Le SMUR de Nérac fermera ses portes au mois d’août, faute de médecins


En manque de personnel, le service d'urgence de Marmande fonctionnera de 8h à 20h pendant 3 semaines, à compter du 26 juillet, tandis qu'à Nérac, l'antenne SMUR va tout simplement fermer ses portes à cette même date, et ce jusqu'au 29 août inclus.

L'antenne SMUR de Nérac, déjà inactive en soirée depuis quelques jours, sera tout bonnement fermé pendant un mois, à partir du 26 juillet © Google Maps

C'est un événement pour le moins tristement historique... Le manque d'effectif dans les structures hospitalières de Lot-et-Garonne, problématique également rencontrée dans d'autres départements, a poussé l'Agence Régionale de Santé à prendre des décisions pour le moins drastiques. Si du côté de Marmande, le service fonctionnera du 26 juillet au 15 août de 8h à 22h30, avec la requalification du service des urgences en simple antenne SMUR, les circonstances sont plus problématiques en Albret. L'antenne SMUR de Nérac, ouverte de 8h à 20h jusqu'au 26 juillet, baissera temporairement le rideau passé cette date, jusqu'au 29 août. Et pour cause, les moyens humains sont limités...

Le service ne pourra donc pas assurer la prise en charge des patients sur cette période. « Il n'y aura plus de couverture sur le sud-ouest du département, c'est alarmant. Nous sommes conscients que ce n'est pas facile et que l'ARS a été contrainte de prendre cette décision au regard de la situation, mais ils doivent comprendre notre mécontentement et notre inquiétude. Nous avons aussi besoin de perspectives pour la rentrée, est-ce que l'on pourra rouvrir ? », interpelle le maire de Nérac et vice-président du Conseil départemental, Nicolas Lacombe. Des réponses, c'est ce que demande le premier édile, qui n'a pour l'instant pas eu l'occasion d'échanger avec l'ARS. Contacté par téléphone, le directeur départemental de l'ARS, Joris Jonon, assure qu'« à l'horizon rentrée, le service de Nérac sera amené à reprendre, sans réduction de l'amplitude horaire» .


Il explique également ces décisions : « Chaque année, nous réunissions l'ensemble des services d'urgence avant la période estivale pour s'assurer de la réponse sanitaire sur le territoire, en prenant en compte les contraintes qui peuvent s'imposer, notamment sur les moyens médicaux à notre disposition, qui ne sont pas extensibles. Au vu de la situation, il a été décidé que l'antenne SMUR de Nérac ferme de manière temporaire de façon à ce que les ressources mobilisées puissent être réparties sur les autres services. Nous avons fait le choix d'anticiper pour ne pas se retrouver dans l'incapacité de prendre en charge les patients. »


« Pour un territoire comme le nôtre, une antenne SMUR et un médecin, c'est le minimum »


« Un problème de régulation va se poser, puisque tout sera reporté sur la structure d'Agen, qui est à 30 minutes de Nérac. Imaginez les conséquences sur le transport et la prise en charge des patients. Pour un territoire comme le nôtre, une antenne SMUR et un médecin, c'est le minimum », ajoute Nicolas Lacombe. Ce à quoi le directeur départemental de l'ARS répond : « Il y a déjà eu par le passé des fermetures de l'antenne de Nérac, avec un report vers le CH d'Agen, et nous n'avons pas eu de problèmes ».


Le 15 juillet dernier, les élus du Conseil départemental ont co-signé une lettre envoyée au président de l'ARS Nouvelle-Aquitaine, Benoît Elleboode, afin d'alerter sur la situation et demander des garanties. Dans ce courrier, les élus déplorent « une telle dégradation de l'accueil de patients sur notre territoire, d'autant qu'aucune solution pérenne ne semble envisagée à moyen terme pour faire face au déficit de personnel constaté ». Le Département demande donc des garanties dans les meilleurs délais, pour permettre au service de rouvrir ses portes dans des conditions optimales. « Nous vous demandons de bien vouloir débloquer en urgence des moyens exceptionnels afin de ne pas dégrader cet été les accueils de patients dans les établissements de Marmande et Nérac et ainsi proposer à nos concitoyens la prise en charge de qualité et de proximité laquelle ils peuvent légitimement prétendre, et de travailler à moyen terme à la mise en place de mesures nécessaires afin de lutter contre le déficit de personnels qualifiés qui fragilise tout particulièrement certains établissements lot-et-garonnais. »


Joris Jonon l'assure, l'ARS voit plus loin que la saison estivale et travaille sur la meilleure manière de « gérer le moyen terme ». Au CHI de Marmande-Tonneins, un gros projet de rénovation des services est engagé, pour lequel l'ARS a d'ores et déjà débloqué 1 million d'euros. Mais la véritable problématique des ressources humaines est à l'ordre du jour.

« Aujourd'hui, aucune restriction financière n'est imposée par l'ARS à ces services d'urgence. Si demain, trois praticiens urgentistes veulent être intégrés à Marmande ou Nérac, il le seront.» Mais ce sont les candidats qui manquent...


Un rassemblement est prévu ce mercredi 21 juillet à 11h devant l'hôpital néracais, avec les élus et les habitants.

47 vues0 commentaire