UPSA : un suicide et une enquête

Représentant du personnel d’UPSA, Frédéric Roblot s’est donné la mort en octobre dernier, mettant en cause la direction de l’entreprise pharmaceutique agenaise. Ses collègues de la CGT font le point.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

Le 26 novembre, le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, est venu en soutien des collèges de Frédéric Roblot


Le 19 octobre dernier, Frédéric Roblot, salarié et représentant du personnel chez UPSA, se donnait la mort. Dans un écrit, il met directement en cause sa direction. Sa compagne a déjà porté plainte et pourrait très rapidement être suivie dans la démarche par la CGT. Une enquête est aujourd’hui en cours.

Ce qui est sûr, c’est que le syndicat auquel appartenait Frédéric Roblot n’a pas l’intention de garder cette affaire dans le silence. Jeudi 26 novembre, une conférence de presse était organisée, en présence du big boss, Philippe Martinez. Le secrétaire général de la CGT tenait à être présent. « C’est un drame, ça nous touche tous. Je suis ici pour dire "Ça suffit" », lâche-t-il.


Une « stratégie construite »

Lors de cette réunion, deux proches collègues du défunt encore abasourdis ont détaillé leur version des faits et leur analyse de la situation au sein du géant pharmaceutique agenais. Ils font notamment part d’une « stigmatisation » et d’un « harcèlement discriminatoire » envers les élus CGT à coups de sanctions depuis plus d’un an. Tout ceci ayant fait l’objet de multiples alertes remontées à la hiérarchie. Selon Damien Planes, « ce sont des schémas bien connus d’affaiblissement des instances représentatives avant des annonces de suppression d’emplois ». Si ce processus n’est pas à l’œuvre aujourd’hui, le projet industriel du repreneur japonais Taisho demeure très flou. De plus, la conjoncture du marché du médicament (générication du Dafalgan codéine, baisse du prix du paracétamol, remise derrière le comptoir des produits en libre-service) laisse craindre quelques coups durs pour UPSA. Ces éléments font dire aux membres de la CGT qu’il s’agit d’une « stratégie construite » par leur direction.

Dans le dossier Roblot, plusieurs évènements sont mis en exergue par ses camarades. Frédéric Roblot a notamment reçu un avertissement à la suite d’un « coup de coude » envoyée à une salariée. Une « calomnie corroborée par aucun témoin » d’après ses collègues syndiqués. Suite à ça, cet employé décrit comme « fondamentalement gentil et apprécié » a fait part de son mal-être qui a notamment conduit à des arrêts de travail. Quelques jours avant l’acte fatidique, il recevait même une notification de refus de classification en accident du travail. « Cela fait plus de dix ans que je le côtoyais tous les jours. Il avait beaucoup de projets personnels avec sa famille, pas d’idées noires ou de comportement suspect. C’est clairement quelqu’un qu’on a cassé. Quand on veut briser un homme avec des valeurs, on s’attaque à ses valeurs. On a sous-estimé l’impact de tout ça sur Frédéric », souligne Nicolas Part.


Un phénomène répandu ?

Par souci de « ne pas entraver l’enquête », la CGT ne dévoile pas tous les éléments en sa possession. Elle réplique néanmoins frontalement aux dirigeants d’UPSA qui suggère une exploitation politique de la mort d’un salarié. « Leur réaction est scandaleuse. Il n’y a aucune compassion, aucune humanité », déplore Laurent Jacquelin, secrétaire de l’union départementale 47. La crainte sous-jacente est que ce type de drame puisse à nouveau survenir.

Pour Philippe Martinez, il s’agit d’un problème plus répandu qu’on ne le croit. « Il y a un double langage dans les entreprises. On sort le "dialogue social" toutes les deux phrases, le "besoin de vous" toutes les trois phrases. Mais ça ne résiste pas à la réalité, dès que l’on pose des questions légitimes sur la marche de l’entreprise. On nous impose des organisations et des restructurations. Soit on licencie soit on pousse à bout. Ça suffit, de maltraiter, de harceler, de condamner. Les camarades sont traités pire que des voyous. On ne va pas continuer comme ça sans rien faire. »



161 vues0 commentaire