L’état veut renforcer l’insertion professionnelle des jeunes

Dans cadre du plan de relance économique mis en place par le gouvernement, le volet jeunesse voit son budget être multiplié par trois pour accentuer l’accompagnement des jeunes et soutenir l’emploi.

De notre journaliste : Charlotte Charlier

Jean-Noël Chavanne, préfet de Lot-et-Garonne, est venu à la rencontre des jeunes accueillis à la mission locale d’Agen.


Pour sa première sortie sur la thématique de l’emploi, le préfet Jean-Noël Chavanne s’est rendu à la mission locale d’Agen, pour rencontrer neuf jeunes de 16 à 25 ans inscrits dans le dispositif ‘Garantie jeune’, leur permettant de bénéficier d’une aide à l’insertion professionnelle, à la recherche d’emploi ou à la formation. « Certains sont en réorientation, d’autres cherchent leur voie... En plus de l’accompagnement sur le côté professionnel, les jeunes accueillis à la mission locale bénéficient d’ateliers pour travailler l’estime de soi, ou encore la prise de parole en public », explique Olivier Paillaud, directeur de la mission locale d’Agen. Autour d’un atelier citoyenneté, le préfet a présenté son rôle et ses missions avant de répondre aux questions des curieux. L’occasion aussi de mettre en lumière le volet 1 jeune, 1 solution, lancé en juillet dernier dans le cadre du plan France Relance, afin de soutenir l’emploi mais aussi accentuer la formation et l’accompagnement des jeunes. Pour cela, le budget à été multiplié par trois, soit 6,7 milliards d’euros. « L’augmentation des aides du gouvernement vient en réponse à la crise que nous traversons. En plus de renforcer le soutien à la jeunesse, l’objectif est de mobiliser les entreprises en rendant l’embauche pratiquement gratuite pendant un an », assure le directeur. Une aide qui s’élève à 4 000€ pour un salarié à temps plein. A cela s’ajoute un dispositif allant 5 000 à 8 000 € (selon l’âge du salarié) pour un contrat d’apprentissage ou de professionnalisation. En Lot-et-Garonne, 920 jeunes ont été recrutés en alternance par ce biais.


Un accompagnement toujours plus présent malgré la crise

« L’année dernière, en raison de la crise sanitaire, nous avons dû fermer la mission locale pendant deux mois. Pour autant, nous avons accueilli autant de jeunes qu’en 2019, ce qui prouve qu’ils ont besoin de garder le contact. Nous avons rapidement instauré des visios ou appels téléphoniques, et remis en place des ateliers en présentiel dès que possible », développe Olivier Paillaud.


743 M€ d’aides ont été versées dans le cadre des mesures de soutient aux entreprises en Lot-et-Garonne

Si tant de jeunes sont été accueillis cette année, c’est aussi en raison des offres d’emplois qui se font plus rares. 2021 semble s’inscrire dans la continuité d’une année 2020 difficile, avec une baisse d’opportunités tant sur l’intérim que les stages. « C’est bien pour ça que le dispositif a été lancé, on ne veut pas de génération sacrifiée ! », assure Eric Bacqua, président de la mission locale d’Agen. Seule ombre au tableau, les problèmes de visibilité liés à la crise du coronavirus. Pour le préfet de Lot-et-Garonne, Jean-Noël Chavanne, « l’économie est le résultat d’un comportement social. Pour relancer la production, il est important de relancer la consommation ! ». Dans le département, pour combler une partie du manque d’activité, 743 millions d’euros d’aides ont été versées dans le cadre des mesures de soutien à l’économie des entreprises.



37 vues0 commentaire