Une maquette de la charpente de Notre-Dame de Paris assemblée à Agen

Dans le cadre de la reconstruction de la cathédrale parisienne, ravagée par les flammes il y a plus d’un an, des élèves compagnons agenais ont participé à la réalisation d’une maquette grandeur nature de la charpente.

De notre journaliste : Charlotte Charlier

C’est dans les locaux de la Fédération Compagnonnique des métiers du bâtiment, qu’une partie de la charpente a été réalisé


Après l’incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris en avril 2019, l’heure est à la reconstruction. Un chantier pour le moins colossal au vu de la grandeur du bâtiment... La Fédération compagnonnique des métiers du bâtiment de Lot-et-Garonne a participé à la construction d’une maquette taille réelle de la charpente du monument. Une dizaine d’élèves charpentiers a eu le privilège de participer à ce travail d’ampleur. Un projet très particulier pour eux, comme pour leur formateur Vincent Labusquière, qui a été un élément clé afin de mener à bien cette réalisation. « Une sélection régionale a été effectuée, et nous avons été retenus. Les compagnons bénéficient d’une excellente réputation ce qui a sans aucun doute aidé à pousser notre candidature. D’autant qu’à Agen, nous bénéficions d’une grande structure pouvant accueillir un chantier d’envergure », raconte le formateur. Le travail a commencé en septembre dernier, avec la réception sur le site de formation agenais des bois tout droit venus de Dordogne. « A partir de ce bois de chêne, nous avons taillé un premier chevron formant-ferme, puis un second... Au total, c’est un chantier de trois mois qui a été nécessaire pour mener le projet à bien. » Des centres de formation d’autres régions ont également réalisé des pièces de la charpente. Il a donc fallu en réunir la totalité une fois le travail de chacun terminé. « J’ai oeuvré de manière à ce que tout revienne sur Agen pour une vérification avant assemblage. Il fallait s’assurer que tout s’emboîte parfaitement », raconte Vincent Labusquière.


3 mois de chantier pour réaliser la charpente de Notre-Dame

Le produit final est immense, mesurant treize mètres de large pour une hauteur dépassant les douze mètres. L’ensemble a été réuni au lycée des métiers du bâtiment à Felletin, dans la Creuse, qui expose cette maquette monumentale. L’objectif, utiliser ce projet comme carte de visite pour répondre à des appels d’offres et candidater à la reconstruction de la cathédrale. « Le transport a nécessité une logistique très importante. Et sur place, le levage a demandé une certaine connaissance pour ne pas détériorer la construction. » Un jour et demi a été nécessaire pour l’assemblage. S’ensuivent sept heures pour lever l’ensemble. « Et croyez moi, pour une charpente de cette taille, c’est rapide ! », plaisante Vincent.


Un ouvrage inauguré par le président de la Région

Au vu des conditions, tous les élèves n’ont pas pu se rendre sur place. L’inauguration le 7 décembre a donc été proposée en visioconférence. Sur place, le président de la Région, Alain Rousset, a pu constater l’ampleur du travail réalisé. Même les formateurs les plus aguerris sont impressionnés du résultat. « En 20 ans, j’en ai vu de belles choses. Mais une charpente de cette dimension c’est exceptionnel. J’en suis d’autant plus heureux que chez les Compagnons, nous nous efforçons de transmettre les techniques médiévales un peu oubliées aujourd’hui. C’est un beau coup de projecteur ! », se réjouit le formateur, aussi très fier de ses élèves. « Ils n’ont jamais rechigné, se sont passionnés chaque jour un peu plus que les autres malgré les journées très denses. » Quentin, l’un des jeunes en deuxième année de formation, se souviendra longtemps de cette expérience. « C’est un projet exceptionnel et très formateur, qui restera à coup sûr gravé dans ma mémoire. Nous avions la volonté d’être à la hauteur de la réputation des Compagnons. Au vu de la qualité du rendu final, je crois que c’est réussi. »


19 vues0 commentaire