Le rebond historique de la location de vacances

2020, « année noire pour le tourisme », dit-on. Pourtant, certains discours font plaisir à entendre. Dans une période gorgée d’incertitudes, Gîtes de France a terminé l’année avec un chiffre d’affaires en nette hausse. Le Lot-et-Garonne a eu la côte auprès des vacanciers. Et la tendance se confirme.

De notre journaliste : Charlotte Charlier

A l’approche de la saison estivale, l’équipe de Gîtes de France compte bien faire rayonner le Lot-et-Garonne, qui a la côte auprès des vacanciers.


Il est rare aujourd’hui d’entendre un acteur de la filière touristique heureux. Il y a tout juste un an maintenant, voilà un secteur qui entrait dans une période sombre et remplie d’incertitudes. Pourtant, malgré quelques ascenseurs émotionnels, Gîtes de France a connu une très belle saison 2020. Et la période estivale qui arrive semble suivre le même chemin. « L’année dernière a évidemment été particulière. Comme tous, nous avons été apeurés par ce qui nous est tombé sur la tête. Notre centrale de réservation est pour la première fois en 20 ans tombée à l’arrêt complet à l’annonce du premier confinement », se souvient Brigitte Hugon, directrice de l’agence lot-et-garonnaise. Pour la structure, qui prépare chaque saison un an à l’avance avec notamment d’importantes réservations pour des évènements privés, il a fallu être réactif pour trouver des solutions rapidement. « Les appels fusaient dans tous les sens, les gens étaient inquiets. Nous l’étions aussi, le moral en a pris un coup ! » Résultat, un chiffre qui a chuté de trente points en très peu de temps, après un joli départ pour les premiers mois de 2020. Puis grâce au petit coup de pouce apporté à la filière, avec entre autres des aides et la possibilité de générer des avoirs, l’espoir commence à renaître... « En mai, lorsque que le gouvernement a autorisé les départs en vacances, tout est reparti de plus belle, nous ne nous attendions pas à un tel engouement », confie la directrice. Du fait que les Français n’ont pas pu partir à l’étranger, le tourisme local a été pris d’assaut. Habituellement, ce sont sept à neuf millions de français qui partent à l’étranger... Si certains ont fait une croix sur leur départ, beaucoup ont décidé de profiter du large éventail de locations proposé sur l’ensemble du pays. Gîtes de France, ancré dans les territoires ruraux, a vu son offre très plébiscitée. « Nous avons observé un nouveau phénomène, celui du rallongement des séjours. La plupart de nos contrats de location se portaient sur 14 ou 21 nuitées. Les clients se sont projetés et surtout recentrés sur les vacances d’été pour partir, avec un budget plus important. Au final, nous avons terminé l’année avec un chiffre d’affaires à +16% », déclare Brigitte Hugon.


Les vacances studieuses, nouvelle demande en vogue

La crise sanitaire a également fait émerger une nouvelle demande bien particulière, liée au télétravail qui s’est fortement développé. « Nous recevons beaucoup de demandes de clients, pour leur trouver un lieu de vacances permettant d’allier détente et travail à distance. Certaines entreprises acceptent de financer une partie des séjours à ce titre. » A tel point qu’une nouvelle catégorie de logements a fait son apparition chez Gîtes de France : « Travailler de chez vous, mais ailleurs ». La sélection regroupe des biens qui répondent à des critères bien précis, parmi lesquels figure logiquement un bon accès à internet. Brigitte et ses six collaborateurs ont également entamé un travail de sensibilisation auprès de leurs adhérents, conscients des besoins grandissants sur cet aspect. Grâce notamment à cette nouvelle offre, la structure de locations de vacances enregistre d’ores et déjà une augmentation de 10% de son chiffre en ce début d’année. « Je suis convaincue que le Lot-et-Garonne a une carte a jouer. Nous devons véritablement réfléchir à comment notre département peut devenir une terre de vacances studieuse », souligne la directrice. Si cette dernière se réjouit évidemment de la hausse d’activité pour sa structure, elle souligne également le besoin de retrouver tous les acteurs de la restauration ou encore du loisir, des métiers véritablement complémentaires s’inscrivant dans un parcours touristique. Avec la saison qui se profile, Brigitte Hugon a en tout cas de bons espoirs. « La crise sanitaire, accompagnée des confinements et du couvre-feu, a fait ressortir chez les gens l’envie de se mettre au vert, pas forcément loin de leur domicile qui plus est. » Avec 500 logements répartis sur l’ensemble du département, et la garantie d’un séjour dépaysant, Gîtes de France compte bien mettre sa pierre à l’édifice pour promouvoir comme il se doit le 47 auprès des vacanciers.


Gîtes de France 47 c’est :

300 adhérents
500 logements
98 vues0 commentaire