Villeneuve, paradis des investisseurs ?

La bastide, comme d’autres villes moyennes, est devenue ces dernières années très attractive en ce qui concerne les investissements locatifs grâce à des taux de rentabilité spectaculaires.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

Longtemps, le graal pour les possesseurs d’un petit (ou grand) pécule a été d’acquérir un appartement dans une grande ville ou sur la côte. Si ce type de placement a toujours de solides arguments pour lui, une concurrence commence à faire rage. Et elle ne vient pas forcément d’où l’on pense… Les villes moyennes constituent en effet un terrain de jeu très intéressant pour ceux qui veulent faire fructifier leur argent. Villeneuve-sur-Lot en est un spectaculaire exemple. Depuis quelques années, les investisseurs se font de plus en plus nombreux. La raison est simple : le taux de rentabilité.

« Un petit appartement dans la bastide, acheté 30 000 €, peut se louer aux alentours de 300€/mois, soit 3600€/an. Ce qui fait un rendement de 12%. A titre de comparaison, à Bordeaux, on tourne plutôt autour des 5%, Agen se situant quelque part entre les deux », révèle Franck Chatelet de La Maison de l’Immobilier. Comment ce petit miracle est-il possible ? Le gérant de l’agence située rue de Paris l’explique : « Tandis que les prix de vente ont beaucoup baissé suite à la crise des subprimes, les loyers, eux, se sont bien maintenus. » Dans certaines grandes métropoles, à loyers comparables, on a au contraire assisté à une terrible inflation, faisant de fait baisser l’attractivité de ces secteurs. Villeneuve parvient non seulement à attirer des investisseurs aguerris, mais aussi une catégorie nouvelle de gens plus modestes. « Il n’y a quasiment pas besoin de mise de départ pour investir ici. Certains produits s’autofinancent très bien avec des rentrées d’argent équivalentes voire supérieures aux mensualités de remboursement du crédit », avance Franck Chatelet. La bastide a encore d’autres atouts dans sa manche. Il n’y a, par exemple, pas de problème de vacance locative pour peu que les logements soient correctement présentés. Tout peut se louer. On observe aussi un retour en force de la pierre comme valeur refuge en cette période d’incertitudes.


L’indispensable accompagnement des pros


Il est cependant nécessaire de respecter certaines règles pour que cette aventure ne devienne pas une dangereuse prise de risques. « Même si l’on pense parfois pouvoir tout gérer soi-même, il vaut mieux se tourner vers des professionnels spécialisés, avance l’agent villeneuvois. Tout d’abord, dans ce type d’acquisition, on ne cherche pas un coup de cœur mais du retour sur investissement. Pour dénicher les bonnes opportunités, il faut bien connaître le marché et les réseaux d’artisans pour effectuer les rénovations. »

L’accompagnement est d’autant plus indispensable que la règlementation est très complexe en plus d’évoluer sans cesse. Devenir bailleur n’est pas sans danger. Depuis 2007, la Maison de l’Immobilier est justement devenue experte dans ce domaine qui représente désormais près de 25% de son activité. Des packages clés en main sont proposés aux propriétaires de manière à ce que tout soit pris en charge par l’agence, y compris les éventuels contentieux, pas si rares que ça. « Il faut savoir que, d’après les statistiques nationales, près de 42% des investisseurs qui gèrent les locations eux-mêmes se retrouvent un jour devant un tribunal. Au sein de notre agence, le taux de sinistres ne dépasse pas les 0,5%. Avec des contrats et des états des lieux détaillés à l’extrême ainsi que des dossiers de sélection rigoureux, on agit en totale transparence. On ne laisse pas la place à l’interprétation. Ça protège le locataire comme le bailleur  », indique Franck Chatelet.

530 vues0 commentaire