Haut les masques : Villeneuve tient enfin sa fête d’Halloween

Après avoir été contrainte d’annuler la manifestation en 2020, Villeneuve revient cet automne pour véritablement lancer son ambitieuse fête d’Halloween au château de Rogé.

De notre journaliste : Dimitri Laleuf

Les élus et les services municipaux croient beaucoup en cette animation, malheureusement annulée l’an passé.


L’an passé, comme dans un pessimiste film de zombies, le virus avait gagné... La municipalité avait dû renoncer à sa très ambitieuse fête d’Halloween, le premier grand rendez-vous portant la signature de l’équipe Lepers. Un crève-cœur pour toutes celles et ceux qui s’étaient investis dans ce projet encore inédit à Villeneuve. Cette seconde tentative devrait néanmoins être la bonne. Et, avec la levée de certaines restrictions grâce au pass sanitaire (pas de masque ni de jauge, possibilité de restauration), la fête devrait même être encore plus belle sur le site de Rogé qui se prête parfaitement à l’exercice ! « On ne voue pas un culte particulier à cette date, explique le maire Guillaume Lepers. On tient néanmoins beaucoup à cet événement car il est l’occasion de parler à notre jeunesse. » En l’occurrence, toute la jeunesse !

La Ville est parvenue à concocter une formule qui devrait plaire aussi bien au public des petits qu’à celui, très exigeant, des ados et des jeunes adultes. Pour ce faire, cette journée du 31 octobre sera divisée en deux temps. Le premier, l’après-midi, sera dédié aux 5-12 ans, avec une ambiance très bon enfant, sans trop forcer sur l’épouvante.

Les familles y retrouveront un espace maquillage et tatouages éphémères, des ateliers pour créer ses paniers à bonbons ou décorer les citrouilles, une diseuse de bonne aventure, une (gentille) sorcière, sans oublier l’indispensable distribution de friandises. Les salles du château de Rogé, rarement ouvert au public, seront décorées pour l’occasion avec quelques énigmes et surprises le long du parcours.


Du lugubre pour les grands

L’équipe organisatrice sonnera ensuite un entracte de deux heures pour « corser » un peu l’atmosphère et ainsi s’adapter aux amateurs de sensations fortes. Le lugubre et l’hémoglobine seront au menu. Certaines animations proposées aux enfants seront reprises dans une version plus effrayante (couloir fantôme, cour des zombies, maison de la sorcière, cave aux araignées). S’ajouteront également un hôpital psychiatrique, un cimetière ou encore une boucherie humaine... Béatrice Vaquier, adjointe à l’attractivité commerciale et touristique, prévient : « Certains décors sont vraiment très appuyés. » Âmes sensibles, s’abstenir !

Afin de pousser l’immersion toujours plus loin, des acteurs issus de troupes locales (les Incorrigibles, les Fous de la République, l’Escalier qui monte) seront mobilisés en plus de la vingtaine d’agents municipaux, eux aussi maquillés et déguisés.

Pour les pauses gourmandes, le Truck de chez Mélo se chargera du salé avec des burgers et de la soupe de citrouille tandis que l’asso Petit Ange Ciara fera les crêpes et les gaufres.

Un programme ambitieux voire « d’enfer » qui force l’optimisme des élus. « On a le potentiel pour attirer des gens d’assez loin, d’autant que la plupart des autres manifestations d’Halloween se passent le samedi et non le dimanche », avance le premier édile. Objectif avoué à demi-mot pour cette édition inaugurale : atteindre les 500 visiteurs !


Renseignements //

Au château de Rogé, dimanche 31 octobre

De 14h30 à 18h : enfants de 5 à 12 ans.

De 20h à 23h : ados de 13 ans et plus et adultes.

Entrée gratuite.

Pass sanitaire obligatoire pour les 12 ans et plus.

Restauration sur place.

Interdit aux femmes enceintes, personnes cardiaques et fragiles

Programme complet sur www.ville-villeneuve-sur-lot.fr

Navette gratuite entre la Tour de Paris en centre-ville et le château de Rogé (départs à 14h, 15h et 16h15 ; retours 15h45, 17h et 18h)


Brèves //

Des cimetières plus végétalisés

« Enherber pour ne pas désherber », c’est la voie alternative choisie par la municipalité villeneuvoise pour l’entretien de ses 10 cimetières (soit 12 hectares). La démarche a commencé en 2019, avec l’interdiction pour les collectivités d’utiliser des produits phytosanitaires. L’objectif de cette démarche est multiple : soulager les agents d’une mission très fastidieuse, favoriser le retour d’une flore spontanée et embellir ces lieux à l’aspect très (trop) minéral. Cela s’est matérialisé avec l’implantation de « mélanges fleuris » entre les tombes et de « fétuque alpine », une herbe tapissante très résistante, dans les allées. Tous les visiteurs n’adhèrent cependant pas à cette initiative. Les gardiens des cimetières constatent encore des « désherbages sauvages » autour des concessions, « mettant à mal cette démarche environnementale ». La Ville souhaite donc profiter de la Toussaint, période de forte affluence dans les lieux de recueillement, pour sensibiliser la population au respect de l’enherbement de ses cimetières.



140 vues0 commentaire