Malgré une baisse de la délinquance, les violences intrafamiliales préoccupent

Le Lot-et-Garonne voit baisser de manière significative la délinquance en 2020, aidé par les confinements traversés et le couvre-feu en vigueur. Cependant, l’augmentation de la gravité des faits avec une recrudescence des violences intrafamiliales a de quoi inquiéter.

De notre journaliste : Charlotte Charlier

Le préfet Jean-Noël Chavanne, récemment arrivé à la tête de la préfecture, a présenté son premier bilan de sécurité dans un contexte de crise sanitaire.


Récemment arrivé à la tête de la préfecture de Lot-et-Garonne, Jean-Noël Chavanne a dressé son premier bilan de la sécurité pour le département, accompagné pour l’occasion de Manuela Garnier, procureure de la République d’Agen, François Gaillard, directeur départemental de la sécurité publique, et Laurent Villiéras, commandant du groupement de gendarmerie du Lot-et-Garonne. Une année 2020 bien particulière, marquée d’une part par le début de la crise sanitaire liée à la Covid-19, et d’autre part par le plan vigipirate élevé à son niveau « urgence attentat » en novembre, suite aux trois attaques terroristes perpétrées dans le contexte de la republication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo.


185 000 contrôles liés aux mesures Covid-19 par la gendarmerie en 2020

Pourtant, le bilan fait état d’une baisse générale de la délinquance (-17%), entachée par une hausse de la gravité des faits. Le préfet a d’ailleurs débuté la séance en appuyant sur l’engagement du département pour assurer la sécurité des habitants : « La lutte contre toutes les formes de délinquance et l’insécurité routière constitue un engagement permanent de l’État en Lot-et-Garonne. Cela implique une mobilisation maximale de l’ensemble de nos services. »


Les vols et dégradations en fort recul

La crise sanitaire, accompagnée par les confinements traversés par le pays, ont certainement aidé à faire baisser le taux des atteintes aux biens. Le département suit d’ailleurs une tendance générale au niveau national sur ce point. On recense 5 600 faits en 2020, soit -28,4% par rapport à l’année précédente. Un recul qui se constate aussi bien en zone police qu’en zone gendarmerie. Concernant les cambriolages, la tendance est à la baisse depuis plusieurs années consécutives, et 2020 enregistre une nouvelle diminution de 23,6%. « C’est aussi le résultat d’une forte empreinte terrain de la gendarmerie, qui était l’une des priorités du groupement cette année », ajoute le colonel Villiéras.


Une hausse inquiétante

des violences intrafamiliales

Si les faits de violence avaient successivement augmenté pendant plusieurs années en Lot-et-Garonne, on note une légère baisse d’ensemble des atteintes aux personnes (-4%), avec des résultats « plutôt encourageants » selon le préfet. Cependant, ce constat est terni par une recrudescence des violences ‘crapuleuses’ et intrafamiliales, une préoccupation importante pour Manuela Garnier, procureure de la République d’Agen. « Il y a deux problématiques, tout d’abord les confinements qui ont accentué ces violences, mais aussi les différents mouvements survenus récemment qui ont libéré la parole des victimes et révélé des faits anciens. » Un constat qui se vérifie dans les chiffres. 37% des violences commises en 2020 dans le département sont des violences intrafamiliales. Le nombre de victimes a augmenté de près de 6,5% (1 044 contre 981 en 2019). « Dans 70% des cas, les faits se déroulent au sein du cadre conjugal », appuie la procureure. Par ailleurs, les contrôles judiciaires ont également augmenté de 30%, en grande partie liés à ce type de violence. Pour mieux les détecter et les prévenir, une convention généralisant la présence des intervenants sociaux en commissariat et en gendarmerie a d’ailleurs été signée ce mercredi 3 février. Trois postes vont être mis en place au sein des unités de gendarmerie du département.


Plus de morts sur les routes malgré des

indicateurs en baisse

Dans un contexte ayant largement limité la circulation, tous les indicateurs de l’accidentalité sont en baisse au niveau national. Une bonne nouvelle, mais le département fait figure de mauvais élève. Tandis que l’on enregistre une réduction du nombre d’accidents (-21,6%) et de blessés (-31%), la mortalité a quelque peu augmenté, avec 25 tués sur les routes soit deux de plus que l’année précédente. « La vitesse est le premier facteur lié à ces décès. Avec moins de personnes sur les routes, les gens ont eu tendance à rouler plus vite », constate le Laurent Villiéras.



22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

SARL LOT-ET-GARONNE PRESSE – Capital : 20900 € - Siège Social : 22, rue Lamouroux, 47000 Agen - RCS Agen 452 879 539

n°de siret : 45287953900057 – Code APE : 6391Z - n° de TVA Intracommunautaire : FR 784 528 795 39 – Tél : 05 53 87 46 75

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Youtube