Quincaillerie Fabre : l’histoire d’une belle saga familiale

Quatre générations plus tard, la quincaillerie Fabre fête ses 100 ans. En cœur de ville, l’enseigne a su développer son offre pour répondre à une clientèle toujours fidèle.

De notre journaliste : Charlotte Charlier

De gauche à droite : Jean-Marie Fabre, sa sœur Monique et son fils Yannick, perpétuent l’entreprise familiale qui vient de fêter son siècle d’existence

C’est Étienne Fabre qui a ouvert la quincaillerie éponyme en 1921, à l’époque au 121 boulevard de la République.


Installée depuis 1921 dans le centre-ville d’Agen, la quincaillerie Fabre est un nom qui sonne familier dans les oreilles de nombreux habitants. Et pour cause, on y trouve pratiquement tout le nécessaire pour la maison : outillage, jardin, chauffage, électroménager... L’établissement est aujourd’hui géré par Jean-Marie Fabre, incarnant la troisième génération à la tête de cette entreprise familiale. Cette année, celle-ci fête un anniversaire singulier, celui de ses 100 ans d’existence. « Quand mes grands-parents, Étienne et Angèle ont ouvert la boutique, au 121 boulevard de la République, ils vendaient principalement des machines agricoles manuelles telles que des charrues à bœufs ou des semoirs à main, très utilisés à l’époque », raconte Jean-Marie Fabre.


100 ans d’existence

C’est dans les années 1940 que la gamme de produits s’élargit au matériel de bricolage et à l’électroménager qui fait son apparition petit à petit, incarnant une véritable révolution pour les ménages. « C’est à cette période que mon père a rejoint l’entreprise. Ils ont alors développé la partie chauffage, avec les premiers poêles à mazout et cuisinières à bois arrivés sur le marché. » La famille Fabre sait s’adapter aux nouveautés pour satisfaire les besoins de sa clientèle. De son côté, le petit-fils du fondateur grandit avec un pied dans la quincaillerie, passant tout son temps libre dans la boutique. « Je ne me suis jamais vraiment posé la question de savoir si je voulais reprendre le flambeau ou non, ça s’est fait tout naturellement », confie-t-il. Aux alentours de 1980, le voilà un pied dans l’entreprise, qui continue dans le même temps son développement. Et le local de 100m2 sur le boulevard piéton va rapidement devenir trop étroit...


Se démarquer par

un service de proximité

« En 1996, nous avons déménagé dans nos locaux actuels où nous bénéficions de trois fois plus de surface. C’était nécessaire pour que l’ensemble de nos rayons soient organisés, d’autant que j’ai intégré rapidement le poêle à bois, très populaire aujourd’hui, pour lesquels nous assurons la pose », ajoute Jean-Marie.


400m2 d’espace

C’est donc non loin du local historique qu’est aujourd’hui installé le commerce. Malgré l’arrivée des grandes enseignes, la clientèle continue de passer la porte de la quincaillerie Fabre, à la recherche de conseils avisés. « A l’époque, Castorama était installé à quelques mètres de là. Quand ils se sont déplacés du côté de Boé, cela n’a pas vraiment eu de répercussions sur notre activité. Les habitants du centre, de Foulayronnes ou encore Pont-du-Casse continuent de venir chez nous. » En cœur de ville, difficile de trouver un si large choix d’articles... Particuliers comme professionnels peuvent compter sur cette équipe polyvalente, composée de huit personnes, pour répondre à leurs besoins. « On essaye de se démarquer par un service de proximité avec les clients. Nous ne vendons pas des produits que nous ne maîtrisons pas ! Au delà de la vente de matériel, nous assurons aussi la livraison et service après vente. » Les pieds sur terre, Jean-Marie souhaite évidemment pérenniser son entreprise, épaulé par son fils Yannick et sa sœur Monique, gérante de la boutique Fabre ‘art de la table’. Même si on ne sait pas de quoi demain sera fait, la famille est optimiste : « Nous avons signé pour 100 ans supplémentaires ! »

Monique Fabre est quant à elle à la tête de la boutique ‘art de la table’, située rue Emilie-Sentini


105 vues0 commentaire