Les pistes d’amélioration pour le SUA

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

Le bloc inaugural de deux matchs contre Castres puis Pau a fait apparaître quelques très bonnes séquences. « Même avec peu de munitions et en étant chahutés, on arrive à mettre des essais et à marquer des points. On se rend compte que l’on a des armes partout sur le terrain », glisse l’entraîneur des avants du Sporting, Rémi Vaquin. Mais avec deux défaites frustrantes au compteur, les Agenais se penchent surtout sur leurs actuels points faibles pour tenter de corriger le tir et, in fine, sortir des prochaines rencontres avec moins de regrets. L’ancien flanker devenu coach donne les pistes de travail prioritaires à ce jour.


1 - L'indiscipline //

« En théorie, c’est notre point fort. » La saison passée, le SUA se faisait pénaliser 10 à 11 fois en moyenne par match. Depuis le début de cet exercice, le club lot-et-garonnais tourne à 16 avec des adversaires qui n’ont pas manqué de sanctionner cette indiscipline. « L’homogénéisation de la règle dans les rucks par World Rugby amène une nouvelle interprétation des situations. On est arbitrés différemment. Dès qu’on se rapproche des lignes et des zones de marque, la concentration de joueurs devient énorme, il y a beaucoup plus de contest et la moindre erreur d’inattention se paie cash. On ne dramatise pas sur cette question car on voit bien qu’on n’est pas les seuls concernés aujourd’hui. Maintenant, on est au courant, on sait comment ça se passe et on a pu travailler tout ça comme il faut à l’entraînement. Le but maintenant est de pouvoir l’appliquer dans des conditions de fatigue en match. »


2 - La conquête //

Là encore, difficile de tirer un bilan tout blanc ou tout noir. « On a vu une conquête en dents de scie », regrette l’entraîneur des avants. Les deux derniers ballons perdus en touche contre Pau en sont l’illustration. Plus généralement, si les phases défensives se sont avérées plutôt intéressantes, Agen ne s’est « pas montré très dangereux » sur ses propres lancements et « plutôt stérile sur les ballons portés ». De quoi agacer le staff technique. « On a rivalisé mais pas dominé. Pour gagner des matchs, il faut qu’on soit capables de tirer profit des munitions. » Le plus rageant ou le plus rassurant selon le point de vue, c’est que l’ « on a le niveau pour faire bien mieux dans ce domaine que ce qu’on a produit jusqu’à présent ».


3 - La concentration //

Deux essais encaissés sur des pénalités adverses rapidement jouées contre Castres, encore une à Pau sans compter une grossière faute de main qui coûte cher d’entrée de jeu... Le SUA a le don de se tirer lui-même des balles dans le pied. « Lors de la seconde journée, on concède 17 points sur lesquels Pau ne fait strictement rien », déplore Rémi Vaquin. Pas normal à ce niveau. « On manque de concentration et d’application, surtout dans les temps faibles. C’est particulièrement vrai après avoir marqué des points. A chaque fois c’est un moment de bascule, entre notre euphorie et la remobilisation de l’adversaire. Cela se concrétise par un manque de soutien puis des essais ou des pénalités. Dans ces temps faibles, il faut avoir un jeu plus structuré, mieux pensé, se canaliser, faire en sorte d’avoir des sorties de balle propres sans faire de cadeau comme on l’a trop fait jusqu’ici. » Pour remédier à ce problème récurrent, les techniciens du club ont décidé de « faire monter l’intensité d’un cran » à l’entraînement pour « gagner en constance ». Ce qui a été produit par intermittence doit maintenant être la norme sur 80 minutes.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

SARL LOT-ET-GARONNE PRESSE – Capital : 20900 € - Siège Social : 22, rue Lamouroux, 47000 Agen - RCS Agen 452 879 539

n°de siret : 45287953900057 – Code APE : 6391Z - n° de TVA Intracommunautaire : FR 784 528 795 39 – Tél : 05 53 87 46 75

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Youtube