Vélos : le grand Boom

Le vélo ne connaît pas la crise. Le secteur du « cycle » grâce au progrès des assistances électriques notamment, est en pleine expansion. A Agen et Villeneuve-sur-Lot, les acteurs du secteur nous racontent “la folie du vélo”.

De nos journalistes : Edgar Courtine et Dimitri Laleuf

L’engouement pour les vélos est freiné par le manque de stocks chez les revendeurs


"Au déconfinement de mai 2020, tout s'est accéléré "

La tendance était déjà positive pour le secteur des vélos et vélos à assistance électrique lors des trois dernières années. La privation de sorties liée au premier confinement a créée chez les consommateurs, une volonté de liberté décuplée. Au déconfinement de mai 2020, les concessions comme Culture Vélo, Giant ou encore CBO ont été assaillies de demandes et de sollicitations. Les VTC et vélos urbains électriques sont les produits les plus recherchés par les clients. Cependant, les VTT électriques ainsi que les VTT classiques ne sont pas en reste, les demandes sont elles aussi très élevées ce qui entraîne des délais de livraison parfois longs.


"Aujourdíhui il faut compter environ 6 mois quand il n'y a plus de stock "

Les concessions essaient tant bien que mal de répondre à la demande. « On essaie d’avoir le plus gros stock possible » explique Nicolas, vendeur chez Culture Vélo. Cependant, les fournisseurs ont du mal à suivre tant la demande est grande. C’est le même son de cloche dans l’ensemble des points de vente agenais, tous les vélos disponibles partent instantanément. « Les chaines de production de nos fournisseurs sont au maximum de leurs productivité, ils n’ont pas la capacité de produire plus » nous explique la concession Giant. Au niveau mondial la tendance observée à petite échelle se confirme. La demande sur le marché américain a bondi de 65% (Source NY.Times). Les grandes villes européennes comme Lisbonne, Barcelone ou Milan investissent massivement dans l’aménagement de leurs espaces afin d’accueillir une population cycliste toujours plus importante.


Les institutions publiques ont insufflé cet élan au niveau national

Comment expliquer un tel engouement autour du vélo ? Les politiques menées au niveau national et local ont porté leurs fruits. En France, le Plan Vélo lancé par le gouvernement en 2018 a permis aux Français de bénéficier d’aides pour réparer et/ou acheter de nouveaux vélos. Au niveau local, l’action de nombreuses municipalités à travers l’Hexagone a également accéléré le développement du cycle en France. Des grandes métropoles françaises comme Paris, Lyon, Caen ou Nice ont œuvrés pour faciliter l’accès au vélo.


La communauté d'Agglomération d'Agen suit le mouvement

L’engagement n°69 de la Communauté d’agglomération d’Agen visait à verser une prime de 200€ pour les nouveaux acquéreurs de vélos électriques. Le nombre maximum d’aide a été atteint en six semaines seulement. Une opération réussie qui sera vraisemblablement reconduite en 2021 et 2022. « Les VTC électriques ont conquis un public plus large grâce à l’aide mise en place par l’Agglo. Certaines personnes encore hésitantes ont sauté le pas à cette occasion » explique Aurélien de la concession CBO. Ce « plan vélo » a été complété par un aménagement des pistes et espaces cyclables dans les communes ainsi que la mise à disposition de vélos électriques en libre-service.


Les assistances électriques permettent une liberté plus grande

Les technologies d’assistances électriques notamment sur les VTT permettent au grand public de trouver ou retrouver des sensations uniques. L’autonomie des batteries et leur puissance permet l’accès à des chemins réservés habituellement à des sportifs aguerris. Cette assistance redonne aussi le goût de l’effort chez les consommateurs car pour qu’elle soit active, il faut toujours appuyer sur les pédales.La facilité d’accès et l’évasion que permettent ces vélos sont la clé de la réussite de cette filière, qui poursuit inlassablement sa folle ascension.


A Villeneuve aussi, les vélos se font désirer

En soixante ans d’existence, les Cycles Lamiche ont presque tout connu, les années fastes de la petite reine comme les coups de pompe. Mais pour Dominique, actuel gérant et fils du fondateur de cette institution villeneuvoise, la période actuelle reste singulière. « On n’arrive pas à avoir de réassort, aussi bien sur les vélos que les pièces détachées », affirme-t-il. Un phénomène qu’il explique par trois raisons. La première, l’arrêt pendant plusieurs mois de nombreuses usines asiatiques à cause de la pandémie. La seconde est liée au transport, lui aussi longtemps freiné. Et le cargo Evergreen, échoué en travers du Canal de Suez pendant des jours n’a fait qu’aggraver la situation. Enfin, et c’est peut-être là la meilleure nouvelle, l’augmentation de la demande. « L’avènement du vélo électrique a amené une belle hausse des ventes dans nos boutiques », indique Dominique Lamiche. Ces trois facteurs conjugués engendrent des délais d’attente assez longs. « Rien qu’en ce moment, j’ai une dizaine de vélos prévendus et je ne sais pas quand les clients vont les recevoir. Il vaut mieux ça qu’un carnet de commandes vide mais c’est dommage parce que l’on passe à côté de certaines affaires. »

Quant à la dynamique de progression du vélo, le gérant se veut prudent : « Tout d’abord, on est encore loin de l’époque où les abords des lycées et des entreprises comme l’Usine à Fumel étaient bondés de bicyclettes. Il y a certes actuellement un effet de mode et un engouement important pour le vélo mais je doute que dans un territoire comme le nôtre il puisse remplacer la voiture comme moyen de transport au quotidien. On est surtout sur du loisir. Toutefois, les avantages du vélo électrique permettent de toucher un nouveau public ou des anciens qui n’osaient plus en faire. Et ça, c’est très positif. Etant donné que le marché du cycle a, comme son nom l’indique, toujours été très cyclique, je tiens à rester prudent. »

32 vues0 commentaire