La mission spatiale d’un youtuber foulayronnais

Actif sur la plateforme de streaming depuis 3 ans, Nicolas Frézals se lance dans une nouvelle aventure vidéo avec le lancement d’un ballon-sonde dans la stratosphère avec l’aide de son ami et voisin Sébastien.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

Nicolas, alias Indiana Fraise (à droite), et son acolyte Sébastien se lancent dans une véritable mission spatiale qu’ils veulent partager avec leur communauté sur Youtube.


S’il n’est pas (encore) reconnu dans la rue, Nicolas Frézals alias Indiana Fraise commence à faire son trou sur Youtube. Sa chaîne comptabilise à l’heure actuelle pas moins de 26 500 abonnés ! Une belle audience qui continue à grimper de jour en jour, avec la reconnaissance de quelques grands noms de la célèbre plateforme… Tout a commencé il y a trois ans lorsque cet infirmier foulayronnais a posté un « vlog » (journal de bord vidéo) de ses vacances à la montagne. Depuis, il laisse libre cours à sa créativité explorant des thématiques aussi diversifiées que l’exploration urbaine de sites à l’abandon aussi appelée urbex, l’observation animale, les enquêtes paranormales ou des expériences en tout genre.


26,5K abonnés à la chaîne Indiana Fraise, qui cumule un total supérieur à 2,5 millions de vue.

Toujours affublé du chapeau de l’archéologue le plus célèbre du cinéma hollywoodien à qui il emprunte également le prénom, Indiana Fraise ne se fixe aucune barrière, brandissant la curiosité comme une devise. Et son enthousiasme à chaque projet semble séduire. Son compteur de vues a dépassé les 2,5 millions, avec des pics au-delà des 300 000 pour ses vidéos les plus populaires. « Quand quelque chose m’intrigue, j’aime bien voir ce que ça donne à l’image », admet-il, toujours prêt à dégainer ses GoPro ou sa caméra infra-rouge à déclenchement automatique. En pur autodidacte, Nicolas prouve par l’exemple que l’aventure ne nécessite pas de compétences exceptionnelles ni d’aller bien loin : « Tous mes tournages ou presque se font au niveau local, dans la région. » A raison d’une publication hebdomadaire, généralement le samedi pour respecter un certain rituel avec sa communauté fidèle et bienveillante, ce hobby de youtuber prend du temps. Beaucoup de temps. « Heureusement, mon travail d’infirmier libéral me laisse des moments en semaine pour m’adonner à cette passion très stimulante. Mais il est vrai que c’est très chronophage, entre la phase préparatoire, l’écriture, le tournage puis le montage… » La monétisation de la chaîne n’apporte qu’une maigre compensation à cette énergie déployée. Toutefois, les annonceurs commencent doucement à se manifester pour opérer quelques placements de produits. De quoi imaginer un avenir à plein temps dans la création de contenus ? « On n’en est pas encore là, loin s’en faut », tempère l’intéressé..


Un défi technique filmé de bout en bout

Quoi qu’il en soit, Indiana Fraise ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Sa prochaine « aventure » se veut d’ailleurs très ambitieuse puisqu’elle l’embarquera aux portes de… l’espace ! Avec l’aide de Sébastien, son voisin, ami et comparse régulier de vidéo, il compte envoyer un ballon-sonde très haut dans la stratosphère, à plus de 35 km au-dessus de nos têtes. Bien entendu, le tout sera filmé. « On a déjà fait des lancements de fusées miniatures (ndlr, 1 mètre de haut tout de même), mais là, c’est un tout autre défi technique », décrit le duo. Gonflé à l’hélium, le ballon va monter pendant environ deux heures, tractant avec lui une petite nacelle dotée de deux caméras, de différents capteurs, de deux balises GPS et d’un parachute. « A partir d’une certaine altitude, on pourra voir la courbure de la Terre et le ciel noir donnant cette impression d’être dans l’espace. La pression atmosphérique diminuant, le ballon va gonfler jusqu’à un diamètre de 10 mètres et exploser, entraînant la chute de la nacelle », raconte Sébastien, le technicien de l’opération du fait de sa passion pour l’astro-modélisme. Tout l’enjeu sera de retrouver le contenu de la nacelle qui pourra être fortement déplacée par les vents.

Le lancement est prévu en juin, du côté de Puymirol où il n’y a qu’un seul couloir aérien peu fréquenté. « Pour ce genre d’initiative, on ne fait pas n’importe quoi, il faut des autorisations », glissent les deux acolytes. Si la récupération des données se passe comme prévu, plusieurs vidéos raconteront cette épopée pour le moins originale. « A notre petite échelle, c’est l’équivalent d’une véritable mission spatiale », se réjouit Nicolas !


Renseignements //

www.leetchi.com/c/

une-saucisse-dans-lespace


Ce projet d’envoyer un ballon-sonde dans la stratosphère n’est pas dénué de coût. Il nécessite même un investissement de départ relativement conséquent. A commencer par le carburant, à savoir l’hélium. « Il faut savoir que ça coûte extrêmement cher. Dans notre cas, il y aura entre 500 et 600€ de gaz dans le ballon. On a cependant la chance d’avoir un mécène puisque l’entreprise de Sébastien, Chrono’Informatique, prendra en charge cette partie », confie Nicolas. Reste donc à financer le ballon, les caméras, les capteurs et les balises pour un total de 1200 euros environ, avec un vrai risque de ne rien récupérer, selon l’endroit où la nacelle va atterrir (lac, rivière, propriété privée, arbre haut perché…). C’est pourquoi une campagne de financement participatif a été lancée sur la plateforme Leetchi. La cagnotte a été baptisée « Une saucisse dans l’espace » (la mascotte de la chaîne Indiana Fraise est une saucisse cocktail).




87 vues0 commentaire