Situation sanitaire en Lot-et-Garonne : du mieux mais pas de miracle

Le point hebdomadaire sur la situation épidémiologique dans le département a révélé comme partout en France une amélioration des indicateurs mais ceux-ci restent toutefois significatifs.

De notre journlaiste : Dimitri Laleuf

Le dernier bilan local fait par Joris Jonon et Béatrice Lagarde invite à la vigilance.


Le « pic » de la seconde vague épidémique semble bel et bien derrière nous. Dans le sillage des annonces du président Emmanuel Macron ce mardi 24 novembre, tous les regards sont tournés vers l’après et le retour progressif à une vie plus « normale ». Mais la guerre contre le virus n’est pas encore gagnée. C’est en substance ce qu’a rappelé Joris Jonon, directeur départemental de l’ARS, ce mardi également pour le point presse hebdomadaire réalisé avec la préfète Béatrice Lagarde.

Si l’amélioration des indicateurs est palpable partout en France, y compris dans le département, on observe « des situations contrastées » d’un territoire à un autre. Ainsi, la « tendance baissière » constatée par Joris Jonon est moins flagrante en Lot-et-Garonne qu’à l’échelle de la région toute entière. Ici, le taux d’incidence est de 50 points supérieur au score de la Nouvelle-Aquitaine (165,3 contre 113,3). Pour le taux de positivité, le Lot-et-Garonne est également moins bien loti (13,9% contre 9,9%). Chez les séniors, c’est encore plus prononcé.

Même si nous sommes loin des sommets atteints début novembre (taux d’incidence de 300 localement), les chiffres présentés témoignent toujours d’une circulation active du covid-19. A titre de comparaison, ils sont quasiment équivalents à ceux qui avaient été relevés juste avant la proclamation du second confinement (voir ci-contre ). Autre élément justifiant la plus grande prudence : la tension toujours importante sur le système de santé lot-et-garonnais. « Sur le volet hospitalier, la baisse n’est pas encore observable », confirme le directeur départemental de l’ARS.


Tests antigéniques et vaccins

Les autorités locales, coordonnées par la préfecture, vont maintenir et même accentuer les efforts pour juguler l’épidémie. Le triptyque « tester, alerter, protéger » sera conduit avec « une stratégie encore plus agressive afin d’avoir une plus grande réactivité » d’après Béatrice Lagarde. La mise en place des tests antigéniques pour les établissements scolaires du premier et second degré (y compris dans le privé et la filière agricole) se précise. Le dispositif sera opérationnel début de semaine prochaine. Les 26 personnes-ressources qui procèderont aux tests ont été formés cette semaine.

La préfète a également évoqué le sujet de la vaccination. « Cela pourrait arriver plus tôt que prévu, c’est-à-dire dans le courant du premier trimestre 2021 », a-t-elle indiqué, précisant toutefois que la méthodologie n’était pas encore déterminée. « En plus de la task force interministérielle, les préfets auront des plans territoriaux à mettre en place. »


Juste avant

le second confinement //

Taux d’incidence : 167,4 pour 100 000 habitants (tous âges confondus)

Taux de positivité : 13,8%

33 personnes hospitalisées dont 5 en réanimation


A ce jour (24 novembre 2020)

Taux d’incidence : 165,3 pour 100 000 habitants

Taux de positivité : 13,9%

80 personnes hospitalisées dont 18 en réanimation


18 Ehpad concernés

par des cas groupés


- 26 écoliers

– 23 collégiens

– 15 lycéens contaminés


50 décès en

Lot-et-Garonne depuis

le début de la crise



180 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

SARL LOT-ET-GARONNE PRESSE – Capital : 20900 € - Siège Social : 22, rue Lamouroux, 47000 Agen - RCS Agen 452 879 539

n°de siret : 45287953900057 – Code APE : 6391Z - n° de TVA Intracommunautaire : FR 784 528 795 39 – Tél : 05 53 87 46 75

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Youtube