Ils ont pris le tournant de l’emporter avec succès

Il y a des opportunités qu’il ne faut pas rater. Le confinement a permis de mettre la lumière sur des changements de consommation. L’engouement pour le local a soudain pris une très grande ampleur... Du côté des restaurateurs mais aussi des agriculteurs, le développement de l’emporter et de la livraison a été fulgurant. Il leur a permis de continuer à travailler pour combler l’absence de clientèle. Parce que commander à manger ne se résume pas à de la restauration rapide, des établissements ont mis le paquet pour proposer une offre de qualité qui colle à leur image. Coup d’oeil sur certains d’entre eux qui continuent de régaler les papilles sur place ou à emporter.

De notre journaliste : Charlotte Charlier


Côté Restaurants //

L’imprévu : « Le confinement a été un coup dur,

mais il faut en tirer des forces »

Yannick Arfeille, gérant du restaurant L’imprévu, n’est pas resté bien longtemps les bras croisés suite à l’annonce du confinement. Il a lancé le 26 avril un drive et un service de livraison de plats midi et soir pour ses clients, une nouveauté pour l’établissement. « Le confinement a été un coup dur, mais il faut en tirer des forces », lance-t-il. Un site a rapidement été mis en place pour commander en ligne. Et le succès à été au rendez-vous, au delà même des espérances... « Avec les réseaux sociaux, ça a pris tout de suite, se réjouit Yannick. Le premier dimanche nous avons eu 80 commandes, on a même été obligés d’en refuser pour réussir à tout honorer. » Il a aussi proposé des planches apéritifs composées de produits du moment qui se sont vendues comme des petits pains. En cuisine il a fallu s’adapter à ce nouveau type de service. « Il faut s’organiser parce que tout est portionné, certains plats à la carte au restaurant ne sont pas pratiques à conditionner pour de l’emporter », raconte le chef. Au départ, Yannick n’avait pas prévu de se lancer sur ce créneau... du moins aussi rapidement. Mais ce succès l’a conforté dans l’idée de continuer. « Nous avons tous les jours des commandes à emporter, et je suis convaincu que la livraison, relancée bientôt va rapidement trouver sa clientèle. » Prochainement, un nouveau site dédié à la vente à emporter va faire son apparition et le restaurant va se doter d’un fumoir pour proposer de nouvelles saveurs : magret, légumes ou encore travers de porc fumés.


Renseignements //

7 rue Camille Desmoulins à Agen,

05 53 66 39 31,

resto-limprevu-agen.com


20% c’est la croissance par an estimée du marché de l’emporter, et ce pour les quatre prochaines années.

Michel Dussau : « Certaines entreprises continuent à passer commande »

Si elle a toujours proposé de la vente à emporter, la Table de Michel Dussau a connu un beau développement sur ce service avec le confinement. « Pendant cette période, nous avons préparé 60 à 90 paniers repas par jour », raconte le chef. Avec une formule à 15 euros tous les midis, des recettes qui changent régulièrement pour varier les plaisirs, et les fameux plats signatures proposés par Michel Dussau, la gastronomie locale s’est invitée à de nombreux domiciles. En cuisine, un gros travail a été réalisé pour assurer la même qualité qu’au restaurant. Le plus difficile a été toute la perte liée au service traiteur, stoppé net le fameux 17 mars dernier.  « J’ai perdu quasi la totalité de mon chiffre d’affaires sur cette prestation depuis le début de la crise liée au Covid. Et sachant que le midi la plupart des clients du restaurant sont des entreprises, il a fallu vite rebondir », constate amèrement Michel. « Certaines entreprises m’ont fait travailler pendant le confinement et continuent aujourd’hui à passer commande tous les midis pour offrir des repas à leurs employés. C’est aussi un bon moyen pour une équipe de se retrouver autour d’un bon plat et créer du lien. » Actuellement, le chef et son équipe continuent de travailler sur des nouveautés. Les plateaux repas du midi à emporter ou livrés sont toujours proposés par l’établissement. On retrouve des coffrets du jour ‘viande’ ou ‘poisson’, le coffret ‘Sud-Ouest’ pour les plus gourmands ou encore ‘les petits plats de tonton Michel’ avec risotto, palombe ou anguilles par exemple, le tout a des prix abordables pour tous... sans oublier le fameux foie gras du chef !

Renseignements //

1350 avenue du midi à Agen,

05 53 96 15 15,

la-table-agen.com


1 français sur 2 s’est déjà fait livré un repas

L’aubade :

« Nous avons multiplié par trois nos ventes à emporter »

Certains se sont lancés dans le grand bain de l’emporter avant cette période, qui n’a fait que confirmer leur volonté d’être présents à ce niveau. C’est le cas de Pascal, chef du restaurant l’Aubade. De l’emporter, il en fait déjà depuis quelques années dans son restaurant. Mais ce dernier s’est lancé dans la livraison en début d’année avec l’arrivée de la plateforme UberEats dans la préfecture du Lot-et-Garonne. « J’ai vu que la livraison se développait beaucoup. J’ai hésité dans un premier temps car la conjoncture n’était pas forcément favorable.... Nous étions au tout début de la crise sanitaire. Et depuis ça se passe plutôt très bien », raconte-t-il. Chaque jour pendant le confinement, le restaurant a reçu une cinquantaine de commandes. Le chef a développé pour ce service une gamme de burgers gourmets, salades et galettes qui sont également à retrouver sur la carte du restaurant. « J’ai contacté ma clientèle dès le début du confinement à travers les réseaux sociaux, pour leur proposer des paniers repas qui se sont très bien vendus », ajoute le gérant. A travers un système de click and collect, les gourmands ont pu profiter des bons petits plats de l’établissement. Pour compléter son offre de livraison, le chef travaille avec la société agenaise Drive Illico qui livre jusqu’à douze kilomètres. Depuis le déconfinement, les commandes continuent d’abonder. « Nous avons multiplié par trois nos ventes à emporter » ajoute Pascal.

Renseignements //

3 rue des Droits de l’Homme à Agen, 05 53 66 63 83,

à retrouver sur UberEats et Drive Illico


La livraison de plats connaît une forte croissance ces dernières, et le confinement n’a fait que confirmer cette tendance. En 2018, le cabinet d’études et de conseil Food Service Vision a estimé ce marché à 3,3 milliards d’euros.

Côté agriculteurs //

La cagette collective 47 : « Huit communes ont organisé des drives qui ont rencontré un énorme succès »

Le confinement a fait naître une nouvelle initiative de drive créé par des paysans et l’Adear 47 (Association pour le développement de l’emploi agricole et rural). « Quand on a vu que les marchés de plein vent fermaient, nous n’avons pas tardé à réagir pour aider les paysans. La solidarité a été primordiale », confie Marion Desbats, éleveuse et porte-parole de la confédération paysanne du département. Elle a monté le site ‘La cagette collective 47’ avec l’aide de l’Adear 47 et la Scop Alilo, un activateur de circuits courts, pour proposer des drives fermiers dans plusieurs communes du Lot-et-Garonne. Pour les consommateurs, il a suffi de se rendre sur le site pour passer commande et sélectionner le point de retrait le plus près de chez eux. « Les élus ont joué un rôle important pour que ça fonctionne, et huit communes ont organisé des drives qui ont rencontré un énorme succès », raconte Marion. Plus de 6 000 personnes ont passé commande pendant cette période. Côté paysans, 80 producteurs ont rejoint le réseau. « Pour beaucoup, cette initiative a surtout été une aide psychologique, ils ont pu recevoir un soutien moral et se soutenir entre collègues », constate-t-elle. A l’heure actuelle, deux drives sont encore en place à Virazeil et Beaupuis. Si l’initiative a été lancée dans l’urgence, Marion et toute l’équipe derrière ce projet souhaitent désormais structurer le réseau pour aller plus loin. « On a monté un dossier circuits courts transmis à la Région pour obtenir des subventions et recruter un salarié qui animera le réseau de la cagette, développera la communication et la mise en réseau. » Des livraisons pour les entreprises, des groupes de consommateurs et même des animations dans les établissements scolaires sont également à l’étude.

Renseignements //

lacagettecollective47.wordpress.com



13 vues0 commentaire

SARL LOT-ET-GARONNE PRESSE – Capital : 20900 € - Siège Social : 22, rue Lamouroux, 47000 Agen - RCS Agen 452 879 539

n°de siret : 45287953900057 – Code APE : 6391Z - n° de TVA Intracommunautaire : FR 784 528 795 39 – Tél : 05 53 87 46 75

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Youtube