Le staff s’étoffe, la reconstruction se poursuit

Jeudi 14 janvier, le SUA LG a présenté ses deux dernières recrues. Il ne s’agit pas de joueurs mais d’entraîneurs, pour venir épauler le manager général Régis Sonnes. Suite à « l’épisode » Jalil Narjissi, c’est David Ortiz qui prend en main les avants, tandis que Jérôme Miquel, bien connu de la maison, officiera comme consultant pour le jeu au pied.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf


David Ortiz : « Il faut foncer, oser, tenter »

Dans le sport professionnel, son profil fait figure d’exception. « J’ai été un joueur très modeste, confie David Ortiz. Je n’ai pas dépassé la Fédérale 3, à Gradignan en banlieue bordelaise. Je n’ai pas le parcours idéal de l’entraîneur aujourd’hui. » Cela ne l’a pas empêché de faire son trou dans le haut niveau. Il y a une quinzaine d’années, celui qui a abordé le sport par le volet universitaire, a intégré la voie de l’entraînement. Chez le rival bordelo-béglais, il a connu presque toutes les catégories, de l’école de rugby aux espoirs en passant par les cadets et les Reichels. Jusqu’à taper dans l’oeil de la Fédération qui lui a confié des sélections de jeunes, notamment les U20 France. Aujourd’hui, il fait son entrée chez les grands en devenant l’entraîneur des avants du Sporting, sous la houlette d’un Régis Sonnes qu’il a pu côtoyer lors de ses précédentes expériences. « C’est fort de pouvoir intégrer un club comme celui-ci qui reste un bastion historique du rugby français. L’opportunité de travailler avec Régis, que je connais depuis un petit moment, a été l’effet déclencheur, bien appuyé par la confiance du président également. » Avec la formation au cœur du projet, cette nomination fait sens. David Ortiz connaît la plupart des jeunes pousses agenaises pour les avoir eues comme adversaires, comme sélectionnés ou tout simplement dans le viseur. Son travail « en sous-marin » pour dénicher des talents pourrait s’avérer précieux.


Mêlée et ballons

portés au menu

Mais malgré les résultats catastrophiques, le SUA LG n’en oublie pas pour autant le présent. Il y a des matchs à jouer maintenant et des progrès à afficher sans attendre. Le nouveau coach a d’ailleurs déjà identifié ses chantiers. En-dehors de la touche, selon lui « l’un des secteurs qui tiennent la route », David Ortiz a ciblé trois phases de jeu. « Une conquête sans défense sur ballon porté, c’est très compliqué. Il y a beaucoup de pénaltouches sur un match, si à chaque fois ça doit se concrétiser par un essai adverse... C’est donc une priorité pour nous. Les portés offensifs sont aussi un socle sur lequel on peut s’accrocher. C’est une phase de combat direct qui peut permettre à une équipe de se remettre dans le sens de la marche. On doit être capable de dominer l’adversaire là-dessus. Enfin la mêlée, même s’il y en a de moins en moins, reste un secteur primordial avec des marges de progression. »

Bien que « rookie » en Top 14, le jeune entraîneur arrive avec ses convictions et sa méthode. Celle-ci s’appuie notamment sur des échanges réciproques avec les gars sur la pelouse. « Il n’y a pas de scission entre un groupe et un staff. Je vais bien sûr m’adapter aux envies et besoins des joueurs. Tout le monde va apporter son expérience au projet. Ce serait une aberration de ne pas prendre leur avis en compte. Rien n’est figé. Le rugby évolue, on évolue avec lui. On a besoin une démarche participative. »

En dépit du contexte très compliqué pour le club lot-et-garonnais, David Ortiz n’a « pas mis longtemps à se décider » : « On ne peut qu’avancer... Les meilleurs moments vont arriver. On n’a plus trop de questions à se poser. Il faut foncer, oser, tenter ! »

David Ortiz (à gauche) et Jérôme Miquel viennent en renfort du manager Régis Sonnes et Sylvain Mirande.


Jérôme Miquel : « Le jeu au pied peut être

une arme redoutable... »

Il y a des hommes que l’on ne présente plus et Jérôme Miquel en fait partie. Ouvreur des Bleu et Blanc pendant près d’une décennie, il a ensuite entraîné les Espoirs et officiait dernièrement au sein d’Academia. Autant dire qu’Armandie est sa maison. « Ce n’était pas forcément un objectif de monter en équipe première, d’autant que j’ai un boulot à côté, chez EDF. Mais c’est une grande fierté. Même si je ne suis pas originaire d’ici, Agen est mon club de cœur. J’y ai passé beaucoup d’années et j’ai le sentiment de lui devoir quelque chose, le devoir de transmettre tout ce que j’ai appris », indique l’intéressé.

Jérôme Miquel a ainsi rejoint l’équipe première comme consultant pour le jeu au pied. « Le rugby a évolué et le jeu au pied, s’il est bien utilisé, peut être une arme redoutable. Il prend aujourd’hui une importance qui n’est pas négligeable. » Vous l’aurez compris, il n’est pas seulement question d’envoyer la gonfle entre les perches mais aussi de son utilisation dans les phases courantes : sous pression, occupation, pour gagner du terrain... « Je suis en appui de Sylvain Mirande. J’apporte ma vision technique. » En attendant de développer des ateliers spécifiques à chaque poste, l’ex-buteur met en place des circuits impliquant l’ensemble des lignes arrières, afin de juger le niveau de chacun avant d’approfondir. « A terme, l’idéal serait qu’un ailier puisse avoir le jeu au pied d’un ouvreur et réciproquement. L’idée est de garnir la caisse à outils pour parer à toutes les éventualités », détaille Jérôme Miquel.

Ce dernier prévient toutefois que ces seules séances ne suffiront pas pour passer un cap : « On ne peut pas attendre l’exercice de l’entraîneur. Il faut aussi se prendre en main pour progresser. Je donne beaucoup d’infos, à chacun ensuite de se construire avec ce qu’on lui amène. Quand j’étais joueur, on arrivait une heure avant l’entraînement pour taper, et on restait une heure après... »

Ayant déjà eu un certain nombre de garçons sous ses ordres dans les catégories de jeunes, Jérôme Miquel ne devrait pas avoir trop de difficultés à faire passer le message.




1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

SARL LOT-ET-GARONNE PRESSE – Capital : 20900 € - Siège Social : 22, rue Lamouroux, 47000 Agen - RCS Agen 452 879 539

n°de siret : 45287953900057 – Code APE : 6391Z - n° de TVA Intracommunautaire : FR 784 528 795 39 – Tél : 05 53 87 46 75

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Youtube