Une avancée de taille pour la gestion de l’eau en Lot-et-Garonne

Avec la pose de la première pierre du siège régional de la Saur, et celle de la future usine de production d’eau de Sérignac, l’agglomération agenaise démontre sa volonté d’engager une véritable politique autour de cette ressource majeure.

De notre journaliste : Charlotte Charlier

De gauche à droite : Patrick Bléthon, directeur exécutif de la Saur, Pierre Castéran, directeur général adjoint de la Saur (secteur ouest), Pierre Delouvrié, dajoint en charge de l’eau et de l’assainissement, et Jean Dionis, président de l’Agglo d’Agen, se sont servis un grand verre d’eau pour symboliser l’installation du siège régionale de la SAUR au TAG


L’eau, cette ressource essentielle et précieuse qu’il est nécessaire de protéger, aujourd’hui plus encore... L’Agglomération d’Agen et l’ensemble des acteurs sur ce territoire l’ont bien compris, et travaillent en coulisses depuis quelques temps pour préparer l’avenir. « Cela passe notamment par un gros travail pour fournir une eau de qualité aux habitants comme aux industriels, et des efforts pour activer un recul du gaspillage de cette ressource », assure le président de l’Agglo Jean Dionis. La semaine dernière, deux temps forts se sont déroulés le temps d’une après-midi, marquant le début d’une nouvelle ère dans la gestion de l’eau... Sur le Technopôle Agen-Garonne tout d’abord, la pose de la première pierre du siège régional de la Saur, groupe français assurant la gestion déléguée de services pour les collectivités, et Eau de Garonne, sonnait comme un événement bien attendu. Jean Dionis et son équipe, notamment Pierre Delouvrié, vice-président en charge de l’eau et de l’assainissement, n’ont pas caché leur enchantement quant à cette arrivée sur cette « zone d’excellence de haut niveau environnemental, proche de toutes commodités » selon leurs dires. Pour le président, « La Saur, en venant installer son siège ici, tient sa parole donnée en 2019, au moment où elle a remporté le contrat de délégation de l’Agglomération d’Agen pour la distribution d’eau potable. » A ce moment-là, le groupe assurait avoir un projet de développement dans le Sud-Ouest, avec la volonté de le faire en Lot-et-Garonne. « Nous sommes sensibles aux personnes qui tiennent parole, et cela va sans aucun doute crédibiliser davantage la Saur dans notre département. C’est toute une politique autour de l’eau qui se met en place », continue-t-il. Et l’un des piliers de cette politique repose sur la lutte contre les fuites, qui fait l’objet d’une attention particulière depuis quelques temps. « Grâce à d’importants colmatages, nous avons d’ores et déjà économisé 500 000 m3 d’eau, un chiffre qui sera encore en hausse d’ici la fin de l’année », confie Pierre Delouvrié.

Un bâtiment aux fortes ambitions d’autoconsommation

Actuellement basée à Toulouse, la Saur Sud-Ouest va fermer son implantation historique pour venir poser ses valises tout proche d’Agen. « C’est une décision stratégique de venir ici. Il est important pour nous de s’implanter au plus près de nos contrats », souligne Patrick Bléthon, directeur exécutif de la Saur. Si pour l’instant seul un panneau indique la présence prochaine des bureaux, sur un terrain de plus de 9 500 m2 juste en face des locaux de l’Association climatologique de Moyenne Garonne (ACMG) toujours en travaux (lire notre édition du 8 juillet 2021), l’arrivée des équipes est déjà programmée à l’automne 2022. A terme, environ 130 personnes seront amenées à y travailler. Tout comme les autres bâtiments de cette zone en développement, cet ensemble qui va prochainement sortir de terre répond à des démarches qualitatives, avec notamment un projet d’installation d’ombrières photovoltaïques sur les parkings, dans l’idée de ce que propose Avergies, filiale de Territoire d’Energie 47, dans plusieurs communes du département. L’objectif d’autoconsommation est estimé à 70%, grâce à une production équivalente à la consommation moyenne d’une vingtaine de foyers. « La confiance n’excluant pas le contrôle, on se permettra de le vérifier ! », plaisante Jean Dionis, qui assure que l’Agglomération accompagnera comme il se doit cette arrivée de taille sur son territoire.


Une usine flambant neuf à Sérignac-sur-Garonne

Le deuxième temps fort de l’après-midi s’est déroulé à quelques kilomètres de là, du côté de Sérignac-sur-Garonne. Sur le territoire, on recense quatre usines, deux côté rive gauche et deux côté rive droite. Celle de Sivoizac au Passage d’Agen, a récemment connu un ravalement de façade. Sérignac est donc désormais dans le viseur. En face de l’actuelle usine très dégradée de traitement de l’eau, située logiquement en bordure de fleuve, un nouveau site va sortir de terre prochainement, au milieu des plants maïs et des tournesols, destinée à la production de l’eau potable. L’Agglomération a investi, par le biais du contrat Eau de Garonne, et avec l’Agence de l’eau Adour-Garonne (Eau Grand Sud-Ouest), 7,2 millions d’euros pour sa construction, afin de moderniser l’actuel dispositif. Sa mise en service prévue en 2023. « On rase tout et on recommence ! », a lancé le maire Jean Dreuil, ravi d’accueillir ce projet sur sa commune. Actuellement, l’usine se limite à un pompage profond dans la nappe du Jurassique, « difficilement admissible aujourd’hui. Le but est de revenir à un pompage en Garonne », explique Pierre Delouvrié. La question du foncier s’est posée un temps. « Nous pensions pouvoir construire sur le site l’usine en place, mais finalement, il aura simplement fallu traverser la route pour trouver l’emplacement idéal », sur un terrain cédé par deux familles du coin. « Traiter l’eau de Garonne n’est pas simple, puisque la qualité de l’eau est très différente d’un endroit à un autre, elle peut aussi varier avec la température, les crues, etc. La présence de pesticides et dérivés est aussi à prendre en compte. C’est pourquoi, nous aurons trois barrières de traitement, et l’utilisation d’un produit de la Saur pour piéger toutes les particules néfastes pour les usagers », détaille Pierre Castéran, directeur général adjoint de la Saur sur le secteur ouest du pays. Et pour prévenir les problématiques de manque d’eau, de plus en plus prégnantes, une réserve d’eau traitée de 800 m3 sera installée sur le site. « Nous risquons de manquer d’eau en été dans les années à venir, il faut être inventif et prendre les devants », sonne le l’élu en charge de l’eau et l’assainissement. D’ailleurs, ce dernier l’assure, l’Agglomération proposera prochainement davantage de renouvellement des installations locales pour l’approvisionnement de l’eau. Mise en service prévue en 2023.


Siège de la Saur //

+ 9500 m2

de terrain


Près de

2 000 m2

de terrain

130

collaborateurs à terme



Usine de Sérignac //

7,3M€

d’investissement dont

2,4M€

par l’Agence de l’eau Adour-Garonne

et

4,8M€

par l’Agglo d’Agen/Eau de Garonne




18 vues0 commentaire