« Prendre conscience qu’on peut battre tout le monde »


L’Hebdo : Quel est le sentiment qui domine après cette défaite contre Castres ?

Paul Abadie : Il y a beaucoup de frustration et de déception car on avait le match en main. On était parvenus à revenir et passer devant au score. On avait l’ascendant psychologique et puis on a manqué cruellement de maîtrise. C’est un mal récurrent depuis plusieurs années. On commet trop d’erreurs individuelles dans les moments cruciaux et ça nous coûte très cher. On doit passer un cap de ce côté-là. Cela fait un moment maintenant que plus personne ne nous roule dessus collectivement. On arrive à rivaliser avec toutes les équipes de Top 14. Tout le monde nous voit comme le Petit Poucet, c’est une réalité financière, mais on ne le ressent pas comme ça sur le terrain. Il faut qu’on prenne conscience qu’on peut battre tout le monde pour afficher plus de solidité. Nous avons un effectif meilleur que les autres saisons. Sans prétendre devenir champion, on doit pouvoir jouer autre chose que le maintien. Mais pour ça, il faut conclure les matchs.


L’Hebdo : On a quand même vu de très bonnes choses notamment dans l’animation offensive. Va-t-on revoir ce visage aussi incisif ?

P. A. : Cela faisait six mois qu’on n’avait pas joué de match officiel, donc on était tous animés de bonnes intentions (rires). Il y a certes eu pas mal de déchets à cause des nouvelles règles dans les rucks mais on tient à poursuivre avec la même volonté de se projeter vite vers l’avant, oui. Il faudra y ajouter encore plus de réalisme. En première mi-temps contre Castres, on avait le vent contre nous. La consigne était donc de tenir le ballon avant de prendre réellement la main sur le jeu dans le deuxième acte avec plus de vitesse. Cette stratégie a plutôt bien fonctionné... jusqu’à l’heure de jeu.


L’Hebdo : On vous a senti très en jambes et la complémentarité avec Mathieu Lamoulie à l’ouverture a particulièrement bien fonctionné...

P. A. : Pour ma part, cela fait quelques saisons que j’obtiens de bons temps de jeu et j’ai très envie de confirmer en faisant une grosse saison et ainsi garder la confiance des coachs. Quant à mon association avec Mathieu, même si on ne s’est pas très souvent retrouvés en charnière, on se connaît parfaitement. C’est un joueur qui sent très bien le rugby, ce n’est vraiment pas compliquer de jouer avec quelqu’un comme ça. Avec les autres aussi d’ailleurs. Raph’ Lagarde est dans la même veine, très tourné vers l’offensive. Noel Reid est peut-être peu plus « anglo-saxon » mais il est très fort techniquement, excellent sur les fondamentaux et très dur sur l’homme en défense. Quoi qu’il arrive, on dispose d’options complémentaires et je me réjouis de pouvoir évoluer avec des garçons de cette qualité.


15

fautes de la part d’Agen – sans compter les en-avant – dans le match contre Castres, soit environ un coup de sifflet de l’arbitre toutes les cinq minutes. Le SUA s’est tiré une balle dans le pied avec cette indiscipline qui doit aux beaucoup aux nouvelles règles dans les rucks instaurées cet été par World Rugby. Les Agenais ont visiblement eu du mal à s’y faire. Le problème étant que ces fautes ont été sanctionnées avec énormément de réalisme par les Tarnais. En effet, les deux essais signés Kockott et Nakosi ont été marqués sur des pénalités rapidement jouées. Urdapilleta en a également converti quatre au pied (il aurait même pu en ajouter une cinquième sans son échec à la 16ème minute). De l’autre côté du terrain, les Agenais ont commis quelques erreurs bêtes ayant permis aux hommes de Mauricio Reggiardo de se dégager. La fragilité du Sporting s’est particulièrement fait sentir dans les deux fins de mi-temps. À la 55ème minute du match, les Bleu et Blanc avaient cinq points d’avance, la supériorité numérique et le vent dans le dos. Ils n’ont malheureusement pas su tirer profit de cet avantage, laissant l’ouvreur du CO envoyer le ballon trois fois entre les perches. Malgré ce bilan, le SUA est resté dans le coup jusqu’au bout.


Armandie, gazon maudit

La saison passée, bien qu’amputée de neuf journées, a mis en évidence une statistique peu flatteuse pour le SUA. En remportant seulement trois de ses neufs matchs dans son antre, les Agenais affichaient tout simplement le pire bilan du Top 14 à domicile. La journée inaugurale 2020/2021 a malheureusement confirmé la tendance avec une nouvelle désillusion contre Castres. Mais si l’on décide de se fier quand même aux chiffres (exercice toujours très risqué), il y a des motifs d’espoir. L’adversaire de ce week-end, la Section Paloise, n’était pas beaucoup plus souveraine qu’Agen à la maison lors du précédent exercice (quatre victoires pour cinq défaites, 13ème bilan). Il faut ajouter à cela la faculté d’Agen à bien voyager hors de ses bases (6ème à l’extérieur avec deux victoires et un nul en l’espace de huit rencontres). En avril 2018, les suavistes étaient d’ailleurs parvenus à s’imposer au stade du Hameau (22-33).


62 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

SARL LOT-ET-GARONNE PRESSE – Capital : 20900 € - Siège Social : 22, rue Lamouroux, 47000 Agen - RCS Agen 452 879 539

n°de siret : 45287953900057 – Code APE : 6391Z - n° de TVA Intracommunautaire : FR 784 528 795 39 – Tél : 05 53 87 46 75

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Youtube