Le plan anti-Covid s’invite à Armandie

De notre journaliste : Dimitri Laleuf


En cette période de rentrée des classes, les écoliers doivent rapprendre le règlement intérieur de leur établissement. Il en va de même pour les supporters du SUA LG. A cause de l’épidémie qui frappe le pays, les clubs de rugby professionnels sont soumis à d’importantes contraintes. Comme ses camarades, le Sporting déploie toute son énergie pour s’y plier avec la plus grande rigueur. Toutes les préconisations de la Ligue nationale de rugby, validées par le ministère des Sports, ainsi que celles de la préfecture de Lot-et-Garonne ont été suivies et le lien avec ces institutions reste constant. Si la sécurité demeure la priorité, tout a été fait en parallèle pour impacter le moins possible la qualité de l’expérience spectateur. « Les gens viennent ici pour avoir du plaisir. On y veille, car le supporter représente l’ADN d’un club. Mais cela va tout de même demander quelques adaptations. Si l’on veut que ça fonctionne et que l’on continue à voir du rugby, il faut que chacun joue le jeu », prévient le vice-président Stéphane Bourgeais. Alors à vos cahiers !


1 // Un nombre de spectateurs limité

La jauge limitée imposée aux établissements recevant du public fait partie des éléments importants. Pour le moment, celle-ci est fixée à 5000 personnes dans la même enceinte au même moment. Dans ces 5000 personnes, il faut donc inclure les acteurs du jeu (joueurs, staffs, officiels), les médias et diffuseurs, les secours, les personnels de sécurité et toute la partie accueil/réceptif/buvette. En tout cela représente près de 500 personnes. « Ensuite, on a décidé de donner la priorité à nos partenaires et à nos abonnés », précise Arnaud Kerjean, responsable grand public. Dans cette configuration, il reste ainsi environ 500 places pour ce que l’on appelle les ventes sèches. Une bonne partie étant déjà vendue, il est peu probable qu’il en reste le jour du match. « En temps normal, la moyenne est de 8000 spectateurs », rappelle Arnaud Kerjean.

Le second match à Armandie n’aura lieu que le 10 octobre (contre le Stade Français). D’ici là, les autorités peuvent changer la jauge. A la hausse comme à la baisse. « Cela dépendra de la capacité de chacun à respecter l’ensemble des règles. La réception de Castres aura une valeur de test. Si on voit des images de spectateurs sans masque ou des regroupements, on va nous tomber dessus et c’est tout le rugby français qui en paiera les conséquences. On sollicite donc un grand élan de solidarité de la part du public », insiste Stéphane Bourgeais.


2 // De nouveaux accès au stade... avec les gestes barrièes

Jusqu’à présent, l’accès aux tribunes se faisait par deux entrées. L’immense majorité du public arrivait par l’arrière de la tribune Lacroix et une petite partie par la rue de Lille. Désormais, il y en aura cinq et chaque place assise aura son accès bien précis. Celles et ceux qui arriveront par la mauvaise porte ne seront pas autorisés à pénétrer dans l’enceinte. « Il est ainsi important que chacun anticipe bien sa venue. On a d’ailleurs décidé d’ouvrir les portes un peu plus tôt, deux heures avant le coup d’envoi. Mais pas de panique, tout est précisé sur le e-billet que chacun reçoit », indique Arnaud Kerjean.

A cela il faut ajouter le port du masque obligatoire et ce durant tout l’évènement. Pour le premier match amical, les supporters agenais avaient été de très bons élèves, contrairement à d’autres stades en France. Du gel hydro-alcoolique sera proposé dans toutes les files d’attente.


3 // La disparition des animations mais pas des buvettes

A l’exception des pom-pom girls, aucune animation ne pourra être proposée jusqu’à nouvel ordre. Rien dans les travées pour éviter les regroupements et les contacts. Rien non plus sur la pelouse. « Le terrain fait partie de la bulle réservée aux joueurs, aux staffs et aux officiels. Pour éviter de les exposer, on ne les met en contact avec personne venant de l’extérieur », souligne Arnaud Kerjean. Pas de show donc, si ce n’est le match de rugby (le plus essentiel), pas de coup d’envoi fictif ni de rencontres avec le public en cas de victoire.

Pour ce qui est de la restauration, les buvettes restent actives mais avec un nouveau protocole. Outre le masque et les visières pour le personnel, les clients devront suivre un sens de circulation précis et impérativement consommer en tribunes. « On conseille aux groupes de n’envoyer qu’une seule personne prendre la commande. » A la fin du match, les buvettes resteront ouvertes et les supporters pourront en profiter autour de mange-debout mais sans se mélanger et sans dépasser les 10 personnes.



114 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

SARL LOT-ET-GARONNE PRESSE – Capital : 20900 € - Siège Social : 22, rue Lamouroux, 47000 Agen - RCS Agen 452 879 539

n°de siret : 45287953900057 – Code APE : 6391Z - n° de TVA Intracommunautaire : FR 784 528 795 39 – Tél : 05 53 87 46 75

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Youtube