Un plan de relance inédit au profit de l’hôtellerie-restauration

Pour accompagner la relance économique des professionnels de l’hôtellerie-restauration, l’Agglomération a récemment voté un plan de soutien avec une mesure forte. Les 156 000€ perçus au titre de la taxe de séjour seront réinvestis dans des actions de promotion et d’accompagnement.

De notre journaliste : Charlotte Charlier

La Ville, l’Agglomération et l’Umih 47 se sont réunis à l’office de tourisme Destination Agen pour officialiser le lancement du plan de soutien


"C’est une décision exceptionnelle », a martelé plusieurs fois le président de l’Umih 47, Jean-François Blanchet. Et pour cause, l’Agglomération d’Agen a décidé, dans le cadre d’un plan d’accompagnement aux professionnels du secteur touristique, d’utiliser l’intégralité de la recette de la taxe de séjour, soit 156 000€, pour financer des opérations de promotion et de communication dans le but d’accompagner la reprise de la profession. Cette somme va être répartie à travers deux actions, résultat de multiples échanges entre les élus, l’Umih 47 et l’office de tourisme Destination Agen. La première va permettre, grâce à une subvention de 106 000€ accordée à l’Umih 47, la mise en œuvre d’un concours permettant de distribuer 1 000 bons d’une valeur de 60€ pour un ‘week-end escapade en Agenais’. Ces bons seront remis aux touristes désignés « ambassadeurs » qui auront choisi de séjourner dans le secteur… sous réserve de remplir quelques critères : passer deux nuits dans un hôtel de l’une des communes que compte l’Agglomération, aller au moins une fois dans un restaurant traditionnel, consommer au moins une fois dans un café, bar ou discothèque (même si la réouverture des établissements de nuit semble inespérée d’ici cet été…) et de faire au moins une visite sur un site touristique, le tout pour deux personnes minimum. « Cette initiative vient inciter les touristes à revenir sur notre territoire, et essayer de créer une fidélité au passage », souligne Olivier Grima, vice-président de l’Agglo en charge de l’économie et de l’emploi. Pour mesurer les effets directs, un outil de traçage sera mis en place, notamment pour déterminer les points les plus prisés par les visiteurs. « Sans chercher bien loin, nous sommes assurés que cette action rapportera au minimum 400 000 euros », assure le président de l’Umih 47.


Un festival de

la gastronomie en juillet

Le deuxième projet voté consiste à créer un festival de la gastronomie, grâce à une subvention de 50 000 euros accordée à la Ville d’Agen. Un évènement qui était une volonté pour l’équipe Agen même 2020 (engagement 107, ndlr) et qui prend tout son sens en cette période compliquée pour l’hôtellerie-restauration. « Il se tiendra du 9 au 11 juillet prochain, si la situation sanitaire le permet, dévoile la première adjointe Clémence Brandolin-Robert. Il y aura des conférences pour sensibiliser le grand public aux enjeux agricoles, alimentaires et environnementaux, mais aussi un festival ‘off’ pour mettre en avant nos produits et restaurateurs, qui seront mis à contribution. » Enfin, parmi les actions votées dans ce plan d’accompagnement, l’Agglo prévoit un soutien juridique et comptable personnalisé pour les professionnels. Un « cabinet expert » assurera cette délicate mission, avec notamment la mise en place de webinaires à destination de l’ensemble des filières pour leur permettre de prendre connaissance des aides mobilisables, auxquels s’ajouteront des rendez-vous privatifs au besoin, pour redémarrer dans de bonnes conditions. « Il faut bien comprendre que ce plan va permettre de sauver les 1 300 personnes travaillant dans notre secteur, soit plus de 300 entreprises. Preuve d’un dispositif sans précédent, nous avons reçu de nombreux coups de téléphone de départements voisins venus s’informer de ces mesures exceptionnelles », raconte Jean-François Blanchet. Reste à savoir si la réouverture dite « progressive » aura bien lieu le 15 mai prochain. A ce propos, le président de l’Umih 47 a donné quelques nouvelles : « Pour l’instant, le scénario sur la table prévoit une réouverture en trois paliers de quatre semaines chacun, en commençant par les terrasses. On ne retrouverait pas une jauge normale avant la fin juillet. De mon côté, je suis pour la réouverture par étapes, mais j’ai fait remonter à Paris que quatre semaines par palier c’était bien trop. Rien n’est acté, les négociations sont en cours... »


Un évènement pour remplacer le Pruneau Show à l’étude

Interrogée sur la tenue ou non du Pruneau Show, la première adjointe au maire a précisé qu’un « scénario alternatif » est à l’étude, pour maintenir des festivités et marquer ce dernier week-end du mois d’août. « Ce sera évidemment différent du Pruneau Show, puisque les jauges habituelles ne seront pas possibles à tenir », a déclaré Clémence Brandolin-Robert.

60 vues0 commentaire