Régionales : Jean Dionis rejoint Geneviève Darrieussecq dans la course aux Régionales

De notre journaliste : Charlotte Charlier

C’est au Café Vélo que Geneviève Darrieussecq est venue présenter sa tête de liste en Lot-et-Garonne : le maire et président de l’Agglo d’Agen, Jean Dionis.


Il sera la tête de liste de la majorité présidentielle en Lot-et-Garonne, pour les prochaines élections régionales qui se dérouleront le mois prochain. Jean Dionis l’avait déjà officialisé la semaine dernière, lors d’une conférence presse tenue à la mairie pour donner de ses nouvelles suite à des complications survenues après son opération (lire notre édition du 29 mai). Quelques jours plus tard, c’est au Café Vélo que nous l’avons retrouvé, tout sourire aux côtés de Geneviève Darrieussecq, l’actuelle ministre déléguée à la Mémoire et aux Anciens Combattants, qui mènera la liste LREM/MoDem en Nouvelle-Aquitaine, une liste d’union avec les partis centristes. Cette dernière était « très heureuse d’être en terre lot-et-garonnaise pour lancer la campagne régionale dans ce beau département que je connais bien, voisin de mes Landes natales, avec Jean Dionis qui m’a fait le plaisir de mener cette liste ici, lui qui est bien familier de cette institution en tant que conseiller régional sortant ». Tous deux se connaissent bien, tant sur le plan politique, puisqu’ils ont « ferraillé ensemble » derrière François Bayrou en 2004, que personnel. Le maire d’Agen est un « ami en qui on peut avoir confiance », a souligné l’ancienne maire de Mont-de-Marsan. Si cette dernière espère briguer la présidence de la Région, c’est avant tout avec « l’envie de changer la donne en ce qui concerne la gouvernance de la région, et faire en sorte de travailler au plus près des territoires, notamment avec les présidents d’intercommunalités. Alain Rousset a une gauche explosée façon puzzle, et a gouverné avec beaucoup d’incohérences notamment avec les Verts ».


Infrastructures et

agriculture en priorités

Parmi les point forts de son programme, Geneviève Darrieussecq a appuyé sur l’importance de soutenir l’agriculture, en accompagnant les producteurs vers l’agroécologie. « Ils sont en capacité de porter, eux aussi, des sujets écologiques forts. » Une politique agricole qui, pour le premier édile agenais, ne peut pas être pensée en la séparant de son aval pour le département, à savoir l’industrie agroalimentaire, devenue depuis peu aussi importante que l’agriculture en terme de PIB. Autre axe majeur, les infrastructures, avec la nécessité pour la candidate de relier les villes moyennes entre elles. Cette dernière a par ailleurs rappelé une importante nouvelle tombée il y a quelques jours : l’État financera à hauteur de 4 milliards d’euros la LGV Bordeaux-Toulouse, un dossier déjà bien avancé. Elle a aussi abordé le pont et barreau de Camélat, qui sont, on le sait, chers au maire d’Agen et président de l’Agglomération. « Je sais que ça n’avance pas, pourtant il s’agit d’un vrai projet de maillage territorial. » Et Jean Dionis de rappeler : « Nous avons une histoire très compliquée avec Alain Rousset, cet aménagement est pour nous prioritaire depuis 15 ans, pourtant la Région n’a eu de cesse de nous dire ‘circulez, il n’y a rien à voir’. » Avec la ministre, le maire est convaincu que ces « injustices » n’existeront plus.

59 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout