Parc en Ciel fait rimer nature avec aventure depuis 20 ans

En 2002, le petit village de Lacapelle-Biron voyait naître Parc en Ciel à l’initiative de Chantal Buron et Jean-Marc Cornic. Ensemble, ils ont popularisé l’accrobranche dans la région.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

Les gérants Chantal Buron et Jean-Marc Cornic ont été précurseurs en matière d’accrobranche dans le Sud-Ouest.


Si l’accrobranche est devenu, au fil du temps, une activité très répandue, cela n’a pas toujours été le cas. Lorsque Chantal Buron et son compagnon Jean-Marc Cornic se sont lancés en 2002, ils étaient les seuls dans tout le grand Sud-Ouest. A l’époque, ce business avait tout d’un pari fou. « L’histoire de Parc en Ciel est assez amusante, raconte la gérante. Au départ, ce site était une ferme pédagogique tenue par des Néerlandais. Avec Jean-Marc et nos cinq enfants, on souhaitait quitter nos vies de dingue dans la région parisienne, moi dans l’expertise-comptable et lui dans la bourse. On a découvert cet endroit magnifique et on pensait pouvoir ouvrir des chambres d’hôtes. Au cours de l’été 2001, on a fait la rencontre fortuite d’un homme vantant notre belle forêt et suggérant des parcours avec des agrès dans les arbres. C’est de là qu’est parti le projet. Après un hiver de travaux, on a pu ouvrir au public la saison suivante. »

Inspirés des entraînements militaires, ces parcours (perchés) du combattant n’ont pas tardé à trouver leur public. Les gens étaient même prêts à venir de loin pour découvrir ces nouvelles sensations. « En tant que pionniers, on a un peu essuyé les plâtres mais voir naître l’engouement pour cette activité était très réconfortant », glisse Chantal.


Tous niveaux, tous âges

Comme tous les bons filons, l’accrobranche a éveillé les convoitises et la concurrence fait désormais rage. Mais fort de son cadre exceptionnel et de ses nombreux enrichissements, Parc en Ciel est resté une référence régionale en la matière.

Des quatre parcours originels, on est passé à huit avec 200 ateliers, de grandes tyroliennes et surtout des niveaux de difficulté adaptés à tous les âges, y compris pour les tout-petits dès 3 ans. « C’est important pour nous que chacun puisse trouver son compte. A chaque fois que l’on constatait un manque dans l’offre, on s’est efforcés de le combler », assure la dirigeante qui a, en plus de cela, toujours mis la sécurité et la qualité de l’accueil au premier plan.

Une piscine naturelle rare

En plus de pouvoir naviguer de tronc en tronc en suivant les câbles, il existe d’autres manières de se divertir : course d’orientation, mini-golf, disc-golf…

Le snack-buvette, aux airs de paillote, fait le bonheur des familles pour les petites pauses, tout comme l’autre grande attraction de Parc en Ciel depuis 2013 : la piscine naturelle. Là encore, Chantal et Jean-Marc se sont montrés précurseurs. Si cette technique utilisant la filtration par les plantes se répand de plus en plus chez les particuliers, elle reste très rare dans les établissements recevant du public. « C’était vraiment un souhait de notre part d’adapter nos activités à la nature et non pas l’inverse. Et je pense que la clientèle apprécie cet effort », estime le couple. Lors des fortes chaleurs, en particulier après avoir fourni de beaux efforts sur l’accrobranche, la baignade est particulièrement appréciée.

Une belle entreprise

Bien qu’ « éloigné d’à peu près tout », comme le rappelle Chantal en souriant, le parc de loisirs est devenu une affaire conséquente mobilisant 5 personnes toute l’année et jusqu’à une vingtaine de salariés pour les deux mois d’été qui concentrent à eux seuls 80% de la fréquentation. Après les vacances de Toussaint, qui sonnent la clôture de la saison, les équipes n’ont pas trop des cinq mois de l’hiver pour réaliser toutes les opérations de maintenance (20% des parcours repris à chaque intersaison).

Après bientôt vingt années d’existence qui forcent le respect, Parc en Ciel semble bien parti pour en vivre vingt de plus, faisant le bonheur des petits et des grands. ­


Renseignements //

Moulin de Courrance - 47150 Lacapelle-Biron

Ouvert de 10h à 19h jusqu’aux vacances de Toussaint

Tarifs accrobranche :

13,70€ pour les 3/5 ans

18,70€ pour les 6/11 ans 21,90€ pour les +12 ans (3,5€ pour les accompagnateurs)

www.parc-en-ciel.com - 05 53 71 84 58



A gauche : Les huit parcours permettent de toucher tous les âges dès 3 ans.

A droite : Les grandes tyroliennes permettent de survoler ce site forestier.

La piscine naturelle du site, filtrée par les plantes, est appréciée.

1 vue0 commentaire