Un succès grandissant pour le Duoday

Mis à jour : 23 mars 2020

Le dispositif permettant à des personnes handicapées de suivre le temps d’une journée un travailleur valide dans son travail revient le 14 mai prochain.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf


La préfecture, l’Algeei et l’ARS se réjouissent des réussites sociales de plus en plus nombreuses sur le territoire.


Un salarié valide accompagné toute une journée par une personne en situation de handicap, tel est le concept du Duoday. Née en Irlande, cette initiative a débarqué en France il y a quatre ans... par le Lot-et-Garonne ! Depuis 2018, c’est tout le pays qui est conquis. « C’est un formidable tremplin vers l’emploi mais aussi l’occasion de dépasser les préjugés. Au final, le Duoday a permis à des centaines de jeunes de montrer leurs talents », souligne Béatrice Lagarde. Les exemples se multiplient à l’image de Julien Rousset, jeune homme trisomique, chez Boulanger à Boé. Sa patronne, Nadia Mellity raconte. « A l’issue du Duoday, on a pris Julien en stage deux à trois jours par semaine. Finalement, il a signé un CDI chez nous en juin 2019. Il fait du déchargement de camions, du rangement en rayon, du contact client en caisse. Il a même instauré cette tradition de servir le café le matin à l’entrée du magasin. Il fait vraiment partie de nos équipes maintenant. Il amène de la joie mais permet aussi aux autres salariés et à moi-même de relativiser beaucoup de choses. C’est la preuve qu’il est possible d’inclure des personnes handicapées dans nos entreprises. On a souvent des freins, on se dit que les métiers ne sont pas adaptés. Pour nous, c’est une très belle aventure. »


Une plateforme d’inscription simplifiée


Pour que de belles histoires comme celle-ci puissent s’écrire pour les 500 000 demandeurs d’emploi handicapés, il est nécessaire que le dispositif prenne de plus en plus d’ampleur. Et c’est le cas. En Lot-et-Garonne, plus de 300 duos ont déjà été formés. Plus de 12 000 au niveau national. Et les inscriptions pour le millésime 2020, programmé le 14 mai prochain, ne font qu’augmenter, tant du côté des candidats que des employeurs. « Nous avons près d’un mois d’avance sur l’édition précédente », se réjouit Danièle Bonadona, présidente de l’Algeei, l’association d’insertion sociale qui porte le projet depuis le début.

Afin de faciliter les échanges, une plateforme en ligne a été mise en place. Les demandeurs d’emplois peuvent y compléter leur profil et formuler jusqu’à cinq demandes. Les entreprises (collectivités ou associations), elles, peuvent publier leurs offres.

Le pas vers un monde plus inclusif est en passe d’être franchi. « Il reste encore du travail à accomplir, des synergies à trouver et des moyens à mettre en œuvre, mais la dynamique est bien là », se réjouit le directeur départemental de l’ARS, Joris Jonon. « Ce n’est pas un gadget mais un outil utile et profond, renchérit le député et médecin Michel Lauzzana. C’est du gagnant-gagnant. Le regard sur le handicap bouge, et c’est très bien. »


Renseignements //

www.duoday.fr

0 vue0 commentaire