Un campus déjà bien rempli

Le projet de « campus connecté » a pris une nouvelle dimension au point que les élus villeneuvois parlent désormais de campus tout court avec de nombreux étudiants pour cette première rentrée.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

Voici quel devrait être le visage après travaux du futur campus de Villeneuve, sur le site de l’ancienne école Jeanne d’Arc.


Il est de coutume de dire que les voyages forment la jeunesse. Rester en terres villeneuvoises a désormais les mêmes vertus. L’agglomération dispose depuis ce mois de septembre 2021 d’un véritable pôle étudiant. Celui-ci compte déjà une centaine de membres. Cent, pas un de moins. Un nombre qui ravit particulièrement les élus de la CAGV.

Tout est parti avec le projet de « campus connecté », lancé par la précédente équipe avant que la majorité Lepers ne reprenne le flambeau. Ce dispositif national permet de suivre des cours universitaires à distance. Officialisé à Villeneuve en janvier dernier, en pleine période de formulation des vœux sur Parcoursup, le campus connecté semblait un peu juste question timing pour la rentrée. Malgré cela, douze étudiants du territoire et des intercommunalités environnantes, âgés de 18 à 37 ans, ont choisi cette formule. Les cursus sont tous très différents, des ressources humaines aux lettres classiques en passant par l’anglais, les sciences de l’éducation, l’assistance juridique et même le concours interne de gendarmerie... Certains découvrent le monde-post bac avec une première année de licence, d’autres sont déjà au niveau master. S’ils n’auront pas le luxe de partager les cours avec leurs camarades de promo respectifs, ils seront en revanche épaulés par une coordinatrice-tutrice. Vanessa Sy, recrutée cet été, se chargera de les accompagner d’un point de vue méthodologique et de créer une cohésion dans ce groupe très hétérogène. « Je viens de la région parisienne et je suis dans le monde de l’éducation depuis plus de dix ans pour de l’analyse, du conseil aux Etats ou encore comme cheffe de projet. J’ai aussi donné des cours à l’université Paris V », révèle la jeune femme, tombée « amoureuse » du Grand Villeneuvois.

Pour le président Guillaume Lepers, « l’une des clés de la réussite d’un tel projet repose sur la personne que l’on met aux manettes ». Les premières semaines de travail de Vanessa semblent déjà faire l’unanimité.


Les BTS en force

A ces douze étudiants, il faut également ajouter 88 autres jeunes inscrits dans six nouveaux BTS (MCO, Gestion de la PME, NRDC, Professions immobilières, Action managériale, SIO), tous en alternance, proposés par Sud Management et l’Institution Sainte-Catherine. C’est pourquoi les responsables politiques parlent désormais de campus et non plus seulement de campus connecté. « On a changé de dimension », se félicite Guillaume Lepers. A l’avenir, des passerelles avec l’IFSI (école d’infirmières) et ses 80 élèves ainsi que les BTS du lycée Leygues-Couffignal ne sont pas à exclure.

Pour créer cette unité, il faut bien sûr un lieu commun à tous. Et il s’agit ici de l’ancienne école Jeanne-d’Arc, toujours en travaux à l’heure actuelle. Le chantier, mobilisant une enveloppe supérieure à 800 000 € largement subventionnée, aurait dû être livré début septembre. Les problèmes d’approvisionnement en matériaux en ont décidé autrement. Ce n’est donc pas avant la Toussaint que les jeunes pourront découvrir le bel écrin dans lequel ils évolueront toute l’année et les suivantes s’ils décident de poursuivre l’aventure. En attendant, ils se répartissent entre les locaux de la mairie de Villeneuve et l’espace de coworking rue Sainte-Catherine.


Des retombées multiples sur le territoire

Les raisons qui ont poussé le développement de cette offre de formation et des infrastructures collectives sont nombreuses. Le faible taux de Lot-et-Garonnais diplômés de l’enseignement supérieur (32,4%) par rapport à des départements comme la Gironde et ce malgré un bon niveau en sortie de lycée ainsi que le solde migratoire des villes moyennes n’ayant pas de pôle universitaire font partie des arguments mis en avant par les élus locaux. « Est-ce que c’était vraiment à nous d’investir dans une politique de formation ? Peut-être pas. Mais dans le Grand Villeneuvois, si attend toujours après les autres, il ne se passera pas grand chose », estime le président Lepers. Le campus a aussi pour vocation de remplir d’autres objectifs : comme répondre aux besoins de compétences du tissu économique. Pas moins de 41 entreprises du territoire accueillent des alternants inscrits dans les six BTS cités plus tôt. Il est aussi question de redonner des couleurs à la bastide. « Des étudiants, ça vit, ça consomme et ça fait la fête en ville. » Avec une offre culturelle, sportive et de restauration suffisamment attractive, les étudiants trouveront à Villeneuve un environnement favorable à leur épanouissement de jeunes adultes.


Renseignements //

Campus de Villeneuve-sur-Lot

www.grand-villeneuvois.fr

campus.connecte@grand-villeneuvois.fr

05.53.71.60.66 ou 06.33.37.54.59

87 vues0 commentaire