Hospitalisé, Jean Dionis laisse la main temporairement

Le maire et président de l’Agglo d’Agen a vu son état de santé se dégrader suite à la pose d’une prothèse de hanche. Il confie les rênes de l’exécutif local à Clémence Brandolin-Robert et Henri Tandonnet.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

L’inusable Jean Dionis du Séjour, toujours à vélo par tous les temps malgré ses 64 printemps, a rencontré son premier coup de pompe... À la suite d’une banale pose d’une prothèse de la hanche réalisée le 22 mars dernier, l’élu agenais a connu des complications avec « une infection grave » nécessitant « une antibiothérapie sévère », apprend-on dans un communiqué. Pour ne rien arranger, il a en plus été testé positif à la Covid 19 ce dimanche 4 avril. « Cette dégradation brutale de son état de santé ne lui permet plus d’assurer dans de bonnes conditions les fonctions passionnantes mais exigeantes de maire et de président de l’Agglomération d’Agen », précise le service communication mutualisé.

Jean Dionis a donc décidé de suspendre temporairement ses responsabilités dès ce mardi 6 avril pour « empêchement médical », comme le prévoient les textes. Une suspension « a priori sine die », c’est-à-dire pour une durée indéterminée, selon l’évolution de l’état de santé de l’intéressé.


Notion de pack

Selon le code général des collectivités territoriales, la charge d’assurer la continuité de la gestion municipale et intercommunale revient de fait à Clémence Brandolin-Robert et Henri Tandonnet, respectivement première adjointe au maire et premier vice-président de l’Agglo.

Olivier Lamouroux, directeur général des services et Florent Canu, directeur de cabinet, organiseront les modalités de ce transfert de responsabilité.

A noter que Clémence Brandolin-Robert a déjà présidé la séance du conseil municipal du 29 mars dernier avec le budget à l’ordre du jour.

« Dans ce moment compliqué pour moi, je crois qu’il faut que nous fassions ensemble tourner la machine municipale et communautaire au service des Agenaises et des Agenais et tous les habitants de l’Agglomération d’Agen », précise Jean Dionis. La notion rugbystique de pack n’a jamais eu autant de sens.


Echéances importantes

à l’Agglo

Si les plus grosses échéances communales de ce premier semestre sont passées, ce n’est pas tout à fait le cas à l’Agglo. Le débat d’orientations budgétaires du 25 mars fut très animé avec de nombreuses divergences chez élus, parfois même au sein de la majorité. Dans quelques jours, il faudra présenter le budget avec le plan d’investissement qui courra sur toute la durée du mandat mais aussi les leviers utilisés pour dégager des capacités financières. La recherche active des dernières subventions pour Camélat se poursuit en parallèle. La collectivité planche par ailleurs sur la révision de ses statuts et la possible intégration de la com-com Porte d’Aquitaine en Pays de Serres (PAPS). Le moment est donc particulièrement important. Mais avec le très expérimenté Henri Tandonnet à la baguette, ancien sénateur et maire de sa commune sans discontinuer depuis 1983, l’intérim devrait se passer sans trop d’accrocs. « Il y a une très bonne équipe avec des vice-présidents tous très investis et des collaborateurs très compétents dans les services. Pour ma part, je suis de très près tous les dossiers en cours depuis longtemps, donc on va essayer de faire les choses comme il faut. Ce n’est pas la situation de Jean Dionis qui va nous empêcher de travailler sereinement », explique Henri Tandonnet avec sérénité. Ce dernier estime l’absence du président à environ un mois.



La fiscalité sur le foncier bâti revue à la baisse

C’était l’un des principaux points d’achoppement lors du dernier conseil communautaire : faire peser un nouvel impôt sur les ménages était une mesure loin de faire l’unanimité. Jean Dionis souhaitait pour sa part activer ce levier à hauteur de 2%, afin de dégager les 2,5 M€ nécessaires au financement des nombreux investissements.

Mais face aux nombreuses réactions défavorables, la copie a été revue. Et c’est Henri Tandonnet, à peine désigné président par intérim, qui en livre les principales modifications : « Nous avons fait une synthèse des différents avis émis lors du DOB. Au final, nous maintenons nos objectifs d’investissements mais certains seront un peu plus décalés dans le temps afin de ne pas se chevaucher avec Camélat. Du coup, nous n’avons plus besoin de trouver 2,5 M€/an mais 1,8 M€. Pour ce faire, on a choisi une augmentation progressive de la Tascom, la taxe sur les grandes surfaces (220 000€) et une baisse de la Dotation de solidarité communautaire (500 000€). La taxe sur le foncier bâti reste en place mais passe de 2% à 1%. Cela nous permettra d’assurer les chantiers d’ampleur réclamés depuis tant d’années. Il y aura toujours quelques contestations mais la dernière réunion du bureau, à laquelle Jean Dionis a participé en visio, laisse penser qu’on devrait réunir une majorité importante. »



154 vues0 commentaire