La Voie Verte


Une voie verte est une route exclusivement réservée à la circulation des piétons et des véhicules non motorisés (vélos, rollers, trottinettes...).

Les voitures, les mobylettes, les motos, les quads, les tracteurs et tous véhicules à moteur y sont strictement interdits de circulation, de stationnement et d’arrêt.

Dans le cadre du tourisme, des loisirs et des déplacements de la population locale, une voie verte doit être : accessible au plus grand nombre, sans grande exigence physique et sécurisée.

- Facile d’accès : la pente, faible ou nulle, permet l’utilisation par tous les types d’usagers, y compris les personnes à mobilité réduite.

- Sécurisé : grâce à sa séparation physique des routes fréquentées par les engins motorisés (voitures, motos…).

- Respectueuse de l’environnement, de la culture et du patrimoine des lieux traversés.


Le Canal de la Garonne


Lorsque Pierre-Paul Riquet acheva en 1681 le canal du Midi entre Sète et Toulouse, il avait l’idée de continuer le canal en direction de l’Atlantique. Cependant, Louis XIV ayant vidé les caisses du royaume, le projet fut rapidement abandonné, faute de moyens.

Pendant encore près de deux siècles, pour pouvoir acheminer les marchandises de Toulouse jusqu’à Bordeaux, on se contentera du fleuve « Garonne », malgré la navigation si périlleuse, car pour parcourir la distance de Toulouse à Bordeaux en aller-retour il faut en moyenne vingt jours.

Et, quand en raison des crues du fleuve, de la sècheresse… le fleuve « Garonne » n’étant pas navigable, la liaison entre l’océan Atlantique et la mer méditerranée se faisait le long des côtes espagnoles, en passant par le détroit de Gibraltar. Ce périple, long de plus de trois mille kilomètres, obligeait les navigateurs à braver les tempêtes et les attaques barbaresques. Malgré toutes ces difficultés,

le transport fluvial dans le sud-ouest de la France va rester dans ces conditions de fonctionnement jusqu’au début du 19e siècle.

Avec la révolution industrielle, la prise de conscience d’une nécessaire optimisation du transport relance l’idée de la construction d’un canal du Midi capable d’assurer la liaison entre la mer Méditerranée et l’océan Atlantique. L’inauguration de la seconde partie du canal du Midi « côté Atlantique » eut lieu en 1856. Cette seconde partie traverse le sud-ouest de la France et longe alternativement sur 193 km le fleuve « Garonne ».

Le canal du Midi « côté Atlantique » ou canal de la Garonne se compose de nombreux ouvrages remarquables, dont 53 écluses et sept ponts-canaux.

Pont canal de Répudre - © VNF Sud-Ouest

On trouve notamment, le pont-canal le plus important de France à Agen, d’une longueur de plus de 500 mètres et comptant vingt-trois arches, il a été bâti entièrement en pierres du Quercy. Les autres ponts-canaux permettent de franchir notamment la rivière le Tarn et la Baïse.

Sur le parcours du canal, on découvre également quatre-vingt-trois ponts suspendus qui furent tous reconstruits en 1933 pour s’adapter à la circulation moderne.

Aujourd’hui, les rives du canal de la Garonne, récemment réaménagées en « voie verte », se déroulent sous les ombrages des arbres centenaires et majestueux de Toulouse à Bordeaux et font du canal du Midi « côté atlantique », la destination favorite des cyclotouristes et des amateurs de vélos.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout