Pujols // Le Maka fait rimer bon et sain

Mathias Bonventi et Catherine Jacquet ont ouvert le 8 juillet dernier sur la place Saint-Nicolas un restaurant qui mise sur une cuisine légère, bio, locale et souvent végétarienne.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

Catherine Jacquet Mathias Bonventi, par ailleurs mère et fils, ont créé un concept unique en Villeneuvois


En France, peut-être encore plus dans le Sud-Ouest, on ne badine pas avec la bonne cuisine. On l’aime gourmande et généreuse, surtout au restaurant. La quête quotidienne de manger sain et équilibré vaut bien quelques écarts lorsqu’on s’autorise une belle table. Mais au Maka, on pense la gastronomie autrement. Niché dans le vieux bourg médiéval de Pujols, en lieu et place du mythique Fournil, cet établissement a décidé de casser les codes en proposant à ses convives des repas « healthy* », souvent végétariens, quasi-intégralement bio mais tous très savoureux. Ses créateurs, Mathias Bonventi et Catherine Jacquet, tendent à prouver qu’on peut se régaler sans faire exploser son indice calorique ni son bilan carbone. « C’est comme ça que l’on pense notre alimentation de tous les jours. On a vu que personne ne faisait ça. Alors on s’est dit qu’il y avait un concept intéressant à créer. » Une cuisine pleine de convictions qui parvient à séduire même les plus rustiques des viandards.


Une affaire de famille

A 25 ans, Mathias peut déjà se targuer d’un solide parcours. Après son cursus dans la prestigieuse école hôtelière bordelaise Vatel, il est parti faire l’ouverture d’un hôtel au Sri-Lanka. De retour en France, il est ensuite devenu manager d’un restaurant parisien. Mais c’est à la maison que ce Villeneuvois avait vraiment envie poursuivre l’aventure. Et c’est avec sa maman, Catherine, que le projet a pris forme. Cette dernière, prof de yoga après 25 ans chez Gifi, a enfilé son tablier pour prendre les commandes des fourneaux. « On cherchait un cuisinier mais on ne trouvait personne s’inscrivant dans notre philosophie. Je me suis alors improvisée cheffe. Je fais un peu comme à la maison », explique-t-elle modestement. Ce manque d’expérience ne l’a pas empêchée de faire crépiter les papilles depuis l’ouverture le 8 juillet dernier.


Un menu unique différent chaque jour

Pour s’approvisionner, Mathias et Catherine misent sur les magasins bio des environs, le marché bio du mercredi place d’Aquitaine et le rendez-vous dominical pujolais. « On reçoit toute la matière brute », assure Mathias. Cette garantie de manger des produits frais de grande qualité impose une contrepartie : le menu unique. Au Maka, on ne choisit pas ce que l’on va déguster. A la carte, il n’y a qu’une seule entrée, un plat et un dessert. Rien de plus. L’ardoise est effacée et réécrite chaque jour, sans jamais se répéter. Ici, le gaspillage est un phénomène en voie de disparition. L’éco-responsabilité est poussée jusqu’aux liquides avec l’absence de boissons industrielles (hors eau pétillante). Même une partie du mobilier a été faite maison.

Dans les recettes, les fruits et légumes sont portés au pinacle tandis que les protéines animales – uniquement du poulet et de la truite – n’ont voix au chapitre que « deux à trois fois par semaine grand maximum ». « Au départ, les gens sont souvent un peu réticents. Et puis à la fin du repas, ils oublient complètement qu’il n’y avait pas de viande dans leurs assiettes », assure le jeune gérant.

Cerise sur le gâteau, cette gastronomie inventive et originale n’est pas un luxe. Le menu entrée-plat-dessert est proposé à 18 euros, le midi comme le soir. Un tarif imbattable pour une expérience inédite en Villeneuvois, qui plus est avec la magnifique place Saint-Nicolas en guise de décor.


* Healthy signifie sain en anglais.


Renseignements //

Le MaKa

Place Saint-Nicolas à Pujols

Fermé le lundi soir et le mardi toute la journée.

05 53 01 61 33

Retrouvez-les sur

Facebook et Instagram


582 vues0 commentaire