Une rentrée pleine de changements !

Entre une historique enveloppe d’investissements, le changement des rythmes scolaires, l’arrivée des études dirigées et de nouveaux menus à la cantine, cette rentrée 2021 n’est pas avare en nouveautés.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

L’équipe municipale emmenée par le maire Guillaume Lepers et son adjointe Patricia Suppi a révélé toutes les nouveautés et changements de cette rentrée scolaire sur la commune.


« Cette fois, c’est notre rentrée ! » Contrairement à 2020 où ils avaient hérité du programme de leurs prédécesseurs, le maire villeneuvois Guillaume Lepers et son équipe ont enfin pu apposer leur patte sur le volet scolaire. Et le changement n’a pas tardé à se faire sentir. Comme chaque année, la Ville effectue des travaux de plus ou moins grande envergure dans ses établissements du secteur primaire. Comme promis par la nouvelle majorité, l’enveloppe 2021 est conséquente. Très conséquente. 400 000 € ont été alloués à diverses opérations. « On a plus que doublé par rapport au précédent exercice », souligne le premier édile. Visuellement, les élèves, leurs parents et les équipes ne constateront pas de révolution, si ce n’est à Clément-Marot au niveau du stationnement et du plateau sportif. En effet, la plus grosse part a été consacrée aux discrets mais non moins indispensables travaux de toiture et d’isolation. Avant d’embellir, il faut s’assurer que le haut est bien étanche... La transition vers un éclairage LED plus écologique et économique est également en cours. « Si on mobilise autant d’argent, c’est d’abord pour répondre à l’urgence mais aussi parce qu’on sollicite beaucoup de subventions, notamment dans le cadre du plan de relance », révèle Guillaume Lepers. Si l’Etat freine ses aides dans les années à venir, il faudra s’attendre à voir le budget annuel retrouver ses anciens standards...


Arrivée des menus végétariens

Côté restauration, tous les établissements disposent désormais d’un self-service avec l’équipement de Jean-Jaurès dans le courant de l’été. Ce dispositif a l’avantage de répondre à plusieurs objectifs : développer l’autonomie des élèves, réduire le gaspillage, fluidifier le service et offrir plus de choix. Et là encore, l’heure est à la nouveauté. Dès cette rentrée, les enfants en élémentaire se verront proposer deux plats principaux pour alterner dans la semaine entre viande, poisson et protéines végétales. A noter que le déjeuner du mardi sera entièrement végétarien. « Cela permet de respecter les envies et les convictions de chacun », assure l’adjointe Patricia Suppi, révélant au passage l’évolution des exigences des parents en la matière. Cette offre ainsi étoffée constituera peut-être un coup de boost pour la fréquentation des cantines, sachant que la part de produits bio (31%) et locaux est en hausse constante avec encore des améliorations à venir.


Retour de la semaine de quatre jours

Annoncée dès le mois de février, la semaine de quatre jours fait sa réapparition. Cela fait suite à une phase de concertation avec toutes les parties prenantes et le choix de la (courte) majorité a été respecté. Ce grand retour a le mérite de réaligner les écoles publiques villeneuvoises avec le secteur privé et de mettre toutes les communes du Grand Villeneuvois sur un pied d’égalité. Avec comme effet induit la réouverture du centre de loisirs Nelson-Mandela le mercredi matin pour tout le monde. Malgré tout, la municipalité ne voulait pas abandonner les temps d’activités périscolaires (TAP) qui offraient des activités culturelles, sportives et sociales à tous, sans discrimination. « Les TAP sont décalés sur la pause méridienne », précise Patricia Suppi. Le soir, après les cours, des études dirigées encadrées par des enseignants seront au programme pour celles et ceux qui le souhaite. De quoi, là encore, satisfaire les familles d’actifs et limiter le décrochage.


Les établissements parés pour tous les scénarios

Comme en 2020, cette rentrée se fera avec la crise sanitaire comme épée de Damoclès. Villeneuve est actuellement au second niveau (« jaune ») sur le barème de l’Education nationale. Concernant l’application des protocoles, le maire n’est pas inquiet. « Au cours de l’année écoulée, nous avons a peu près tout essayé et mis en place. Nous avons des équipes très réactives, donc nous serons en mesure de faire ce que l’Etat nous impose », glisse Guillaume Lepers. 1600 élèves sont attendus dans les 14 écoles de la commune.

38 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout