Les chips Pap’s continuent de faire craquer les consommateurs

Plus d’un an après leur lancement, les chips Pap’s continuent de grandir. Après les grandes enseignes, la marque investit magasins spécialisés et marketplaces, avec de nouvelles saveurs venues s’ajouter à la petite famille...

De notre journaliste : Charlotte Charlier

Avec la gamme « Paps » qui vient s’ajouter à celle pour enfants « Super Pap’s », Cyril Rouffet compte bien séduire les plus grands


Environ 4 500 paquets de chips produits chaque mois

Février 2020, un Lot-et-Garonnais se lançait le pari de créer une chips bonne pour la santé, en proposant une alternative moins grasse et moins salée aux traditionnelles lamelles de pomme de terre. C’est dans un petit bureau de l’Agropole que le concept a été réfléchi, testé, avant d’investir les premiers magasins... Un peu plus d’un an après le lancement de Pap’s, Cyril Rouffet continue de se développer, malgré une année 2020 qui ne s’est pas déroulée comme prévue, l’apparition du coronavirus ayant logiquement bousculé les plans. « Côté commerce, tout a été freiné. J’avais entamé des démarches avec quelques enseignes donc j’ai pu livrer mes premiers magasins. Mais avec les mesures sanitaires, il m’était impossible d’aller sur le terrain pour continuer à vendre mes produits », raconte-t-il. Malgré tout, les retours sur sa première gamme « Super Pap’s », destinée aux enfants, sont très positifs. Présentes au départ dans le 47 et d’autres départements limitrophes, c’est désormais dans le grand Sud-Ouest que l’on retrouve aujourd’hui ces chips au nutri-score A. Les recettes proposées (lentilles de corail et tomates, panais et oignons, mais aussi pois cassés) ont fait mouche auprès du jeune public. Mais une question revient régulièrement aux oreilles du fondateur... A quand une gamme destinée aux adultes ? « Le projet était déjà sur les rails mais je n’avais pas prévu de le développer si rapidement. J’ai donc planché sur des goûts plus prononcés pour des palais plus développés. » Pour rappel, c’est seul que Cyril s’est lancé dans cette aventure, assurant la commercialisation comme la production. Rapidement, il a intégré un nouveau local de 100m², toujours sur le site de l’Agropole, pour bénéficier de l’espace nécessaire. « J’ai un procédé de fabrication bien particulier avec une cuisson respectueuse du produit, tout était fait à la main au départ, appuie-t-il. J’ai investi dans une ligne semi-automatisée adaptée, qui m’a permis de multiplier par sept ma production. Par la même occasion, j’ai recruté du personnel. Désormais, deux personnes m’épaulent au quotidien. » Grâce à ces investissements, entre 4000 et 5000 paquets sont fabriqués chaque mois.


3 nouvelles saveurs : fromage, fines herbes et épices

Les points de vente fleurissent dans

la région

Depuis quelques semaines, les trois nouvelles saveurs à destination des plus grands sont enfin commercialisées. « J’ai repris la base de légumes la plus appréciée, à savoir panais-oignons, que j’ai décliné à travers trois recettes : fromage, fines herbes et épices sriracha. » Une nouvelle proposition qui lui permet de répondre à des appels d’offres plus importants au niveau régional. Exemple avec Carrefour, qui propose désormais les deux gammes de la marque lot-et-garonnaise sur sa marketplace. La production étant désormais bien rodée, Cyril Rouffet souhaite de son côté se focaliser sur le développement des points de vente, avec une nouvelle demande du côté des magasins spécialisés bio ou encore de producteurs locaux. Et parce que l’on y retrouve des produits bien distincts des références présentes dans les chaînes de distribution classiques, une toute nouvelle marque a rejoint la famille en ce sens : « Papettes », avec les trois mêmes aromatisations de la gamme adulte, garanties 100% bio. L’engouement pour les circuits courts est tel que certaines enseignes se sont déjà emparées du phénomène pour proposer un snacking sain aux consommateurs, de plus en plus friands de ce genre de produits. C’est notamment le cas de Cœur de village, situé à Boé. Et pour ceux qui n’ont pas encore la possibilité de les trouver près de chez eux, Papettes a aussi investi le web, sur plusieurs plateformes comme Aventurebio ou Ankorestore. « C’est un atout considérable qui va me permettre d’avoir davantage de visibilité pour toucher une plus large cible. » Pour le fondateur, 2021 sera l’année du décollage. Avec une détermination à toute épreuve, cette jeune pousse locale devrait sans problème se faire une place parmi les grands.


Renseignements //

Site internet : papsetmoi.com, Facebook : Pap’s


34 vues0 commentaire