Les Léopards d’Aquitaine visent le quatre à la suite

Avec trois victoires en autant de matchs en Elite 1 cette saison, les treizistes villeneuvois jouent le haut de tableau. Le fruit d’un travail de longue haleine initié par les deux présidents du club.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

Les Vert et Blanc ont gagné tous leurs matchs cette saison et comptent bien poursuivre cette série.


Déprimés par les défaites à répétition du SUA LG ? Rabattez-vous sur le rugby à XIII et le début de saison très prometteur des Villeneuvois. Trois matchs joués et autant de victoires. Ce qui fait des Léopards d’Aquitaine, au passage, la seule équipe invaincue du championnat Elite 1. Sans les deux matchs reportés, l’un pour cause de covid au sein de l’effectif adverse et l’autre pour terrain inondé, les Vert et Blanc seraient peut-être même en tête au classement général. Un retour sur le devant de la scène pour un club qui a, lui aussi, connu des heures sombres il n’y a pas si longtemps.

« Je me rappelle quand on a repris le club en 2015 avec Jean-Pierre Sagnette. On ne gagnait pas un match. On savait même qu’on allait perdre avant de jouer... Pour le moral de tout le monde, c’était loin d’être évident », se remémore Patrick Mauri, avec beaucoup d’empathie pour ses homologues quinzistes. En dépit de son très prestigieux passé, Villeneuve XIII était au creux de la vague. Mais en prônant la patience et en mettant la formation au cœur du projet, l’institution s’est relevée, petit à petit. « On a fait en sorte de bien planter les fondations, de faire les choses dans l’ordre », souligne le co-président.


De la belle

ouvrage

Sportivement, les progrès ont été spectaculaires la saison passée avant que le premier confinement ne mette brutalement fin à toutes les compétitions. Mais cela n’a pas stoppé les Léopards dans leur élan. En dépit des circonstances, les dirigeants ont pu boucler un recrutement à la fois cinq étoiles et respectueux de la philosophie « locavore » de la maison. Les Villeneuvois Stan Robin, Lucas Vergniol et Geoffrey Zava sont revenus au bercail. Le signe que la sous-préfecture lot-et-garonnaise est bel et bien redevenue une terre attractive pour les meilleurs. « On a une équipe pour jouer les premiers rôles. On reste outsiders et ça nous va bien mais désormais, on regarde les meilleures équipes droit dans les yeux », se réjouit Patrick Mauri, plaçant toute sa confiance dans le duo d’entraîneurs Fabien Devecchi - Christophe Canal.


0 C’est le nombre de défaite pour les Villeneuvois cette saison. Les Léopards sont la seule équipe invaincue du championnat Elite 1.

Le travail sur le vivier porte ses fruits puisque huit jeunes du club sont au Pôle France à Toulouse. Une section sport-études 100% locale a vu le jour au sein du lycée Sainte-Catherine. Et une équipe féminine a également été montée. Tout ça s’est structuré sous la houlette du directeur sportif et ancien joueur David Despin. Le staff médical a aussi été considérablement développé pour répondre aux exigences actuelles du plus haut niveau. En bref de la belle ouvrage à tous les étages...


Gagner en

notoriété

Si l’absence de spectateurs dans les tribunes du stade Max-Rousié est fort dommageable pour les acteurs du club, les Léopards comptent tout de même tirer leur épingle du jeu. « C’est déjà une bonne chose que l’on puisse jouer le championnat », admet Patrick Mauri. Même si elle n’est « que » semi-pro, l’Elite 1 entre tout de même dans la case sport de haut niveau. Ce qui n’est pas le cas de la Fédérale au XV, des championnats régionaux de foot ou des divisions nationales de basket. Il y a une belle opportunité à saisir : « On peut se servir de cette période où le sport local se fait rare pour combler le déficit de notoriété du XIII. Le fait de retransmettre les matchs en vidéo, c’est bien entendu pour nos supporters, mais également un moyen de faire découvrir notre discipline à de nouveaux adeptes. Le match contre Lézignan, diffusé sur ViàOccitanie a rassemblé 800 personnes en direct et près de 7000 en replay. C’est un beau score. On est encore dans une réalisation artisanale mais on gagne en visibilité et ça donne aux joueurs une motivation supplémentaire. C’est pourquoi on s’engage à diffuser sur nos réseaux les sept rencontres qu’il nous reste à disputer à domicile. » La réception de Toulouse le dimanche 20 décembre à 15h pour clôturer cette année 2020 décidément pas comme les autres se présente comme un bonbon rubgystique à déguster sans modération, au chaud dans son salon éclairé par les guirlandes du sapin de Noël...



3 vues0 commentaire