Le collectif « Stop Amazon dans le 47 » démarre son combat à Roquefort

Soucieuses de défendre le commerce local, 12 organisations ont participé au blocage de l’Amazon Locker situé à l’Intermarché de Roquefort. L’objectif : dénoncer les pratiques du géant américain.

De notre journaliste : Charlotte Charlier

Le collectif souhaite voir disparaître tous les lockers du département.


"Le message est simple. On demande à toutes les grandes surfaces de retirer tous les lockers du Lot-et-Garonne. Arrêtons de faciliter la vie à Amazon sur le territoire, défendons le commerce local », lance David Arlabosse, membre du collectif Citoyens pour le climat 47. Sur le parking de l’Intermarché de Roquefort, un regroupement s’est formé autour des consignes sécurisées aux couleurs du géant du commerce en ligne : Amazon. Douze organisations se sont réunies pour bloquer l’un des 17 Amazon Lockers du département, ces casiers qui permettent de retirer un colis en libre service. Un ruban « scène de crime climatique » en barre l’accès et les discours s’enchaînent pour dénoncer l’entreprise américaine. « Sur l’ensemble du territoire, elle a une forte implantation. Uniquement sur le département, nous avons 102 points de retrait Amazon dont 17 lockers », explique une représentante de l’association Alternatiba 47, une carte à l’appui. « L’entreprise colonise tout le pays, et fait concurrence aux commerces de proximité même en milieu rural », continue-t-elle. Les organisations présentes ont toutes signé le communiqué « Stop Amazon dans le 47 », qui a donné lieu a la création d’un collectif éponyme pour entamer une lutte contre le leader du commerce en ligne.


Un double discours dénoncé

Il souhaite voir disparaître toutes ces consignes. Tout particulièrement Intermarché. « Nous avons eu l’autorisation du magasin de Roquefort pour mener notre action aujourd’hui. L’équipe a compris le double discours de l’enseigne, qui a mené une campagne de communication intitulée "Désolé Amazon" pour soutenir les petits commerces, tout en autorisant l’installation de lockers. Il faut choisir son camp, soit on est pour le commerce local soit on est pour Amazon », dénonce David Arlabosse. Et ce sont bien les commerçants de proximité qu’ils sont tous venus défendre, craignant pour leur survie, d’autant que le géant prévoit d’ouvrir une vingtaine de nouveaux entrepôts en France l’année prochaine. Le gouvernement français facilite d’ailleurs leur implantation, avec la mission de ‘faire émerger des sites logistiques clés en main’. « Un emploi créé par Amazon détruit à peu près cinq emplois dans le commerce traditionnel. Ce ne sont pas des usines que l’on ferme, c’est un commerçant par ci, un artisan par là… », déplore Christophe Fossaert, responsable de La rue aux herbes à Agen. Le bénéfice au détriment du lien social, c’est bel et bien ce que regrettent ces organisations signataires.


17 vues0 commentaire

SARL LOT-ET-GARONNE PRESSE – Capital : 20900 € - Siège Social : 22, rue Lamouroux, 47000 Agen - RCS Agen 452 879 539

n°de siret : 45287953900057 – Code APE : 6391Z - n° de TVA Intracommunautaire : FR 784 528 795 39 – Tél : 05 53 87 46 75

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Youtube