La filière agro-logistique de Sud Management pour répondre aux besoins du territoire

Dans un département où l’agroalimentaire tient une place importante, Sud Management a développé plusieurs formations dédiées au secteur avec une garantie d’insertion à la clé.

De notre journaliste : Charlotte Charlier

Les différentes formations proposées par la filière agro du Sud Management viennent former des jeunes qualifiés pour combler les besoins d’un secteur en pleine croissance.


Implantée au sain de l’Agropole, coeur de l’agroalimentaire en Lot-et-Garonne qui rayonne d’ailleurs bien au-delà du département, l’école Sud Management a développée il y a quelques temps déjà des formations dédiées à ce secteur en perpétuelle évolution. Avec deux bac +4, responsable commercial en agroaliementaire et responsable logistique, ajoutés à une licence commerce et vente, l’école propose « un apprentissage adapté et en constante évolution pour coller aux besoins sur le terrain, dans un cadre professionnel logiquement propice au développement des compétences de nos étudiants », souligne Pauline Josselin, responsable des filières agroalimentaires. A titre d’exemple, le bio était il y a quelques années encore évoqué par-ci par-là. Aujourd’hui, c’est une problématique constante abordée dans les programmes, tout comme le développement durable ou encore le « manger local ». Les promotions à taille humaine – pas plus de 25 étudiants – bénéficient d’un enseignement encadré par des formateurs issus du monde professionnel. La situation géographique du campus présente aussi l’avantage de bénéficier d’intervenants du milieu issus d’entreprises de différentes tailles, qui viennent raconter leurs parcours de vie, pour offrir une vision du métier la plus globale possible. « La formation doit leur permettre de décrypter marché qui va les accueillir à la sortie », ajoute Pauline Josselin.


Combler les besoins

locaux, mais pas que

« Certains jeunes arrivent avec un attrait pour ce milieu très vaste, sans savoir exactement dans quelle branche ils se projettent. Pour autant, ces formations ont un côté rassurant puisqu’on continuera toujours de s’alimenter, donc il y aura toujours du travail ! » Ce sont les différents stages effectués tout au long du cursus qui vont permettre aux étudiants d’affiner leurs projets. La partie commerciale se détache légèrement, appréciée par les jeunes. De la petite PME produisant des vins et spiritueux, à la grosse entreprise agroalimentaire, il y a déjà de quoi faire dans le coin. « Des offres de stage, nous n’en manquons pas ! Beaucoup d’entreprises nous contactent pour des besoins spécifiques, les profils sont très variés. » L’idée est évidemment de former des personnes qualifiées pour combler les besoins locaux, déjà nombreux rien que sur l’Agropole. Mais ces diplômes rayonnent aujourd’hui sur l’ensemble du territoire national. Pour exemple, certains sont partis en Bretagne, et plus loin encore, en Normandie. « L’agroalimentaire est le premier secteur industriel français par son chiffre. On ne cesse de voir de nouvelles innovations et de nouveaux produits arriver, pour répondre à des modes de consommations qui évoluent. »


Renseignements //

www.sudmanagement.fr

58 vues0 commentaire