Point de vue sur la basse vallée du Lot

Mis à jour : 21 avr. 2020

Insérée entre les collines vertes et boisées qui dominent la basse vallée du Lot, Villeneuve a une longue histoire, dont les premiers chapitres furent écrits par les Romains sur le site de l’antique Excisum.

La bastide de Villeneuve-sur-Lot a été fondées au XIIIe siècle par le comte Alphonse de Poitiers, frère de Saint-Louis. Il avait reçu les domaines du Quercy et de l’Agenais en dot de sa femme Jeanne de Toulouse. Passant à Penne d’Agenais, place forte la plus grande au nord du comté de Toulouse, Alphonse de Poitiers rencontre Bernard Jourdain, abbé de l’abbaye bénédictine d’Eysses.

Ensemble, il conviennent de créer une ville neuve qui fixerait et protégerait une population fortement éprouvée par la croisade des Albigeois contre la population cathares. L’abbaye d’Eysses donne ainsi les terres de la rive droite du Lot en 1253 et les barons de Pujols cèdent celles de la rive gauche en 1263.

L’acte de naissance de la ville nouvelle est signé en 1264. Une charte de coutumes, accordée en 1270, octroie aux habitants de larges libertés civiles, économiques et politiques.

Sa construction obéit à un plan bien défini adopté dans la plupart des bastides du Sud-Ouest de la France : un plan octogonal organisé autour d’une place centrale. L’originalité de Villeneuve-sur-Lot réside dans sa position à cheval sur le Lot.


L’église Sainte-Catherine-d’Alexandrie //

Cette église, commencée au XIXe siècle, fut construite grâce à la générosité de l’enfant du pays et ancien Ministre de la MArine, Georges Leygues, sur les ruines de l’ancienne église du XIIIe siècle. Les travaux ne s’achèvent qu’en 1937, année de sa consécration. De style romano-byzantin, elle est faite entièrement en brique, matériau du pays, d’où sa couleur rose. à l’intérieur, on peut admirer les vitraux du xve siècle de l’ancienne église et 5 statues en bois doré, classées, ainsi que les toiles marouflées.


La tour de Paris //

Au XIVe siècle fut construite la Tour de Paris qui s’appelait à l’origine Porte de Monflanquin.

Partie intégrante des fortifications, elle est bâtie en pierre sur 10 mètres et en épaisses briques toulousaines jusqu’à son faîte. Elle symbolisait ainsi la puissance municipale puisque seuls 6 consuls, chacun détenteur d’une clé, pouvaient ouvrir le coffre des archives de la ville scellé dans un mur au 1er étage.

Au 3e étage était la prison et au 4e le chemin de ronde pour Villeneuve-sur-Lot fut autrefois une importante place forte entourée d’une enceinte s’appuyant sur 6 tours et 7 portes d’entrée.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

SARL LOT-ET-GARONNE PRESSE – Capital : 20900 € - Siège Social : 22, rue Lamouroux, 47000 Agen - RCS Agen 452 879 539

n°de siret : 45287953900057 – Code APE : 6391Z - n° de TVA Intracommunautaire : FR 784 528 795 39 – Tél : 05 53 87 46 75

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Youtube