L’EPICERIE D’ICI ET D’ALEP, ENTRE CIRCUIT-COURT ET VOYAGE AU MOYEN-ORIENT

L’Epicerie d’Ici et d’Alep, récemment ouverte, propose de consommer des produits locaux et de qualité mais aussi de voyager en partant à la découverte des spécialités du Moyen-Orient.

De notre journaliste : Jérémy Colin

Alexandra Laluque et Mohamed Hassan au sein de leur épicerie ouverte depuis le 4 novembre, rue de Casseneuil.


Après le restaurant, l’épicerie. Il y a désormais dans le centre-ville de Villeneuve, encore un peu plus de Syrie et de l’esprit d’Alep. Après une saison estivale à travailler sans relâche au sein du Resto d’Alep, qui a ouvert ses portes en juillet, Mohamed Hassan et sa compagne Alexandra Laluque ont donné naissance la semaine passée à leur petit dernier, L’Epicerie d’Ici et d’Alep avec un concept qui tient particulièrement à cœur à cette dernière. « On propose une épicerie fine qui a pour spécificité de mélanger des produits traditionnels français avec toutes les spécialités du Moyen-Orient que nos clients auraient pu découvrir au restaurant, notamment. »

Au sujet des produits français, on ne devrait même parler que du Lot-et-Garonne tant Alexandra est une adepte des circuits courts et ne jure que par la richesse de nos producteurs locaux. Une démarche écologique et idéologique : « Il est important que les gens adoptent un mode de vie différent. Il faut moins consommer mais consommer mieux, plaide-t-elle. Certes, les produits que nous proposons sont un peu plus coûteux qu’en grande surface, mais en arrêtant la surconsommation, cela ne revient pas plus cher. »

Du côté primeur, l’épicerie ne propose évidemment que des produits de saison qui viennent de Bias, Monflanquin, Penne d’Agenais, St-Etienne-de-Fougères ou de Marmande pour les plus lointaines tomates.

La carte du local est également jouée sur l’ensemble des références qu’on retrouve traditionnellement en épicerie. On citera pêle-mêle les pruneaux et leurs dérivés de Cancon, le miel de Pujols, ou encore le vin de Duras. La seule incartade se trouve peut-être dans un partenariat noué avec la Chocolaterie Maxims à Paris permettant aussi de proposer du haut de gamme à des prix tout à fait abordables.


L’inévitable

Savon d’Alep

à retrouver

Ici, le maître mot c’est qualité. Les rayons du Moyen-Orient ne dérogent pas à cette règle. Originaire d’Alep, Mohamed est fier de pouvoir proposer, au-delà de son restaurant, les produits venant de Syrie. Entre les boulghours, les riz, les cafés, les thés, les pâtisseries ou une large gamme d’épices : il y a tout ce qu’il faut pour refaire à la maison les plats que l’on a appréciés au Resto d’Alep.

Mais la star de la boutique reste l’inévitable Savon d’Alep, souvent copié mais jamais égalé, directement importé de son pays d’origine. « Nous avons un fournisseur syrien qui nous le procure directement de Syrie mais aussi de Turquie ou de Grèce. » C’est aussi le cas des vins de Crète et de Turquie. « Ce sont des références que l’on retrouve au restaurant et qui ont fait l’unanimité auprès de nos clients, pourtant habitués à la qualité de nos vins français », admet Alexandra en souriant.

A l’instar du restaurant, l’épicerie s’est installée rue de Casseneuil, un choix qui n’est certainement pas anodin pour ses gérants : « On voulait vraiment habiller ce quartier de Villeneuve qui n’a pas toujours eu une bonne image, le rehausser et le faire revivre. »

A l’approche des fêtes, Alexandra et Mohamed pourront ravir la curiosité des badauds villeneuvois qui auront l’occasion de découvrir de belles idées cadeaux mais aussi la proposition d’un mode de vie différent. L’idéal pour les bonnes résolutions...



386 vues0 commentaire