Le Rassemblement national fait cause commune pour la double élection de juin

Le Rassemblement national suit à 100% la logique de parti et défend ainsi un projet unique aux élections départementales comme aux régionales et se projette même vers les présidentielles.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf


La tête de liste Edwige Diaz et son lieutenant lot-et-garonnais Sébastien Delbosq ont de grandes ambitions pour le Rassemblement national dans ces élections.


Pour les sympathisants du Rassemblement national, la période électorale à venir ne s’annonce pas cornélienne, contrairement aux autres sensibilités politiques, tiraillées entre des listes d’union au niveau départemental et des logiques de partis pour les régionales. « La cohérence de notre programme est un atout », assure d’ailleurs Edwige Diaz, la tête de liste RN pour la Nouvelle-Aquitaine. Les porte-étendards « bleu Marine » avancent soudés pour les deux scrutins des 20 et 27 juin.

Pour diriger la conquête du Conseil régional, le nom d’Edwige Diaz s’est rapidement imposé, lui permettant au passage de partir en campagne très tôt. Si la jeune femme de 33 ans incarne la nouvelle génération au sein du parti, elle est élue dans l’opposition depuis 2015 avec une montée progressive en responsabilités. Pour tenir sa base dans notre département, elle a choisi un autre « jeune » en la personne de Sébastien Delbosq (35 ans). Ce dernier réside à Bon-Encontre et mène une carrière d’administrateur de biens. « Je veux être en quelque sorte le VRP du Lot-et-Garonne, malheureusement trop éloigné des grands centres de décisions », explique-t-il. Des propos corroborés par la Girondine Edwige Diaz : « Ce territoire incarne tous les oubliés de la ruralité, c’est le parent pauvre de la politique d’Alain Rousset. » Ces paroles avaient déjà trouvé écho chez les électeurs en 2015. C’est en effet dans le 47 que le RN avait obtenu son meilleur score parmi les douze départements qui composent la Nouvelle-Aquitaine avec près de 32% des suffrages et une large avance au premier tour.


Désenclavement

de la ruralité

La stratégie reposera d’ailleurs principalement sur « le désenclavement des zones rurales » pour tendre vers un « rééquilibrage territorial ». Et cela passera évidemment par la thématique des transports. « A l’inverse des écolos, nous ne faisons pas de car-bashing. Les ruraux ont besoin de leur voiture au quotidien. Nous allons donc améliorer les infrastructures routières en plus de réhabiliter les lignes de TER », détaille Edwige Diaz. La question de la sécurité est également centrale avec le développement d’une « police des transports ». Et même si l’immigration n’est pas vraiment du ressort de la Région, ce sujet revient inévitablement sur la table. « Alain Rousset a donné une subvention de 50 000 € pour SOS Méditerranée qui affrète l’Aquarius pour venir en aide aux migrants, il a instauré une réduction dans les TER pour ces mêmes migrants et propose même des aides à la formation. Au Rassemblement national, on préfère destiner ces aides aux Néo-Aquitains en priorité ! », assume la cheffe de file, ajoutant au passage que glisser un bulletin pour sa liste en juin, « c’est déjà voter pour Marine Le Pen aux présidentielles de l’an prochain ».

Pour ces régionales, un récent sondage Ipsos / Sopra Steria pour France Bleu et France 3 donne le socialiste Alain Rousset leader du premier tour d’une très courte tête devant le RN (25% contre 24%). La division entre le centre et la droite pourrait faire les affaires d’Edwige Diaz et consorts.

A l’échelon départemental, la mission semble plus ardue. Le Rassemblement national n’a encore jamais réussi à installer un binôme dans l’hémicycle de Saint-Jacques. Pour tenter d’y parvenir cette fois, le parti va présenter 16 duos sur les 21 cantons du Lot-et-Garonne. Aucune tête de liste n’a été désignée. L’objectif est d’abord de franchir le fameux plafond de verre…


Les binômes candidats pour le Rassemblement national aux élections départementales //

Isabelle Collin et Christophe Proton (Agen 2)

Patrick Cucurulo et Françoise Tessier (Agen 3)

Sébastien Delbosq et Renée Marces (Agen 4)

Franck Quenelle et Sandrine Becot (Marmande 1)

Laurent Verzegnassi et Danièle Chatelet (Marmande 2)

Daniel Cadiot et Anne-Laure Raach (Le Livradais)

Claude Choplin et France Espinasse (Confluent)

Guy Pozzobon et Ghislaine Ragno (Lavardac)

Michel Salles et Évelyne Obin (Ouest Agenais)

Patrice Ragot et Annick Cousin (Pays de Serres)

Patrick Gambelou et Béatrice Martin (Sud-Est Agenais)

Georges Sassy et Maryse Aubert (Tonneins)

Christophe Beaupuis et Sylvie Gueudin (Villeneuve 1)

Claude Franchetto et Virginie Tarascon (Villeneuve 2)

Christine Thomas et Claude Epinoux (Les Forets de Gascogne)

Frédéric Berens et Hélène Corps (Coteaux de Guyenne)

214 vues0 commentaire