La maison des aînés de Villeneuve,véritable fontaine de jouvence

Mis à jour : 31 mars 2020

L’espace Lucie-Aubrac vient de célébrer ses dix ans d’existence, confirmant son importance pour les nombreux séniors qui le fréquentent en matière de lien social et de lutte contre le vieillissement pathologique.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

L’espace Lucie-Aubrac est ouvert à tous les Villeneuvois de plus de 60 ans. Ils peuvent ainsi s’adonner à de nombreuses activités physiques, culturelles ou intellectuelles.


Mesure-t-on la grandeur d’une civilisation à la manière dont elle traite ses séniors ? A Villeneuve-sur-Lot en tout cas, on prend la question très au sérieux. La maison des aînés en est un bel exemple. La structure, unique en Lot-et-Garonne comme l’a rappelé le maire Patrick Cassany, a célébré ses dix ans existence jeudi 10 octobre avec un après-midi festif réunissant partenaires et adhérents. Ces derniers, plus de 400 à ce jour, illustrent l’engouement du troisième âge pour cet équipement. Ils avaient d’ailleurs réalisé une impressionnante frise de messages pour l’occasion. « La maison des aînés est une maison de jeunesse », pouvait-on y lire.


+ de 400 adhérents sont recensés au sein de la maison des aînés de Villeneuve-sur-Lot. Un chiffre en constante augmentation.

Ce lieu de vie et d’accueil, aussi baptisé Espace Lucie-Aubrac, est géré par le Centre communal d’action sociale (CCAS). Il permet de mener des actions de prévention sanitaire. Toute l’année, un programme d’animations riche et varié est proposé à tous les Villeneuvois âgés de plus de 60 ans. On y trouve des activités culturelles (musée, bibliothèque, découverte du patrimoine), des activités sportives (gym douce, pilates, yoga, marche), d’autres plus récréatives (ateliers créatif ou culinaires, carnaval), des sorties (cinéma, théâtre), un peu de stimulation (éveil mémoire) ainsi que de l’information sur la santé ou encore les cambriolages… Les journées y sont incontestablement bien remplies grâce aux équipes du pôle séniors dirigées par Christine Martin et les nombreuses associations intervenantes.

« Il faut en finir avec le repli sur soi et l’isolement ! Ça passe par des pratiques qui font du bien. On sait que les activités physiques, culturelles et intellectuelles permettent de limiter le vieillissement pathologique. Mais la maison des aînés, ce n’est pas que ça. C’est aussi du réconfort, des amitiés, du lien social », souligne Marie-Françoise Béghin.


Pousser les murs


La première adjointe au maire, en charge de l’Action sociale, est particulièrement attachée à cette structure. « Les séniors sont les piliers indispensables de notre monde associatif. Il est très important de leur permettre de bien vieillir, c’est-à-dire de vieillir libre », poursuit-elle.

Dans un contexte où la population vit de plus en plus longtemps et où les liens familiaux se distendent avec les enfants et petits-enfants qui partent vivre parfois loin, la collectivité tente d’apporter une réponse avec des actions de ce genre. Cela passe aussi par des solutions de logements adaptés – deux nouveaux projets résidentiels verront le jour dans le parc Saint-Cyr et l’ancienne clinique du parc -, des transports urbains accessibles, un plan canicule efficace l’été... Des efforts notamment salués par l’Organisation mondiale de la santé qui a attribué à Villeneuve-sur-Lot le label « ville amie des aînés ». « Tout cela traduit la volonté de l’équipe municipale de ne laisser personne sur le bord du chemin », réaffirme Patrick Cassany.

Après une décennie passée très vite, le regard est maintenant porté vers l’avenir. « Nous avons l’intention de poursuivre cette activité, annonce le premier édile. Il faudra d’ailleurs peut-être pousser les murs vu le nombre d’adhérents. Mais s’engager dans les projets, c’est un signe de jeunesse ! »


Un site très adapté

Construite en 2009, la maison des aînés Lucie-Aubrac est un bâtiment de plain-pied d’une surface de 338 m2. Elle est aménagée en trois espaces modulables pouvant accueillir plusieurs clubs sur le même créneau horaire tout en préservant l’activité de chacun. Les usagers disposent d’une tisanerie, d’une sono intégrée, d’un rétroprojecteur, d’un poste informatique…

La bâtisse, comme celle de la maison des associations, a été érigée au cœur du parc François-Mitterrand très arboré et idéal pour la promenade avec la voie verte qui le traverse. Les plus anciens se rappelleront qu’à cet endroit se dressaient auparavant les friches de l’ancienne voie ferrée.


8 vues0 commentaire

SARL LOT-ET-GARONNE PRESSE – Capital : 20900 € - Siège Social : 22, rue Lamouroux, 47000 Agen - RCS Agen 452 879 539

n°de siret : 45287953900057 – Code APE : 6391Z - n° de TVA Intracommunautaire : FR 784 528 795 39 – Tél : 05 53 87 46 75

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Youtube