Le confinement n’a pas éteint leur sourire !

Cécile Chabrié et Marie Taveira ont chacune ouvert une boutique quelques jours seulement avant le troisième confinement. Malgré ce coup dur en plein lancement, les deux commerçantes ont tenu et profitent aujourd’hui d’un bel engouement. Pétillantes, elles rayonnent dans la rue de Paris.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

Cécile Chabrié, gérante du magasin Les Bohémiennes.


"J’ai un peu été cassée dans mon élan, mais quel élan ! Les trois premières semaines avant qu’on soit obligé de fermer ont été super prometteuses. Et depuis la réouverture, c’est reparti sur les chapeaux de roues. » Toujours souriante, toujours optimiste, Cécile Chabrié savoure le lancement de son aventure avec l’enseigne Les Bohémiennes dans la rue de Paris. Cet emplacement de la principale artère piétonne de la bastide, elle le connaît parfaitement puisqu’elle y a déjà passé les quatre dernières années, sous d’autres couleurs. Jusqu’au 30 janvier dernier, le fronton arborait le logo de Z Génération. La marque de prêt-à-porter pour enfants connaissant des difficultés, Cécile fait le choix de se tourner vers un nouveau concept. « Cela faisait un moment que je réfléchissais à me lancer dans les vêtements pour femmes. J’ai découvert sur Facebook la boutique Les Bohémiennes à Ascain dans le Pays basque. Je l’ai suivie pendant un moment avant de me rapprocher de la fondatrice pour créer un point de vente en franchise ici », raconte la jeune femme. Quelques semaines de travaux réalisés avec son mari ont suffi pour complètement transformer le local. Ce dernier constitue maintenant une adresse incontournable de la mode féminine à Villeneuve. « Il faut dire que les fringues sont vraiment tip-top. Les gammes de prix ne sont vraiment pas excessives. Et puis on touche tout le monde à tous les âges avec des tailles qui vont du 34 au 48 », souligne Cécile avec autant d’enthousiasme que de couleurs dans son magasin.

Au-delà des produits, l’endroit est aussi devenu un repaire de convivialité, où l’on n’hésite pas à venir papoter autour d’un café, profitant de la bonne humeur communicative de la maîtresse des lieux. Cette dernière ne manque pas de s’en réjouir. « De manière générale, je trouve que la dynamique commerciale du cœur de ville remonte en flèche, sans même parler des bars et des restaurants. Ça n’a rien à voir avec la période de mon installation il y a quatre ans. Et pour la grande partisane du centre-ville que je suis, c’est une excellente nouvelle. Ça donne forcément le sourire ! »


Renseignements //

43 rue de Paris. Ouvert du mardi au samedi de

9h30 à 12h et de 14h à 19h ainsi que

le lundi après-midi. Téléphone : 05 53 71 91 51.

Facebook : Les Bohémiennes Villeneuve sur Lot.


Le Berceau des Anges //

Marie Taveira, gérante du magasin Le Berceau des Anges.


Transférer son magasin du centre-ville d’Agen vers celui de Villeneuve est une belle preuve d’amour pour la bastide. Et c’est ce qu’a fait Marie Taveira en mars dernier. Elle s’est installée dans le local qui fait angle entre la rue de Paris et la rue des Frères Clavet, là où se tenait une boutique éphémère pendant la dernière période de fêtes. Les chalands qui passent la porte du Berceau des Anges peuvent y découvrir des bijoux fantaisie, des accessoires en tout genre et même du prêt-à-porter, l’accent étant mis sur les couleurs, les matières naturelles et surtout l’originalité pour sortir un peu des sentiers battus. Le visage de Marie, en revanche, leur est souvent familier. Et pour cause : « J’ai travaillé pendant 15 ans comme salariée chez Bor à Bora, un peu plus bas dans la rue. Je suis partie pour suivre mon conjoint en Guyane et à mon retour, quand j’ai voulu me mettre à mon compte, je n’ai pas souhaité faire concurrence à mes anciens patrons avec qui je garde de très bonnes relations. C’est pourquoi j’ai d’abord choisi Agen. Et puis quand Bor à Bora a fermé, j’ai décidé de revenir dans ma ville de cœur », raconte la commerçante. Bien lui en a pris puisque Marie a retrouvé certaines de ses clientes. Malgré l’interruption du confinement, « épuisante pour de petits magasins comme le mien », la fréquentation est jugée très bonne. « J’espère que ça va durer, glisse-t-elle. En tout cas, je constate que la rue de Paris est plus fréquentée qu’à mon départ en 2017. Le quartier semble bien se redynamiser ! » Avec de nouvelles boutiques pour enrichir l’offre commerciale, il n’y a en effet aucune raison pour que ça s’arrête…


Renseignements //

36 rue de Paris. Ouvert du mardi au

samedi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 19h. 06 98 11 26 60.

Facebook : Le Berceau des Anges à Villeneuve-sur-Lot.

72 vues0 commentaire