Nino Ourabah : une prothèse pour changer le quotidien

Il y a 30 ans, le Lot-et-Garonnais Nino Ourabah subissait un grave accident entrainant l’amputation de son avant-bras droit. Après une carrière en tant que sportif handisport, une seconde vie commence avec sa prothèse dernière génération.

De notre journaliste : Charlotte Charlier

Depuis Juillet 2020, Nino Ourabah est équipé d’une prothèse bionique lui permettant de retrouver une autonomie dans les gestes du quotidien


"Il y a une trentaine d’années, une mésaventure m’a ‘permis’, si je puis dire, de faire deux carrières internationales, l’une en ski et l’autre en golf », raconte Nino Ourabah. C’est un malheureux accident domestique qui a bousculé sa vie. « J’étais en plein déménagement et je suis monté sur une échelle pour retirer une tringle à rideau. L’échelle a glissé et je suis passé à travers le carreau. Heureusement que j’avais des notions de secourisme parce qu’une artère humérale sectionnée nous laisse trois minutes à vivre. » Avec un sang froid remarquable, Nino se fait lui-même un point de compression jusqu’à l’arrivée des secours. « Après plusieurs péripéties, on a décidé d’amputer l’avant-bras au bout d’un mois et demi ». A ce moment-là, il est éducateur spécialisé pour personnes handicapées, et décide de passer de l’autre côté pour s’occuper de lui. Et pas question de se laisser abattre. Au contraire, Nino fait de son handicap une force. Il débute une carrière en ski et atteint rapidement le haut-niveau. Son palmarès est impressionnant : douze titres de champion de France handiski dans quatre disciplines, deux olympiades à Albertville en 1992 et Lillehammer en 1994. « A 38 ans, j’ai mis un terme à ma carrière de skieur international pour me lancer dans le golf. » En six ans, il côtoie de nouveau le niveau international et sera même capitaine de l’équipe de France handigolf pendant une dizaine d’années. Aujourd’hui, à presque 65 ans, il continue de s’adonner à son sport fétiche mais en loisir cette fois, au golf du château d’Allot. Depuis son amputation, il est passé par plusieurs prothèses, dont les premières myoélectriques, lourdes et d’une faible autonomie. Il en revient rapidement aux prothèses esthétiques et fonctionnelles, avec couteau et fourchette entre autres, « histoire de bricoler un peu » Petit à petit, il s’en détache et se balade sans... Mais il y a quelques mois, il fait une découverte qui va changer la donne.


Une application mobile reliée en bluetooth

« L’an dernier, un ami a perdu son bras... J’ai été le voir et c’est là que j’ai découvert les prothèses dernière génération. Je me suis dit, pourquoi pas ? » Depuis cet été, un long travail a été entamé, avec une batterie de tests précis pour que l’appareil, dont le coût est tout de même de 26 000 euros, soit pris en charge par la sécurité sociale. « Cela fait quelques années seulement qu’elle est prise en charge, un réel soulagement il faut le dire ! », se réjouit l’ancien sportif. A raison de plusieurs allers-retours par semaine à Bordeaux, Nino et l’équipe médicale travaillent d’abord à trouver les points de contractions qui, reliés au cerveau, sont la clé pour réussir à faire bouger les doigts. Puis un procédé technique se met en place. « A l’intérieur, on retrouve des capteurs placés sur les points de contraction du moignon pour détecter les différents mouvements et agir sur le positionnement de la main » Rapidement, Nino trouve ses marques. « Pour la petite anecdote, au bout de quinze jours de travail il a fallu refaire l’emmanchure puisque le moignon avait maigri. Cela faisait 30 ans qu’il n’avait pas travaillé ! » Pour accompagner l’appareillage, Nino a été formé à une application mobile connectée en bluetooth avec la prothèse, qui propose douze positions de la main selon ses besoins. Un véritable changement dans la vie courante, puisqu’il a retrouvé une autonomie dans ses gestes du quotidien. « Je la porte quatre à six heures par jour, ce qui me permet de découvrir régulièrement de nouvelles fonctionnalités. Par exemple, à table, il n’est plus nécessaire de couper ma viande. »


186 vues0 commentaire