Un partenariat expérimental entre l’école de musique cassipontine et le conservatoire

Les deux établissements ont signé une convention permettant de créer de nouvelles passerelles afin de décloisonner l’enseignement musical chez les jeunes.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

Les deux structures veulent favoriser les échanges entre les jeunes.


On connaissait les ententes sportives, permettant aux clubs de petites villes d’augmenter leur vivier de jeunes. Cette idée a essaimé et c’est maintenant au tour des musiciens en herbe de briser les frontières. Depuis le mois de septembre dernier, l’école municipale de musique de Pont-du-Casse et le Conservatoire à rayonnement départemental d’Agen (CRDA) ont mis en place une coopération unique à ce jour sur l’Agglo en vue de « développer une offre pédagogique concertée ». Concrètement, la vocation de ce partenariat est de favoriser les échanges entre les deux structures et donc d’étoffer le socle des pratiques existantes. « Il permet aux élèves cassipontins qui le souhaitent d’accéder à de nouvelles disciplines instrumentales et de suivre un cursus diplômant et pré-professionnel. On démocratise ainsi l’accès au conservatoire qui peut faire peur. A l’inverse, ceux du CRDA peuvent suspendre leur formation diplômante pour bénéficier d’un parcours plus allégé, plus amateur, parce que la pratique de la musique, c’est d’abord du plaisir et pas de l’élitisme », explique Jean-Michel Marcenach, adjoint à la culture à la mairie de Pont-du-Casse. Les équipes respectives des deux établissements favorisent également les rencontres de différents ensembles et ateliers notamment dans le champ des musiques actuelles. Cette convention vise enfin à mutualiser les équipements des deux collectivités, qu’il s’agisse des salles de cours ou de spectacles.


82 élèves à l’école de musique de Pont-du-Casse, ce qui en fait l’un des établissements les plus dynamiques au regard de la population.

A ce jour, deux élèves du conservatoire viennent dans la commune du nord-est agenais pour continuer leur apprentissage du piano et de la batterie tandis que deux autres font le chemin inverse. « On souhaite faire du sur-mesure pour répondre au projet de chaque enfant. On est sur une année de mise en place mais ce projet s’inscrit dans le temps », souligne Jacky Lhiver, directeur du CRDA.

Des conventions similaires pourraient être signées avec d’autres communes de l’Agglo agenaise dans les mois et années à venir.

21 vues0 commentaire