Un drône pour sensibiliser aux déperditions thermiques

Pour avertir les propriétaires quant aux pertes de chaleur liées à leur habitat, la Ville d’Agen s’est appuyée sur l’expertise du syndicat Territoire d’énergie pour réaliser une opération de thermographie aérienne sur le périmètre du futur éco-quartier La Villette. Explications.

De notre journaliste : Charlotte Charlier

Trois télépilotes de Territoire d’énergie, spécialement formés à la conduite de drones, survolent le futur éco-quartier La Villette à la recherche de « passoires énergétiques ».


C’est un drôle de ballet qui s’est déroulé rue Corps Franc Pommies, à quelques mètres de l’institut de formation en soins infirmiers. Un drone a été aperçu en train de survoler le quartier, effectuant des allers retours réguliers... Au pilotage, on retrouve trois professionnels de Territoire d’énergie Lot-et-Garonne (anciennement SDEE 47), très impliqué dans les actions de transitons énergétique sur le département. Suite à un partenariat avec la Ville d’Agen, ils sont venus survoler quelque 54 hectares, correspondant au périmètre du futur éco-quartier La Villette. L’objectif : déceler les zones de déperditions thermiques pour informer les habitants sur les pertes de chaleur liées à leur domicile. En effet, avec l’OPAH (Opération programmée d’amélioration de l’habitat), la Ville s’est engagée dans une action de rénovation des bâtiments et logements anciens du centre-ville. Et le périmètre a récemment été étendu, pour accélérer la politique de sensibilisation (engament n°62 du mandat en cours). L’utilisation du drone s’inscrit donc dans cet objectif. Une toute nouvelle compétence que propose Territoire énergie pour compléter l’offre à ses adhérents. « Nous avons remporté un appel à projet national autour de la rénovation énergétique, qui incluait l’achat d’un drone pour développer nos activités. Nous l’avons acquis l’an dernier, et formé par la suite trois télépilotes pour l’utiliser. Cela représente un investissement de 15 000 euros, et nous avons été aidés à hauteur de 50% en ce sens », explique Jérôme Queyron, directeur général des services. Cet outil, agrémenté d’une caméra thermique, le tout adossé à un logiciel de suivi du patrimoine énergétique des communes, présente plusieurs intérêts pour le syndicat. « Il va nous permettre d’être plus performants dans plusieurs domaines : la rénovation énergétique du bâti évidemment, mais aussi sur le photovoltaïque, pour contrôler les toitures, et la détection de fuites dans le sol sur nos réseaux de chaleur », continue-t-il. Ce vol du futur éco-quartier est la première opération d’ampleur, qui va permettre de recenser les éventuelles « passoires énergétiques » des habitations.


Comprendre la nécessité d’une bonne isolation

Jusqu’au 15 mars, l’engin volera le matin, selon les conditions météorologiques et les autorisations délivrées. Seule contrainte, les vols doivent être effectués tôt le matin, pour ne pas que le soliel engendre une surchauffe de l’appareil, auquel cas les mesures seraient faussées. « L’autonomie est de 15 minutes par vol. Nous déterminons un périmètre à balayer pour chaque vol, et le drone fait le travail. Nous surveillons à distance que tout se passe bien, pour reprendre le contrôle au besoin », explique Fabien, chargé de missions photovoltaïques pour Territoire d’énergie. Par la suite, le plus gros du travail va être de traiter toutes les données, l’appareil réalisant 400 à 600 photos par vol, répertoriées par points GPS. « On superpose la vision thermique avec des photos pour identifier les zones de perditions, et comparer les maisons les unes aux autres. Ça va être un gros travail d’assemblage pour cumuler les cartographies unitaires dans le but d’en réaliser une globale pour le quartier. » Déjà informés de la tenue de cette opération dans leur quartier, beaucoup d’habitants ont contacté les services de l’Agglomération afin de se renseigner sur les aides à la rénovation énergétique. « Avec des images concrètes, on va être capables de leur dire que c’est sérieux, et de leur proposer un accompagnement en matière de travaux. Il faut que tout le monde comprenne qu’une bonne isolation est un investissement bénéfique et facilité d’autant plus avec les aides mises en place. Aujourd’hui, les valeurs patrimoniales sont plus basses lorsque les bilans énergétiques sont mauvais. Et c’est devenu l’un des critères majeurs dans l’acquisition d’un bien », assure Jean Pinasseau, adjoint en charge du défi économique, de la promotion immobilière et commerciale. De son côté, Territoire d’énergie souhaite développer ce service sur l’ensemble du département, afin de continuer à informer le grand public sur l’importance de réduire ses consommations.

42 vues0 commentaire

SARL LOT-ET-GARONNE PRESSE – Capital : 20900 € - Siège Social : 22, rue Lamouroux, 47000 Agen - RCS Agen 452 879 539

n°de siret : 45287953900057 – Code APE : 6391Z - n° de TVA Intracommunautaire : FR 784 528 795 39 – Tél : 05 53 87 46 75

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Youtube