Après les collèges, « Du 47 dans nos assiettes » investit les Ehpad

Mis à jour : 31 mars 2020

Déjà fructueux dans les collèges publics du Lot-et-Garonne, « Du 47 dans nos assiettes » va s’installer dans les établissements publics d’hébergement pour personnes âgées, début 2021.

De notre journaliste : Charlotte Charlier

Guillaume Barbosa, administrateur du Groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS) de Lot-et-Garonne et Sophie Borderie, présidente du Conseil départemental, ont signé le partenariat pour l’extension « Du 47 dans nos assiettes » aux EHPAD.


Avec la création du programme « Du 47 dans nos assiettes » en 2011 par le Conseil départemental, l’objectif était clair : proposer des repas équilibrés et de qualité à l’ensemble des établissements publics de la restauration collective. Le tout en s’appuyant sur plus de 300 agriculteurs locaux, pour mettre en avant les produits lot-et-garonnais et favoriser les circuits courts. L’initiative a commencé par les collèges, avec des résultats plus que satisfaisants. Quelques 10 000 collégiens, répartis dans les 24 collèges publics gérés par le départements, peuvent apprécier les repas proposés par cette initiative locale. Désormais, le Département se lance sur un nouveau marché, celui des Ehpad. « Du 47 dans nos assiettes » va bientôt bénéficier aux établissements d’hébergement pour personnes âgées du GCSMS (Groupement de coopération sociale et médico-sociale) de Lot-et-Garonne. Le partenariat a été officialisé lors de la tenue des Ateliers des Départements de France sur le thème de la restauration collective, au Centre de congrès d’Agen.


Des études pour reprendre le marché


Pouvoir servir les résidents des Ehpad du département ne se fait pas en un claquement de doigts. Si le partenariat a été signé publiquement, des études sont en cours, et ce jusqu’à la fin de l’année, pour proposer un service de repas le plus adapté possible. Qualité, quantités, cuissons, comportements en salle, tout est passé au peigne fin pour être au plus près des besoins des personnes âgées, un public bien différent des collégiens. Les déchets sont également analysés, afin d’étudier en détails ce que mangent plus ou moins les résidents.

« Le marché sera officiellement repris par le Département début 2021, date à laquelle les premiers repas vont être distribués » explique Philippe Huvé, chef de service restauration collective au Conseil départemental.


Des études montrent que 30 à 40% de ce qui est acheté n’est pas distribué dans les Ehpad

Le gaspillage, cheval de bataille du Département

Si des études sont nécessaires pour adapter les repas à ce nouveau public du programme « Du 47 dans nos assiettes », c’est aussi dans un objectif de limiter au maximum le gaspillage alimentaire. « Des études montrent que 30 à 40% de ce qui est acheté n’est pas distribué » dévoile Philippe Huvé. Dans les Ehpad, la principale source de gaspillage se trouve dans les trop grandes quantités de nourriture servies aux convives. Et quand on mange bien, il y a moins de gaspillage ! Preuve en est avec son évolution dans les collèges depuis la mise en place du programme départemental. Passant de 30% à 15% aujourd’hui, le gaspillage a été réduit de moitié. Le défi va donc être de répondre le plus justement possible à l’appétit des résidents, tout en leur faisant plaisir. En plus des établissements, un service de repas à domicile est également à l’étude. Lors de la signature pour l’élargissement du programme aux Ehpad, Sophie Borderie, la présidente du Conseil départemental, s’est ravie de pouvoir « développer ce dispositif à un autre public » et espère qu’il sera aussi fructueux que pour les collèges.


2 à 3 analyses vont être effectuées jusqu’à la fin de l’année dans certaines résidences, pour répondre au mieux aux besoin des personnes âgées.


17 vues0 commentaire