Ravalement de façade en Grand Villeneuvois

Les élections municipales ont abouti à de nombreux changements de maire sur le territoire de la CAGV, laissant ainsi présager un tout nouveau visage au conseil communautaire.

De notre journaliste : Dimitri laleuf

Si l’écharpe de maire conserve tout son prestige, elle ne garantit cependant pas une totale souveraineté sur ses terres. Les EPCI (établissements publics de coopération intercommunale) sont devenus avec les années un maillon de plus en plus important dans l’organisation territoriale. Les compétences des communautés de communes ou d’agglomération, selon leur taille, sont sans cesse plus nombreuses. Développement économique, aménagement commercial, gestion des déchets, voirie, tourisme... Certaines décisions très politiques se prennent désormais à l’échelle du « bassin de vie » et non plus au sein de la seule municipalité. Deux grandes raisons guident cette nouvelle gouvernance : la mutualisation des moyens et l’harmonisation du cadre de vie au profit d’intérêts communs.

Du côté du Grand Villeneuvois, dans le sillage de la ville-centre, pas moins de 14 communes sur un total de 19 ont changé de maire. La plupart dès le 15 mars, les autres dimanche 28 juin. La CAGV s’apprête ainsi à changer considérablement de visage. Si certains de ces « petits nouveaux » s’inscrivent dans la continuité des sortants dont ils étaient parfois les adjoints, d’autres viendront bousculer l’équilibre politique. A commencer par Guillaume Lepers et son équipe. Du fait de son nombre d’habitants, Villeneuve pèse lourd dans l’assemblée communautaire avec près d’un tiers des sièges (même si certains sont réservés à l’opposition). Mais la sous-préfecture n’est pas la seule à avoir basculé. C’est aussi le cas de Casseneuil, dorénavant dirigée par Maire-Laure Grenier.

Grâce à ces victoires, la droite locale (ou assimilée) est aux manettes dans cinq des six plus grosses villes de l’Agglo.


Délivrance pour Sainte-Livradre, Bias et Laroque

Cette nouvelle réalité laisse imaginer une redistribution des cartes du côtés des délégations. A cause des divergences politiques, les bastions livradais, biassais, et roquentin étaient un peu mis à l’écart. Michel Mingo (Bias) disposait certes d’une vice-présidence mais clairement pas de la plus stratégique. Son successeur Jean-Pierre Seuves pourrait bénéficier d’une meilleure considération. Quant au premier édile de Sainte-Livrade, deuxième ville du territoire, on pourrait presque parler d’une « sortie de placard ». « Je pense que Guillaume Lepers sera beaucoup plus démocratique que ce Cassany qui s’en va. On va enfin faire de la politique pour développer notre territoire et non pas pour en enrichir certains », lâche un Pierre-Jean Pudal impatient de prendre des responsabilités à la CAGV.


14 des 19 communes de la CAGV affichent un nouveau maire

Allez-et-Cazeneuve – Bernard Planté (remplace Jacques Latour)

Bias – Jean-Pierre Seuves (remplace Michel Mingo)

Casseneuil – Marie-Laure Grenier (remplace Daniel Desplats)

Cassignas – Jean Redon (remplace Alain Bayssié)

Castella – Corine Lecourt-Bartherotte (remplace Bruno Testu)

Dolmayrac – Gilles Grosjean (remplace Michel Van Bosstraeten)

Fongrave – Laurent Périquet (remplace Pierre-Jean Fougeyrollas)

Hautefage-la-Tour – Jean-Marie Lafosse (remplace Guy Victor)

La Croix Blanche – Gilles Charollais (remplace Jean-Claude Maxant)

Laroque Timbaut – Lionel Falcoz (2nd mandat)

Le Lédat – Christian Rousseau (2nd mandat)

Monbalen – Yannick Prellon (remplace Frederic Schwedt)

Pujols – Yvon Ventadoux (2nd mandat)

Saint-Antoine de Ficalba – Bernard Ajon (2nd mandat)

Sainte-Colombe de Villeneuve – Michel Bruyère (remplace Jean-Pierre Merle)

Saint-Étienne de Fougères – Jean-Paul Cabas (remplace Karine Lafinestre)

Sainte-Livrade sur Lot – Pierre-Jean Pudal (2nd mandat)

Saint-Robert – Cyril Friedrichs (remplace Alain Cavalie)

Villeneuve-sur-Lot – Guillaume Lepers (remplace Patrick Cassany)


50 265 habitants au sein de la CAGV.
63 vues0 commentaire