des enfants, la majorité promet néanmoins de ne pas laisser tomber le périscolaire. « Au-delà de la question du rythme, chaque formule ayant ses avantages et ses inconvénients, on va se questionner sur l’offre que l’on peut apporter aux familles. On va travailler avec tous les services et les associations pour continuer à proposer des activités le mercredi », avance Patricia Suppi.

D’un point de vue purement financier, ce retour en arrière ne fera rien économiser à la municipalité. « Cela va peut-être même nous coûter plus d’argent étant donné que nous ne toucherons plus les subventions de la Caf et qu’il faudra rouvrir les accueils de loisirs le mercredi matin », révèle Guillaume Lepers.


Les résultats de la consultation //


Familles //

(1649 questionnaires envoyés, 1084 réponses)


548

voies favorables à la semaine de 4 jours


536

favorables à la semaine de 4,5 jours

Conseils d’école //


8

favorables à la semaine de 4 jours

(Lecomte, Mace, Descartes, Pasteur, Luflade,

Scorailles, Sicaud, Brouillet)


7

favorables à la semaine de 4,5 jours (Buisson, Bert, Saint-Exupéry, Jaurès, Ferry élémentaire, Marot)


1

sans préférence (Ferry maternelle)


Agents territoriaux //


87%

favorables à la semaine de 4 jours

(100% des animateurs)


7%

favorables à la semaine de 4,5 jours


6%

sans préférence

82 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

SARL LOT-ET-GARONNE PRESSE – Capital : 20900 € - Siège Social : 22, rue Lamouroux, 47000 Agen - RCS Agen 452 879 539

n°de siret : 45287953900057 – Code APE : 6391Z - n° de TVA Intracommunautaire : FR 784 528 795 39 – Tél : 05 53 87 46 75

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Youtube