Le Lot-et-Garonne fonce vers les Jeux Olympiques

On connaît désormais les Centres lot-et-garonnais de préparation pour les Jeux. Un travail doit maintenant s’engager pour concrétiser cette labellisation en accueillant des sportifs.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

La base du Temple sera le fer de lance de l’olympisme en Lot-et-Garonne. Le site déjà exceptionnel est par ailleurs en cours d’amélioration avec un plan d’investissement de 12 M€ pour créer de nouvelles installations sportives et d’hébergement.


L’organisation des Jeux Olympiques de Paris 2024 a dévoilé en ce début de semaine l’ensemble des « Centres de préparation pour les Jeux ». Au total, 620 sites répartis sur un total de 415 communes ont été retenus. Dans le Lot-et-Garonne, on en dénombre sept (voir liste ci-après). De quoi allumer une petite flamme dans les yeux de celles et ceux qui ont porté les candidatures. A commencer par Bruno Blucheau, le directeur de la base omnisport du Temple-sur-Lot, véritable tête de gondole du département. « Cette labellisation est une très bonne chose car elle souligne l’engouement et l’engagement des territoires dans cette aventure », estime-t-il. Mais cette étape est loin d’être une fin en soi. Ce n’est au contraire que le début d’un long travail pour tenter d’accueillir des athlètes dans les mois (et années) précédant le grand évènement tant attendu. « La reconnaissance CPJ porte sur les normes sportives. Cela signifie que telle installation est adéquate pour recevoir telle discipline. Rien de plus. Elle ne garantit en rien que des délégations s’y déplaceront pour des stages de préparation », précise Bruno Blucheau. Pour y parvenir, chaque site devra « se vendre » auprès des potentiels clients. Pour les JO de Tokyo, reportés en 2021, un site internet répertoriant tous les CPJ nippons avait été mis en place laissant aux différentes équipes la possibilité de faire leur marché. « On attend encore de savoir comment le CNOSF (ndlr, Comité national olympique et sportif français) va commercialiser tout ça. Mais ce qui est certain, c’est que chacun devra trouver un moyen de sortir du lot. Car la concurrence sera rude. Et il y aura des déçus », affirme Bruno Blucheau.


Proposer des packages

all-inclusive

Parmi la cinquantaine de lieux labellisés en Nouvelle-Aquitaine, une petite dizaine seulement sont opérationnels quasi-immédiatement. La Base du Temple en fait partie. Tout au long de l’année, cette structure reçoit des délégations internationales. Les équipements sportifs et son plan d’eau en sont l’une des principales raisons. Mais c’est loin d’être le seul atout. L’hébergement et la restauration viennent compléter la prestation. Les sportifs ont tout sur place, sans avoir à se déplacer. Et la cote templaise ne devrait que grimper avec le projet d’extension à 12 millions d’euros qui comprend deux piscines flambant neuves, un nouveau gymnase plutôt typé handball et basket en plus des deux autres existants, des salles fitness-muscu, un pôle de récupération et 56 nouveaux lits accessibles aux PMR (très important en vue des jeux paralympiques). Le Canada ou encore la Chine sont déjà en contacts avancés pour y réserver des créneaux d’ici Paris 2024.

« C’est là-dessus que les autres sites devront travailler : l’offre globale. Pour séduire les nations, il faudra proposer des packages all-inclusive comprenant tous les services annexes dont le logement et la restauration. Il sera par ailleurs important de dédier un interlocuteur privilégié. »

Le maire et président de l’Agglo d’Agen, Jean Dionis du Séjour, explique que l’hébergement est un axe prioritaire : « On est encore faibles là-dessus. On a des pistes, notamment avec les installations universitaires. Il faut apprendre à recevoir. »

Les cibles potentielles des CPJ sont principalement les pays lointains. Les voisins de la France, eux, n’auront pas besoin de s’acclimater aux conditions hexagonales. Se déplacer sur les compétitions internationales (notamment aux Jeux de Tokyo) pour les rencontrer augmentera les chances de conclure. Faire jouer les réseaux également. On peut par exemple penser au ping-pong à Villeneuve-sur-Lot.

Le marathon ne fait que commencer !


Les 7 sites du département

labellisés centres de préparation aux JO 2024


Temple-sur-Lot //

La base du Temple-sur-Lot qui accueillera l’aviron olympique et paralympique, le basket-ball et basket-ball fauteuil, la boxe, le canoë-kayak le sprint, le goalball, le handball, le judo olympique et paralympique, le paracanoë, le taekwondo olympique et paralympique.


Agen //

Le Stadium pour le basket-ball et basket-ball fauteuil, escrime fauteuil, judo olympique et rugby fauteuil

Le stade Armandie pour le rugby à 7

Le centre aquatique Aquasud

pour la natation paralympique











Boé //

Le complexe omnisports Jacques-Clouché pour la gymnastique artistique, rythmique et handball






Les Archers de Boé pour le tir à l’arc olympique et paralympique.


















Villeneuve-sur-Lot //

Le complexe de la Myre-Mory va accueillir du judo olympique et paralympique , rugby à 7, tennis de table olympique et paralympique.