RN21-Camélat : encore du rififi entre Agen et le Département

Les présidents de l’Agglo d’Agen et du Conseil départemental s’opposent par courriers interposés sur la priorité à accorder aux deux dossiers routiers les plus brûlants.

De notre journaliste : Dimitri laleuf

Le dossier RN21-Barreau de Camélat suscite de nouveaux débats entre le maire d’Agen et la présidente du Conseil départemental, Sophie Borderie


Infrastructure pratique par excellence, la route nationale 21 glisse petit à petit sur un terrain politique. Engagées dans un bras de fer avec l’Etat pour obtenir les fonds nécessaires à sa modernisation, les collectivités locales ont décidément bien du mal à s’entendre entre elles. Dernier exemple en date avec une prise de bec entre l’Agglomération d’Agen et le Conseil départemental. Leurs présidents respectifs, Jean Dionis du Séjour et Sophie Borderie s’opposent par courriers interposés ces dernières semaines. En accord sur le principe de « réalité » ou se « sérieux », c’est du côté des « priorités » que le bât blesse.

Pour résumer, le Département souhaite avant toute autre chose améliorer la jonction entre Villeneuve et Agen, opération déjà partiellement réalisée avec la déviation de Saint-Antoine-de-Ficalba, la rectification des virages de Pujols et l’accès sud de Villeneuve. A cela, il faut ajouter la section Monbalen-La Croix Blanche dont le dossier est d’ores et déjà ficelé. De son côté, Agen milite surtout pour la création des pont et barreau de Camélat qui offriraient un franchissement de la Garonne côté Nord-Ouest, une desserte stratégique de la rive gauche (TAG et bassin de vie en pleine expansion) et un raccordement au futur échangeur autoroutier. Ces deux projets sont légitimes, pertinents et complémentaires car directement connectés entre eux. Il existe d’ailleurs des accords sur des participations de chaque partie aux deux chantiers. Mais leur coût demeure élevé pour un territoire comme le Lot-et-Garonne, même avec l’Etat en principal mécène. Chaque camp joue ainsi sa carte et défend ses arguments.


Interprétation des chiffres

Jean Dionis n’a par exemple pas signé le récent courrier (18 septembre) adressé au Premier Ministre pour accélérer l’aménagement de l’axe routier Agen-Villeneuve car il veut traiter « en direct » avec l’Agglo villeneuvoise. Face au « constat d’échec » des précédents Contrats de plan Etat-Région dans le déblocage des fonds, il estime par ailleurs les dépenses programmées du CD47 trop importantes. Ce à quoi Sophie Borderie répond avec un plan détaillé. Entre Camélat (13,4 M€) et la déviation d’Artigues (10,4 M€), la participation du Département dans le CPER 2021-2027 représenterait une enveloppe annuelle de 3,4 M€ en moyenne. « Ce montant est supportable malgré un contexte financier défavorable », affirme la présidente. Son homologue agenais préfèrerait quant à lui voir la déviation d’Artigues inscrite au CPER 2028-2034 compte-tenu de son faible niveau d’avancement, ce qui laisserait entendre une livraison du chantier pas avant une quinzaine d’années. Le CD47 se montre aussi offensif vis-à-vis des Agenais en leur demandant « où est le plan de financement du contournement ouest d’Agen », question posée depuis quatre années déjà.


179 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

SARL LOT-ET-GARONNE PRESSE – Capital : 20900 € - Siège Social : 22, rue Lamouroux, 47000 Agen - RCS Agen 452 879 539

n°de siret : 45287953900057 – Code APE : 6391Z - n° de TVA Intracommunautaire : FR 784 528 795 39 – Tél : 05 53 87 46 75

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Youtube