Ledil met le cap sur les nouvelles technologies

Le réseau de mandataires immobilier fondé en 2012 par Katia et Laurent Baron mise beaucoup sur la digitalisation pour assurer son développement dans une profession où la concurrence fait rage.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

"Aujourd’hui, un particulier un peu débrouillard a tous les outils à sa disposition pour se passer d’un professionnel pour vendre son bien », analyse Laurent Baron. Si l’on ajoute à cela un marché tendu et une concurrence de plus en plus dense, c’est tout le métier d’agent immobilier qu’il faut repenser. « On fait effectivement face à une transformation totale de notre profession », confirme le co-fondateur du réseau Ledil, avec son épouse Katia. Dans une époque où tout change très vite, avec un effet Covid accélérateur, le couple d’entrepreneurs a choisi de miser sur les outils numériques pour accompagner ces mutations. Mais les nouvelles technologies n’excluent pas pour autant l’humain. Bien au contraire. « Notre véritable rôle, c’est de générer des rencontres entre un vendeur et un potentiel acquéreur, de trouver des solutions et des conditions qui puissent satisfaire tout le monde. On est des conciliateurs, des diplomates. On doit s’inscrire dans une démarche qualitative et vertueuse, faute de quoi on finira dans le mur », insistent Katia et Laurent.


Dématérialisation et algorithme

La révolution digitale n’est qu’un instrument au service de cette philosophie. Bien utilisée, elle peut néanmoins devenir une arme redoutable pour se différencier. C’est ainsi que Ledil a investi plusieurs centaines de milliers d’euros pour ajouter de nouvelles cordes à son arc. « L’idée générale, c’est de faciliter au maximum la vie des clients et du mandataire qui encadre la transaction », explique Katia. La dématérialisation de certains documents, comme le bon de visite, en est une belle illustration. « On proposera également un compte-rendu électronique, poursuit Laurent. Il est plus facile de faire le point sur une visite à tête reposée chez soi, derrière son ordinateur sans avoir peur de vexer qui que ce soit. Cela permettra à l’agent comme au vendeur de mieux comprendre la situation d’échec et donc de corriger le tir. »


132 mandataires au sein du réseau Ledil

Toujours dans le même esprit, Ledil s’inscrit dans la tendance actuelle de la digitalisation des compromis de vente afin d’obtenir une accélération des processus. En France, plus de 10 000 actes ont été signés de la sorte. Pour aller encore plus loin, le réseau agenais (et désormais présent dans toute la France) est en train de peaufiner avec l’agence Linkweb la création d’un portail numérique où vendeurs, acheteurs et mandataires auront leur propre espace pour suivre avec précision leur projet. Un algorithme personnalisé « très pointu » permettra aux professionnels de Ledil de déceler des rapprochements possibles entre le bien à la vente de l’un et les critères de recherche actualisés de l’autre. « L’intelligence artificielle peut nous permettre de casser certaines barrières et de voir plus loin que le simple prix de vente », note Laurent, convaincu de la nécessité de s’adapter pour avancer.

Ledil préfère jouer les locomotives plutôt que de regarder le train passer depuis le quai. Et jusqu’à présent, c’est une réussite !

3M€ de chiffre d’affaires

Une académie performante

Si les réseaux de mandataires ont la cote, certains laissent leurs membres un peu livrés à eux-mêmes. Avec Ledil Academy, les époux Baron prônent une formation de qualité pour rendre ses lettres de noblesse à ce métier et maximiser les chances de réussite. Celles-ci sont statistiquement plus élevées au sein du groupe agenais qu’ailleurs. L’objectif est de délivrer des diplômes certifiants qui garantissent un grand professionnalisme des agents.

Un développement spectaculaire

Ledil Immobilier a bien grandi. L’aventure a démarré à deux en 2012, avec Laurent et Katia, désireux de quitter le circuit des agences traditionnelles. En moins de 10 ans, ils ont passé la barre des 3 MÄ de chiffre d’affaires pour 7 salariés et 132 mandataires indépendants. L’objectif est de faire grimper ce nombre à 170 d’ici la fin de l’année. Ledil est devenu un réseau incontournable dans la région et commence à faire son bonhomme de chemin sur le territoire national.

28 vues0 commentaire