Le salon du livre revient en septembre sous forme de festival

La grande fête villeneuvoise de la littérature reviendra les 24, 25 et 26 septembre prochains dans une version améliorée impliquant tous les services culturels de la ville.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

La municipalité tenait à mobiliser l’ensemble de ses services culturels pour redynamiser cet événement littéraire.


"Va-t-il y avoir un salon du livre ? Oui et non. » L’espace de quelques secondes, au lendemain de l’annonce de l’annulation du festival du rire, Guillaume Lepers a ménagé un petit suspense. Heureusement, cette fois, l’issue était plus positive. Car non seulement l’évènement littéraire phare de la bastide revient, mais il prend une nouvelle dimension avec un changement de format. On ne parle plus désormais de « salon » mais de « festival ». Son nom : « Villeneuve se livre ». Il se déroulera du 24 au 26 septembre prochains. Des dates qui coïncident avec la rentrée littéraire ainsi que les sélections pour les grands prix comme le Goncourt ou le Renaudot. « C’est un moment opportun et ce sera aussi l’ouverture de notre saison culturelle », annonce le premier édile. Pour le lieu, c’est la place Lafayette qui a été choisie, afin d’intégrer pleinement ce rendez-vous dans le cœur de la cité, maintenant que la halle Lakanal n’est plus disponible. Mais surtout, cette nouvelle mouture réunit un grand nombre de services municipaux : le théâtre Georges-Leygues, la bibliothèque, le centre culturel, le musée de Gajac et la direction des affaires culturelles. « Cet événement a été travaillé collectivement dès notre arrivée à la mairie, indique l’adjointe Sylvie Rongier. Pendant les nombreuses réunions préparatoires, beaucoup d’idées sont sorties et je pense que l’on est arrivé à quelque chose de très abouti et très novateur avec une identité propre et beaucoup d’originalité. » Le thème, inspiré par Florence Audra, directrice de la bib’, portera sur l’amour. Tout un symbole après une année particulièrement difficile, avec la déesse grecque Aphrodite pour le rappeler sur l’affiche.


Têtes d’affiches connues, plateau

éclectique

Pour la première fois, la Ville s’est adjoint les services d’un programmateur professionnel réputé dans le milieu : Pierre Defendini. En tant que chef d’orchestre, c’est à lui que revient la charge de contacter les maisons d’édition et les auteurs. Au total, ils seront environ 70 à être invités à Villeneuve. David Foenkinos et Clélia Ventura seront respectivement parrain et marraine de ce cru 2021. « C’est important d’avoir des têtes d’affiche qui plaisent à tout le monde, car il y a quoi qu’on en pense une préoccupation économique : il faut que les libraires vendent des livres. A côté de ça, je tenais à avoir un plateau suffisamment éclectique. Il faut du polar, de l’histoire, du terroir, de la littérature, des œuvres jeunesse... Un festival, c’est permettre à des auteurs de rencontrer les publics, que chacun puisse créer au moins un instant de mémoire. On a donc essayé de fabriquer un programme cohérent et généreux, qui fait du bien et qui enrichit », détaille Pierre Defendini.


Retour à un

rythme annuel

Au delà des trois journées centrales, les premières animations commenceront dès le lundi 20 septembre et se poursuivront bien au-delà. « Un festival du livre n’est pas une fin en soi, c’est le début d’une histoire avec une véritable politique publique qui s’inscrit dans la durée », assure Guillaume Lepers. Villeneuve est notamment la première cité du Lot-et-Garonne à être labellisée « Premières pages », un dispositif d’Etat visant à sensibiliser les familles, notamment les plus fragiles et les plus éloignées du livre, à l’importance de la lecture, dès le plus jeune âge. Pendant les 8 à 10 mois qui suivront, toute une série de rencontres sera organisée en ce sens. D’autres surprises seront dévoilées au fil de l’eau. Les organisateurs ne manquent pas d’ambition pour ce grand retour et annoncent déjà vouloir revenir sur un rythme annuel !



39 vues0 commentaire