Mon premier Potager

Avec la crise économique, le retour а des valeurs plus écologiques et l’envie de savourer les produits sains de son propre jardin, le potager bénéficie d’un regain de popularité. Voici quelques conseils pour bien entreprendre l’aventure passionnante d’un potager familial avec notre partenaire Gamm Vert.


Le bon emplacement //

La plupart des légumes apprécient le plein soleil. De fait, évitez toute présence d’arbre ou la proximité de bâtiments causant de l’ombre. De même, mieux vaut éviter les emplacements par trop venteux. Le mieux est de choisir un coin protégé des vents dominants, surtout en bord de mer. Observez aussi les recoins les plus chauds (faites confiance à votre chat dont les habitudes vous guideront dans cette quête). Vous y installerez votre pouponnière (pépinière sous tunnel) et les légumes les plus exigeants en chaleur:tomates, piments et poivrons...


Soignez la terre //

Vous obtiendrez de belles récoltes avant tout si votre support de culture est de bonne qualité. Aussi, considérez le sol comme votre meilleur allié et enrichissez-le constamment. Vous n’apporterez jamais assez d’humus. C’est en effet l’élément clé de votre sol, car il apporte lentement mais sûrement des éléments nutritifs, il améliore la structure (aussi bien des sols argileux que sablonneux) donc un bon transit de l’eau. Il favorise la microfaune et la microflore indispensables et il évite les amplitudes brusques et néfastes. Sa couleur sombre permet en outre un réchauffement rapide au printemps. Que des avantages donc ! Apportez donc sans retenue du terreau, du compost, des matières organiques ou du fumier, pourvu qu’il soit bien décomposé.

De même, il est important de ne pas tasser la terre. Ainsi, vous favorisez le travail des vers de terre qui ameubliront le sol à votre place. Une terre souple permet en effet aux racines de mieux pénétrer. Les plantes sont ainsi plus vigoureuses et plus stables. Lors d’arrosages ou de pluies abondants, vous éviterez, par la même, la formation de flaques. L’état sanitaire des plantes en sera optimisé. Dans un terrain par trop humide, mieux vaut cultiver en surélévation, en billons (petits talus allongés) ou planches (massifs) surélevées.


La rotation des cultures //

Un principe simple : ne plantez pas au même emplacement et deux années de suite le même type ou la même famille de légumes. D’une part, vous transmettriez les maladies spécifiques aux cultures suivantes et d’autre part, les mêmes plantes épuisent la même strate de sol. Tout milite pour l’alternance. Attendez sagement trois à quatre années avant toute répétition.


Les bonnes cotes //

Optimisez les surfaces de culture afin de faciliter vos pratiques culturales. Des planches (massifs allongés) larges de 1,30 m permettent ainsi de travailler le sol et d’entretenir ses plantes sans piétiner la terre. Sur une petite surface, vous pouvez adopter la technique du potager en carrés en délimitant des massifs légèrement surélevés, de 1,30 x 1,30 m. et garnis de plantes différentes, cultivées en petites quantités.




Astuces de potager //

Des planches pour circuler au potager //

On passe le long des rangs pour semer, arroser, récolter, désherber. Pour circuler sans tasser la terre, les planches sont bien utiles puisque le poids du jardinier se répartit. Mettez-les en place avant les semis. Sous les planches, la terre reste humide : c’est un refuge pour les limaces que vous pourrez facilement déloger. Rangez les planches pour l’hiver, au moment de travailler la terre. L’humidité hivernale les rend glissantes, à moins de les rainurer à la scie avant de les utiliser.


De l’engrais vert pas cher //

S’il vous reste des pois ou de haricots, semez-les entre mars et septembre en lignes rapprochées (20 cm), vous traiterez les légumes comme un engrais vert, en les broyant jeunes et en les enterrant. C’est une bonne façon de tenter un semis tardif : si les gelées sont précoces, ce sera un engrais vert. Sinon, vous pourrez récolter en arrière-saison.


Apportez de l’ortie pour obtenir des gros légumes //

Avant le repiquage des légumes feuilles (choux, fenouils), déposez une grosse poignée d’orties au fond du trou. En se décomposant, les tiges libèrent de l’azote, dont profiteront les légumes. Choisissez des tiges sans graines et hachez-les au sécateur pour qu’elles se décomposent vite.


Des courges plus vigoureuses //

Si vous laissez courir à même le sol les tiges de courges coureuses (potiron, potimarron, etc.), enterrez un nœud (partie de la tige d’où part une feuille), tous les 1,50 m. Des racines supplémentaires s’y formeront, alimentant la plante, d’où une vigueur accrue du plant, et donc de meilleures récoltes.

3 vues0 commentaire

SARL LOT-ET-GARONNE PRESSE – Capital : 20900 € - Siège Social : 22, rue Lamouroux, 47000 Agen - RCS Agen 452 879 539

n°de siret : 45287953900057 – Code APE : 6391Z - n° de TVA Intracommunautaire : FR 784 528 795 39 – Tél : 05 53 87 46 75

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Youtube