Régionales : Alain Merly défendla ruralité avec Jean Lassalle

L’ancien député UMP et conseiller départemental a quitté le monde des grands partis pour rejoindre une cause qui lui est chère, celle des territoires ruraux malmenés dans un monde globalisé.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

Alain Merly (à droite) épaulera Jean Lassalle pour défendre les intérêts de la ruralité à la Région.


Conseiller départemental pendant 30 ans, maire un bon quart de siècle, député… En politique, Alain Merly est tout sauf un perdreau de l’année. Et alors qu’il pensait en avoir fini avec la vie publique après tant de combats menés, le revoilà sur le devant de la scène dans cette âpre campagne des régionales. « Il n’est pas question pour moi d’un quelconque plan de carrière. J’ai 67 ans et tout va bien pour moi. Ce que je veux, c’est pouvoir sensibiliser les gens à l’importance, à la nécessité de préserver notre France rurale », explique-t-il. C’est pourquoi il a rejoint le Mouvement de la Ruralité, jeune et petit parti aquitain présidé par Eddie Puyjalon mais surtout représenté dans cette élection par l’inénarrable Jean Lassalle. « Jean est un gros atout pour tirer la liste. Il rend notre petit parti audible, malgré l’absence de moyens et de notoriété. Il représente une certaine image, il est atypique mais il garde les pieds sur terre. Et quand je vois où les soi-disant gens très sérieux nous ont conduits, je me dis qu’il faut plus de personnalités comme ça dans les instances dirigeantes », estime Alain Merly. Après avoir longtemps porté les couleurs de l’UMP, ce dernier souhaite ainsi retourner vers des valeurs plus terre-à-terre, frappées au coin du bon sens paysan. Selon lui, les grands partis sont victimes de courants de pensée « hors sol » et « font bien peu de cas de la ruralité, si ce n’est dans leurs discours à l’approche des échéances électorales ».


Pour que démocratie ne se résume pas

à démographie

Le constat qu’il dresse est sans équivoque… « Beaucoup de nos territoires sont aujourd’hui délaissés, que ce soit en matière de services publics, d’économie, d’équipement sportifs et culturels… Même au niveau sociétal, on s’éloigne de nos racines pour entrer dans l’uniformité d’un monde globalisé. Ces perspectives m’inquiètent », glisse la tête de liste MPR pour le Lot-et-Garonne.

Le programme fait état d’un « plan d’avenir » avec un aménagement responsable et environnemental du territoire, un rééquilibrage de l’argent public de façon à ce que « démocratie ne rime pas seulement avec démographie », du soutien au logement dans les campagnes, la réouverture de petites lignes ferroviaires... et surtout la sauvegarde de « nos coutumes et façons de vivre qui forgent nos identités ». Alain Merly vise notamment le monde de la chasse, ceux de la pêche et de l’agriculture, trop souvent « caricaturés » à son goût.

Pour les départementales, Alain Merly soutient son ancien partenaire de groupe Pierre Chollet, mais dit également comprendre « la démarche de réaction » des 47.



143 vues0 commentaire