Le Festival de Bonaguil aura bien lieu... mais pas au château

Afin de pouvoir à nouveau rencontrer son public cet été, l’emblématique festival de théâtre fait son retour, dans un nouveau lieu : le théâtre de la nature à Fumel.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

Le théâtre de la nature à Fumel, par sa jauge supérieure au site de Bonaguil, permet aux organisateurs du festival de conserver des ambitions tout en s’astreignant aux conditions sanitaires en vigueur.


Comme de nombreuses autres manifestations culturelles, le Festival de Bonaguil a connu sa « traversée du désert » en 2020 à cause de la pandémie. Si le maintien de l’évènement était possible l’an passé, les conditions imposées (désinfection du site, gestion des flux de spectateurs) n’étaient tout simplement pas tenables. La mort dans l’âme, les organisateurs ont décidé de renoncer, avec la promesse toutefois de revenir vite, bien suivis par les artistes déprogrammés. C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que le voile a été levé sur cette édition 2021 qui s’annonce unique ! Cette fois encore, les contraintes sont drastiques. C’est pourquoi un changement de lieu a été opéré : « Pour permettre au festival d’avoir lieu, nous n’allons pas occuper le château de Bonaguil mais le théâtre de la nature à Fumel. C’est la seule solution pour pouvoir accueillir de manière certaine 600 personnes à chaque représentation », révèle Marie Costes, la présidente de l’association organisatrice. La jauge de ce nouveau site peut en effet monter jusqu’à 1200 spectateurs, ce qui permettra de respecter la distanciation, à la fois pour les entrées/sorties ainsi que les phases statiques. La mairie de Fumel a déjà mobilisé ses services techniques pour préparer l’arrivée des troupes et du public en août prochain. Du 2 au 7 plus précisément. Des dates alignées sur le festival d’Avignon, d’où viennent un certain nombre de compagnies invitées.

Lawrence ouvrira le bal dès le 2 août. A l’image des autres œuvres au programme, ce spectacle se veut à la fois accessible et exigent, avec beaucoup de monde au plateau pour meubler la grande scène.

Du monde au plateau,

du rythme, du souffle

Comme depuis une dizaine d’années, c’est Frédéric Bernhard qui est à la baguette de la programmation. Ses choix ont notamment permis à la manifestation lot-et-garonnaise d’être « connue et reconnue dans la région toute entière », souligne Marie Costes. En bon chef d’orchestre, il a tenu compte des paramètres exceptionnels de ce millésime 2021. « Pour construire cette édition dans un contexte covid, on est allés chercher des certitudes en s’appuyant notamment sur le théâtre de la nature, explique l’intéressé. Derrière, il était indispensable d’adapter les spectacles à cette nouvelle configuration. Les dimensions importantes vont réclamer du monde au plateau, du rythme, du souffle. » Et ça tombe bien, ce type de performance est idéal pour toucher un large public, y compris des familles. « Cette année plus encore, le festival doit être une machine à créer du commun, c’est-à-dire une petite communauté éphémère qui va, le temps d’une soirée, partager des émotions, de la beauté, des réflexions... avant de pouvoir échanger à l’issue de la représentation. Après les temps difficiles qu’on a tous vécus, on a besoin de se retrouver », estime Frédéric Bernhard.

Ce dernier semble tenir un bon équilibre avec trois biopics, le premier très exaltant sur la vie de Thomas Edward Lawrence (ndlr, d’Arabie), le second autour de George Sand et Sarah Bernhardt porté par deux actrices au sommet de leur art et enfin le spectacle musical « Est-ce que j’ai une gueule d’Arletty », déjà récompensé par deux Molières Les amateurs de classiques pourront jubiler devant la revisite du Cid de Corneille par Jean-Philippe Daguerre. Dans un style plus déluré, le concert-spectacle burlesque Desconcerto, par la compagnie Catalane Orquestra de Cambra l’Empordà, annonce une soirée haute en couleurs. Le festival sera clôturé par une comédie policière qui séduira à coup sûr petits et grands. Les tarifs n’excèderont jamais 35€ en plein tarif afin de rester abordable.

A noter que le bourg de Bonaguil accueillera tout de même un spectacle jeune public (3 à 7 ans) avec « Mon petit doigt m’a dit » porté par David Torména et Cédric Moulié.


Programme //

Au théâtre de la nature à Fumel //

Lundi 2 août à 21h30 :

LAWRENCE d’Eric Bouvron

Mardi 3 août à 21h30 : LE CID de Corneille

Mercredi 4 août à 21h30 :

GEORGES ET SARAH de Thierry Lassalle

Jeudi 5 août à 21h30 :

DESCONCERTO de Jordi Purti

Vendredi 6 août à 21h30 :

EST-CE-QUE J’AI UNE GUEULE D’ARLETTY ? d’Eric Bu et Elodie Ménant

Samedi 7 août à 21h30 :

LE CERCLE DE WHITECHAPEL de Julien Lefebvre

Dans le bourg de Bonaguil //

Mercredi 4 août à 17h : MON PETIT DOIGT M’A DIT de David Torména et Cédric Moulié



Renseignements //

Du 2 au 7 août.

Réservations à partir du lundi 1er juillet 2021 au 05 53 71 17 17

ou à la maison du festival,

place Escande à Fumel. Courriel :

festivaldebonaguilfumel@gmail.com Site internet :

www.festivaldebonaguil-fumel.fr

26 vues0 commentaire